Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

mercredi 2 juin 2010

Liberté d'expression

.
Liberté d'expression

Les attaques contre la liberté d'expression sont multiples, concrètes et réelles. La censure frappe de mille et une façon. L'Internet est clairement une menace à l'ordre établi et au pouvoir qui ne veut pas le partager,mais plutôt le consolider et le concentrer au détriment de la loi suprême du pays et de sa population. Vous en trouverez de nombreux exemples dans ces archives.

- LNI


You Tube Free Speech Purge Accelerates, Infowarrior Channel Banned

You Tube accelerated its aggressive purge against free speech today after the video networking website suspended the Infowarrior Channel, which was the replacement for the previously censored Alex Jones Channel.

When attempting to visit the Infowarrior Channel this morning, one is met with the message, “This account is suspended.”

Just as before, no credible reason has been provided for the suspension of channel. The original Alex Jones Channel was suspended because You Tube claimed that showing a computer print out of a Pittsburgh Post-Gazette news article on camera constituted “copyright violation,” despite the fact that the Pittsburgh Post-Gazette denied ever making a copyright complaint.


Rundle: there is no bigger issue than net censorship

Of course, the ACMA decision doesn't affect many people at the moment, only sites hosted from Australia. But should mandatory filtering be introduced, the pages would be blocked for everyone. As would the pages telling you which pages had been blocked. And the pages telling you the pages that tell you the ... and so on, a repressive tower.

Webmaster's Commentary:

All this net censorship is sold "To protect the children", but already it is being applied to political speech; the very sport of speech the First Amendment is intended to protect.


ADL Director declares war on freedom of speech

On the ADL's website they state their mission is "to stop the defamation of the Jewish people and to secure justice and fair treatment to all." That sounds fair enough but the organization has gone out of its way to vilify anyone who disagrees with their political agenda. On a number of occasions as I have pointed out they have opposed the right to freedom of speech. The ADL has smeared as anti-semites, Professor John Mearsheimer for his book critical of the Israeli Lobby and former President Jimmy Carter for his book "Palestine: Peace Not Apartheid". The ADL has also supported Europe and Canada's policies on prosecuting what their governments deem as hate speech.


ADL of B'nai B'rith "rebuked" by the UCSB Academic Senate

The ADL, in cahoots with the Zionist student organization Hillel of B'nai B'rith had conspired to bring trumped-up charges against Professor Robinson in order to silence his criticism of Israel and the regime's ongoing genocidal policies against the Palestinian people.

More than 100 faculty members across the UCSB campus plus 20 department heads signed a petition protesting the university’s handling of accusations against Professor Robinson.

The ADL of B'nai B'rith is an arm of the Israeli MOSSAD which is a spy agency headquartered in Tel Aviv. The ADL maintains extensive dossiers on US citizens who criticize the Zionist Israeli regime.


Criminalizing Criticism Of Israel

On October 16, 2004, President George W. Bush signed the Israel Lobby's bill, the Global Anti-Semitism Review Act. This legislation requires the US Department of State to monitor anti-semitism world wide.

To monitor anti-semitism, it has to be defined. What is the definition? Basically, as defined by the Israel Lobby and Abe Foxman, it boils down to any criticism of Israel or Jews.

Rahm Israel Emanuel hasn't been mopping floors at the White House.
As soon as he gets the Hate Crimes Prevention Act of 2009 passed, it will become a crime for any American to tell the truth about Israel's treatment of Palestinians and theft of their lands.

It will be a crime for Christians to acknowledge the New Testament's account of Jews demanding the crucifixion of Jesus.


Anti-Semitic as a Matter of Law

So what constitutes the law on anti-Semitism according to this Virginia court? The court cites a document from Israel's Yad Vashem, which defines anti-Semitism as including the following actions:

Making mendacious, dehumanizing, demonizing, or stereotypical allegations about Jews as such or the power of Jews as a collective — such as, especially but not exclusively, the myth about a world Jewish conspiracy or of Jews controlling the media, economy, government or other social institutions.

Accusing Jewish citizens of being more loyal to Israel, or to the alleged priorities of Jews worldwide, than to the interests of their own nations.

Webmaster's Commentary:

In other words, under this alarming legal precedent, anyone reporting on AIPAC's influence over our politicians is already legally guilty of anti-Semitism!


L.A. Times Op-Ed: Anti-Zionism Is Hate Crime

Zionists are attempting to equate anti-Semitism with anti-Zionism as a means of silencing opposition to their brutal political agenda. This has nothing to do with protecting Jewish people against racism and everything to do with shutting down criticism of the Israeli government and its warmongering policies which, with the support of the U.S. elite, have made life a living hell for both Jews and Muslims in the Middle East for centuries.


Americans Divided By Hate Crimes Bill

The Jewish Anti-Defamation League (ADL) originally wrote this bill. Arab, Latino and African-American organisations support it because they hope that prosecuting "hate" will decrease racist attacks on their communities. Serious fears exist, however, about the government surveillance centre, given the highly politicised nature of hate crimes labeling.

The ADL, along with the Southern Poverty Law Center (SPLC), is already heavily involved in Homeland Security's locally based "fusion centres," which collect personal data for intelligence databases that synchronise national intelligence collection with local police.

ADL and SPLC have a record of illegally spying on American citizens and providing false information to law enforcement officials.


Garry Trudeau 'Maligns Judaism' Says ADL

New York, NY, June 1, 2009 ... The Anti-Defamation League (ADL) today released the text of a letter to cartoonist Garry Trudeau concerning his Doonesbury strip of May 31, 2009:

Dear Mr. Trudeau:

We agree with the numerous people who are contacting us that Sunday's Doonesbury misquotes the Bible, maligns Judaism, and promotes a Christian heresy, all within eight panels. It reinforces age-old stereotypes about Judaism that have been the cause of much suffering and pain over the centuries, and which have been rejected by a variety of Christian denominations over the last decades.

Jesus' concern in the Gospels is with money-changers, not money-lenders. The money-changers converted the coins of the Roman Empire into the currency accepted by the Jerusalem Temple, as money-changers today convert dollars into Euros. To speak of money-lenders harkens back the stereotype of Shylock, when Jews were forced by Christians to engage in usury.

Christian teaching is clear: the God of the Old Testament is the same God as the God of the New Testament. Doonesbury's Reverend Sloan is guilty of promoting anti-Jewish stereotypes and biblical illiteracy. He owes both Jews and Christians an apology.

Sincerely,

The Anti-Defamation League {source}


Anti-Semitic Incidents Decline for Fourth Straight Year in U.S., According to Annual ADL Audit {except for cartoonists and satirists}

Gary Trudeau? That's the rabbi knocking


I'm still waiting for the ADL to begin a campaign against HR1207 (Audit the Fed). After all, who makes up the majority of the Federal Reserve boards and who heads it? Auditing them, questioning them would be anti-semitic, wouldn't it?


EU aims to criminalise Holocaust denial

By Tobias Buck in Brussels

Laws that make denying or trivialising the Holocaust a criminal offence punishable by jail sentences will be introduced across the European Union, according to a proposal expecting to win backing from ministers Thursday.

Offenders will face up to three years in jail under the proposed legislation, which will also apply to inciting violence against ethnic, religious or national groups.


Toben Down. Who’s Next?

When are the people going to wake up and smell the proverbial coffee? This same shit is coming down big time in the last bastion of free speech in the world, the USA as I write. Here in Canada I and others are fighting these Talmudic blowhards with all of our strength. Think about it. Where are you going to go to get some un-zionized news when Jeff Rense has his site shut down and Michael Rivero’s What Really Happened suddenly goes off the screen because the Jews who own and control the President and House and Congress of the USA have decided to throw the Constitution and the Bill of Rights down the shithole of history and substitute their Noahide Talmud ‘laws” instead?


Fredrick Töben after hand-down of 16 April 2009 Judgment at Adelaide, Australia

http://www.youtube.com/watch?v=0o4I9kWZ0CI&feature=player_embedded

Webmaster's Commentary:

People who think Elvis is still alive are not arrested.

People who claim to have seen Bigfoot do not have their careers ruined.

Nobody locks up people who claim to have had sex with space aliens on a UFO.

Only in this one area of inquiry is so much legal force and coercion brought to bear to enforce adherence to declared dogma.

More than anything else, it is the actions of the defenders of the orthodoxy that make it most obvious that something is being hidden from the people of the world.

And in the post "Saddam's nooks" world, in which we all know that the government and media lie to us all about very serious matters, prudence demands we all work to find what that something is!


Gilad Atzmon - The Three-Legged Monster

“Zionism,” writes Philips, “is simply the movement for the self-determination of the Jewish people. And its significance is greater than any other movement of national liberation because Judaism itself rests upon three legs — the people, the religion and the land. If one is lopped off by having its legitimacy denied, the whole thing collapses. That is why anti-Zionism is far more than an unpleasant political position. It is a direct attack on Judaism itself.”

Webmaster's Commentary:

Philips is just the latest propagandists to try to equate anti-Zionism with hatred of Jewish people.

It is about the only card Israel has left to play as world opinion of Israel starts to collapse.


Leftist-turned-neo-Nazi jailed for denying Holocaust

Horst Mahler, who in the 1970s co-founded the militant far-left Red Army Faction (RAF) and later swung violently far-right, was convicted of inciting racial hatred by the higher regional court in the southern city of Munich.

The now 73-year-old on several occasions vehemently disputed the Nazis had systematically exterminated six million European Jews during World War II.

Denying the Holocaust is a crime in Germany.

Webmaster's Commentary:

People who think Elvis is still alive are not rounded up and thrown in prison. People who claim to have seen Bigfoot are not forced from their jobs and homes. People who claim aliens in UFOs
have taken them up into the sky for weird sexual experiments are not dragged into court (Actually these days they get TV shows on History Channel).

Only in this one area of inquiry is the full coercive weight of the legal system brought to bear to force adherence to dogma.

We KNOW that Saddam did not have nuclear weapons.

We KNOW the "soap made from Jewish victims" story was a lie.

We KNOW the lampshades story was a myth.

We KNOW there never was a Camp Walczak where Rudolph Hoess supposedly committed the crimes he was tortured into confessing to.

We are the most lied-to people on Earth.

And it is time for an age of truth.


Radical Muslim group run by Israeli Jews!

Now, go here and watch Jon Stewart joke and make derogatory comments about the group that threatened the creators of South Park for showing the image of Muhammad on their recent show. Then he thanks all the “other” religions for not behaving like the “Radical Muslims” did when Stewart makes fun of their religion. He then shows clip after clip showing how they have made fun of Jewish people without anyone threatening violence.

Radical Muslim is a COINTELPRO site, run by a “converted” jewish settler pretending to be a “radical Muslim”. He is the ONE Muslim that complained about the South Park episode… an ex-radical Israeli settler, Mr. Stewart… real Muslims haven’t threatened South Park once since 2001 when they FIRST ran an image of the prophet on their show.

Vous ne pouvez pas dire n’importe quoi sur ce blogue (et nous non plus, bien sûr!)

http://blogues.cyberpresse.ca/edito/?p=1674

André Pratte

Certains blogueurs se plaignent que leurs commentaires ne sont pas publiés. Ils crient à la censure. Toute personne de bonne foi analysant le contenu du Blogue de l’édito admettra que toutes les opinions y trouvent leur place, y compris les critiques parfois dures adressés à l’équipe éditoriale de La Presse. Le dialogue, le débat: telles sont les raisons d’être d’un blogue éditorial.

Cependant, nous ne tolérons pas les insultes et les propos diffamatoires, qu’ils concernent un autre blogueur, un éditorialiste ou toute autre personne. Il s’agit non seulement de maintenir un ton respectueux, propice aux échanges, comme le désire la grande majorité des lecteurs et participants. C’est aussi une obligation légale, comme vient de le rappeler la juge Danielle Richer, dans un jugement rendu la semaine dernière.


La loi sur les propos haineux est jugée anticonstitutionnelle

Stéphane Baillargeon
Édition du vendredi 04 septembre 2009

Mots clés : Internet, constitutionnalité, loi sur les propos haineux, Internet, Justice, Canada (Pays)

Un petit trou peut-il venir à bout d'un grand navire? Un jugement du Tribunal canadien des droits de la personne affirme que la Loi canadienne sur les droits de la personne interdisant les propos haineux diffusés sur le Web porte atteinte à la liberté d'expression garantie par la Charte canadienne des droits et libertés.

Cette décision, bien que liée à un simple tribunal administratif, fournit des armes aux ennemis de la censure, sur Internet ou ailleurs, quitte à laisser les opinions extrêmes en profiter.

La cause tranchée cette semaine à Ottawa faisait suite à une plainte déposée en 2003 par un enquêteur de la Commission canadiennes des droits de la personne, Richard Warman, contre le Torontois Marc Lemire, accusé d'avoir affiché des propos jugés antisémites et homophobes sur le site freedomsite.org, dont il est le webmestre. La grande majorité des propos attaqués étaient tenus par d'autres internautes.

Athanasios Hadjis a conclu mercredi que l'article 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne allait à l'encontre des dispositions de la Charte canadienne des droits et libertés. Le membre (c'est ainsi qu'on désigne le juge de ce tribunal administratif) tire d'affaire Marc Lemire. M. Hadjis refuse de le pénaliser ou de lui ordonner de cesser de publier ses propos.

En fait, le «juge» reconnaît que Marc Lemire a transgressé la section 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne en au moins une occasion, en l'occurrence avec un texte intitulé «AIDS Secrets» écrit par un néonazi américain. Ce texte, dit M. Hadjis, contrevenait bel et bien à cet article parce qu'il accusait les homosexuels et les Noirs de répandre «un virus mortel» et de «détruire ainsi les vies d'enfants et d'adultes américains».

Il n'a cependant imposé aucune mesure contre le webmestre parce que l'article de la loi va, selon lui, à l'encontre de la Charte canadienne des droits et libertés. Cet article a vu le jour durant les années 1960 afin de lutter contre l'existence des tribunes téléphoniques racistes. Sa portée a par la suite été étendue à Internet. Cependant, il fait depuis quelque temps l'objet de sévères critiques.

La réaction publique à la décision se divise entre ceux qui louent «l'audace» du juge Hadjis et ceux qui qualifient sa décision de scandaleuse. Cette polarisation témoigne de la confusion qui entoure l'éternel débat sur le discours haineux au Canada.

Le militant conservateur Ezra Levant, auteur d'un livre prônant la liberté d'expression, n'a pas caché sa surprise devant cette décision. «C'est la première fois en 32 ans que quelqu'un est acquitté d'accusations liées aux clauses sur la censure de la Loi canadienne sur les droits de la personne», a observé le militant, qui appuie bien sûr M. Lemire. «C'est incroyable! Et le fait que la loi soit jugée inconstitutionnelle a une signification plus grande encore.»

Par contre, ce jugement d'un tribunal administratif n'invalide pas la loi qui a d'ailleurs fait l'objet d'une décision de la Cour suprême il y a 15 ans. «Le membre prend bien soin de dire qu'il ne contredit pas la Cour suprême sur un jugement rendu il y a 15 ans dans l'affaire Taylor, un cas similaire», explique Pierre Bosset, professeur du département des sciences juridiques et de science politique de l'UQAM. Me Bosset est un spécialiste des droits de la personne. «M. Taylor répandait des propos haineux par le téléphone et avait été condamné. Il contestait la constitutionnalité de la loi et le tribunal avait affirmé qu'il y avait bel et bien une atteinte à la liberté d'expression, mais qu'elle était justifiée.»

Le nouveau jugement, d'une instance mineure, s'appuie sur des modifications récentes (1998 et 2001) à la Loi canadienne sur les droits de la personne, explique encore le professeur. D'abord, un amendement a ajouté Internet dans les moyens de communication. Ensuite, et surtout, une modification a introduit la possibilité de condamner les fautifs à des «sanctions pécuniaires». M. Warman réclamait d'ailleurs 7500 $ à M. Lemire.

«Selon le membre du tribunal, ça change la nature de la loi en matière de propagande haineuse, explique le professeur. C'était une mesure civile. C'est devenu quasiment pénal. Il y a un effet intimidant.»

La structure se fissure à peine et l'édifice ne semble pas trop ébranlé. Le professeur Bosset peut d'autant moins prédire les conséquences du jugement que le tribunal administratif ne peut se prononcer sur la constitutionnalité de la loi, une prérogative des tribunaux civils de droit commun.

«Le membre se contente de dire qu'il n'appliquera pas la loi, nuance l'expert. Éventuellement, d'autres jugements, d'autres tribunaux mèneront peut-être vers la Cour suprême. Ça pourrait arriver.»

Le Congrès juif canadien (CJC) a rapidement manifesté le souhait que le jugement de M. Hadjis soit porté en appel. «Nous sommes sérieusement en désaccord avec sa décision de ne pas imposer une ordonnance de cessation et d'abstention», a déclaré Joel Richler, avocat-conseil honoraire du CJC.

Le professeur Bosset relativise alors l'impact de la décision. Il n'est pas plus possible maintenant qu'hier de dire n'importe quoi, n'importe comment, n'importe où. «L'article 13 demeure en vigueur. Une personne qui, de manière intentionnelle, répandrait des propos discriminatoires pourrait être trouvée coupable d'une violation de cet article 13. D'autre part, il reste tout le Code criminel, où on trouve des dispositions concernant la propagande haineuse.»

Bref, le navire ne prend l'eau que par un tout petit trou...

***

Avec la Presse canadienne

http://techno.branchez-vous.com/actualite/2009/09/marc_lemire_freedomsite.html

jeudi 3 septembre 2009

Les propos discriminatoires dans les blogues: inclus dans les droits à la liberté d'expression?

Dans un jugement rendu hier, un membre du Tribunal des droits de la personne a déterminé que la loi fédérale régissant les propos haineux - notamment dans l'Internet - est inconstitutionnelle puisqu'elle irait à l'encontre de la Charte canadienne concernant les droits à la liberté d'expression.

Cette décision est importante, puisque cela signifie que Marc Lemire - webmestre du site Freedomsite.org - ne sera pas puni. Cet Ontarien avait été poursuivi en 2003 par Richard Warman, un avocat d'Ottawa, parce qu'il jugeait que le site affichait des commentaires «discriminatoires» antisémites et homophobes qui exposaient les minorités visibles à «la haine et au mépris».

À la suite de ces allégations, Marc Lemire avait répliqué qu'un webmestre ne peut être tenu responsable du contenu des commentaires sur son site. De plus, il avait affirmé que la loi (Article 13 de la Charte canadienne des droits de la personne) sur laquelle se basait l'argumentation de Richard Warman devrait être «déclarée inopérante», puisqu'elle allait à l'encontre de la Charte canadienne des droits et libertés.

C'est sur ce dernier point qu'Athanasios Hadjis, un membre du Tribunal des droits de la personne, a donné raison à M. Lemire. Bien que ce jugement risque de faire appel, Marc Lemire n'aura pas à assumer de pénalité.

L'article 13 affirme que sont considérées discriminatoires, les communications d'individus ou de groupes susceptibles d'exposer une ou des personnes à la haine et au mépris en regard à la race, à l'orientation sexuelle, à la religion, etc.

(Source: Globe and Mail)

http://www.aaargh.codoh.com/blog/revifr/2009/09/03/les-revisionnistes-cassent-la-loi-canadienne/

LES RÉVISIONNISTES CASSENT LA LOI CANADIENNE

Depuis des années, et le dernier grand procès de Zundel au Canada à la fin des années 90, les révisionnistes livrent bataille pour faire abolir des lois particulièrement vicieuses qui permettent à des pseudo tribunaux, comme la « Commission canadienne des droits de la personne » d’imposer un cadre totalitaire aux libertés canadienne, bafouées et mises au service de l’effroyable lobby juif qui règne en maître sur les « arpents de neige » bien connus. Il faudrait des volumes pour faire la chronique de ces abus du droit et de moyens déloyaux utilisés par les magistrats pour faire règner la terreur juive. C’est elle qui a poussé Zündel, écœuré par les combines des palais de justice, à s’expatrier aux Etats-Unis, ce qui, finalement, n’était pas une si bonne idée, à y bien réfléchir. L’autre grand combattant de ces obscure batailles a été Marc lemire, révisionniste de vieille date, qui a participé à toutes les aventures de cette poignée de sceptiques. Il faut aussi souligner le rôle de l’avocate Barbara Kulaszka qui fut longtemps aux côtés de Zündel. Voici quelques extraits d’un papier de « nationalpot.com » traduits par Bob Gratton, sur son blog, (qui ne manque pas d’intérêt):

(2 septembre 2009) Le Tribunal Canadien des Droits de la Personne a statué que l’article 13, très décrié sur son interprétation des « propos haineux » est une violation des garanties constitutionnelles du droit à la liberté d’expression. La décision publiée ce matin par le président du Tribunal Athanasios Hadjis semble désavouer la Commission canadienne des Droits de la Personne (CCDP) ainsi que son mandat légal très controversée sur la traque de la haine sur Internet, équivalent à une véritable censure. Cet article 13 a été beaucoup utilisé par un avocat du lobby juif, nommé Richard Warman. La décision d’aujourd’hui est une victoire sur M. Warman obtenue par Marc Lemire, le webmaster de freedomsite.org, qui a été soutenu dans sa contestation constitutionnelle de l’article 13 par l’équipe d’avocats qui a défendu Ernst Zundel, révisionniste déporté en Allemagne par l’arbitraire des « tribunaux » canadiens. M. Warman a déclaré que des messages postés sur le site web de Mr Lemire, écrits par d’autres, contrevenaient à l’article 13 en ce qu’ils étaient susceptibles d’exposer des groupes identifiables à » la haine ou au mépris « . M. Lemire a répondu en contestant la loi elle-même, qui avait confirmée pour la dernière fois par la Cour suprême du Canada en 1990 dans une décision majoritaire, avant l’apparition d’Internet.

http://fr.canoe.ca/techno/nouvelles/archives/2009/09/20090903-064442.html

Liberté d'expression

La loi contre les propos haineux sur Internet, inconstitutionnelle?

La Presse Canadienne
John Ward
03/09/2009 06h44




Un membre du Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) estime dans un jugement que la loi interdisant les propos haineux sur Internet est inconstitutionnelle parce qu'elle porte atteinte à la liberté d'expression.

Athanasios Hadjis a conclu mercredi que l'article 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne allait à l'encontre des dispositions de la Charte canadienne des droits et libertés.

Bien que ce jugement n'invalide pas la loi - cela revenant aux tribunaux - il tire d'affaire Marc Lemire, M. Hadjis ayant refusé de le pénaliser ou de lui ordonner de cesser de publier ses propos.

Si les autres membres du TCDP suivent l'exemple de M. Hadjis, les affaires relatives à l'article 13 pourraient devenir choses du passé.

Cet article a vu le jour durant les années 60 afin de lutter contre l'existence des tribunes téléphoniques racistes, et sa portée a par la suite été étendue à Internet. Cependant, il fait depuis quelque temps l'objet de sévères critiques.

Le militant conservateur Ezra Levant, auteur d'un livre prônant la liberté d'expression, n'a pas caché sa surprise devant cette décision.

«C'est la première fois en 32 ans que quelqu'un est acquitté d'accusations reliées aux clauses sur la censure de la Loi canadienne sur les droits de la personne», a-t-il observé. «C'est incroyable - et le fait que la loi soit jugée inconstitutionnelle a une signification plus grande encore.»

Le Congrès juif canadien (CJC) a rapidement manifesté le souhait que le jugement de M. Hadjis soit porté en appel.

«Nous sommes sérieusement en désaccord avec sa décision de ne pas imposer une ordonnance de cessation et d'abstention», a déclaré Joel Richler, avocat-conseil honoraire du CJC.

Le jugement rendu par M. Hadjis faisait suite à une plainte déposée par un avocat d'Ottawa, Richard Warman, à l'endroit de Marc Lemire, qui était accusé d'avoir affiché des propos antisémites et homophobes sur divers sites Web.

M. Hadjis a reconnu que Marc Lemire avait transgressé la section 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne en au moins une occasion. Il n'a cependant imposé aucune mesure contre lui parce que l'article de la loi va, selon lui, à l'encontre de la Charte canadienne des droits et libertés.

http://www.chrt-tcdp.gc.ca/aspinc/search/vhtml-fra.asp?doid=739&lg=_f&isruling=0


Tribunal canadien des droits de la personne

chrt-tcdp.gc.ca

Liens institutionnels

· Le TCDP en bref

· Décisions

· Affaires

· Divulgations

· Rapports

CANADIAN HUMAN RIGHTS TRIBUNAL TRIBUNAL CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE

richard warman

le plaignant

- et -

COMMISSION CANADIENNE DES DROITS DE LA PERSONNE

la Commission

- et -

marc lemire

l'intimé

- et -

procureur général du canada

la partie intéressée

DÉCISION SUR REQUÊTE

MEMBRE INSTRUCTEUR : Athanasios D. Hadjis

2006 TCDP 7

2006/02/22

[TRADUCTION]

[1] J'ai eu la possibilité d'examiner les observations des parties sur la question du lieu de l'audience de la plainte.

[2] Le plaignant allègue dans la plainte que Marc Lemire a fait de la propagande haineuse sur un site Internet nommé « freedomsite.org », en contravention de l'article 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne. Le plaignant, Richard Warman, prétend avoir visionné le site Web sur un ordinateur à Ottawa, où il réside. M. Lemire vit près d'Oakville (Ontario), ou quelque part dans cette ville, dans la région du Grand Toronto. Son avocate n'a pas divulgué son adresse exacte dans ses observations. Le site Web « freedomsite.org » a une adresse postale à Toronto.

[3] Ainsi, le plaignant allègue que M. Lemire, un résident de la région du Grand Toronto, a exploité un site Web, également situé à Toronto, sur lequel était affichée de la propagande haineuse. La nature de l'Internet fait qu'il est possible de prendre connaissance de la documentation d'un endroit à Ottawa ou d'à peu près n'importe quel endroit dans le monde. À mon avis, cependant, le lieu ayant le lien le plus étroit avec le comportement discriminatoire allégué est la région du Grand Toronto.

[4] M. Warman a proposé que l'audience ait lieu à mi-chemin entre Ottawa et Toronto, par exemple à Kingston. Je ne vois pas la logique de cette proposition. Situé à plusieurs heures tant d'Ottawa que de Toronto, un tel lieu ne sera convenable pour aucune des parties et n'a aucun lien rationnel avec le lieu où la discrimination alléguée serait survenue.

[5] J'estime qu'à l'égard de la présente affaire, Toronto est le lieu le plus approprié. M. Warman prétend que si l'audience doit être tenue à Toronto, il préférerait que l'endroit choisi soit situé au centre-ville. Ses frais de déplacement seraient réduits étant donné qu'il a personnellement accès à un hébergement à un coût peu élevé, et que le transport en commun est facilement accessible. À mon avis, il s'agit d'une demande raisonnable.

[6] M. Lemire a affiché une préférence pour un endroit situé à l'extrémité ouest de la région du Grand Toronto, dans la région d'Oakville/Mississauga/Etobicoke. Il doit être capable d'aller chercher son enfant à la garderie. Il prétend en outre qu'il craint de subir de l'intimidation et du harcèlement de la part de certains groupes si l'audience a lieu au centre-ville de Toronto. Je suis certain que M. Lemire peut être accommodé à ces deux égards. Au besoin, le calendrier de l'audience pourrait être adapté pour lui donner suffisamment de temps pour aller chercher son enfant. Les parties peuvent également être assurées que le Tribunal ne tolérera aucune perturbation ou intimidation, à l'intérieur ou à l'extérieur de la salle d'audience, et que des mesures appropriées seront prises pour régler tout problème qui pourrait survenir.

[7] Après avoir pris en compte toutes les observations des parties, j'ordonne que l'audition de la plainte ait lieu dans le centre ou au centre-ville de Toronto. Le Tribunal établira l'adresse exacte et la communiquera aux parties à une date ultérieure.

Athanasios D. Hadjis

Ottawa (Ontario)

Le 22 février 2006

PARTIES AU DOSSIER

DOSSIER DU TRIBUNAL :

T1073/5405

INTITULÉ DE LA CAUSE :

Richard Warman c. Marc Lemire

DATE DE LA DÉCISION

DU TRIBUNAL :

Le 22 février 2006

ONT COMPARU :

Richard Warman

En son propre nom

Giacomo Vigna / Ikram Warsame

Pour la Commission canadienne des droits de la

personne

Barbara Kulaszka

Pour l'intimé

Simon Foghergill

Pour le Procureur général du Canada

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Infowars censuré...

oui mais même eux ils censurent le mot "sionisme" et "sioniste" sur leurs plate-formes infowars et prisonplanet!


Ils me font penser à Chomsky et Finkelstein qui vont en Israel juste pour se faire interdire d'accès et crier à la censure...

Se faire censurer peut être un bon moyen de gagner de la crédibilité auprès des conspiraitonnistes et/ou des antisionistes...

Les Nouvelles Internationales a dit...

C'est vrai.