Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

mercredi 11 décembre 2013

Fukushima, psychologie et réflexions sur l'évolution de l'humanité et de la conscience




.







L'Autre Monde 11 décembre 2013 : Fukushima, psychologie et réflexions sur l'évolution de l'humanité et de la conscience
 
 
Pour écouter, ou pour télécharger, simplement cliquer sur le lien ici:

L'Autre Monde 11 décembre 2013

90 min / Radio de l'UQAM, CHOQ FM
 
 
 Au programme cette semaine: 


Nous couvrons à nouveau la situation de Fukushima et nous vous présentons cette semaine une conversation sur la psychologie de la motivation et un réflexion à continuer sur l'évolution de l'humanité et de la conscience globale. 


Dernière émission pour le moment sur CHOQ FM. Vous pourrez suivre les prochaines capsules de L'Autre Monde ici, sur Les Nouvelles Internationales, ainsi que sur notre canal YouTube de LM

À bientôt!

 


***Hyperliens vers les sources des informations discutées sur l'émission d'aujourd'hui: 




December 9th, 2013 | 24 comments
04:06 PM EST on December 9th, 2013 | 50 comments
12:46 PM EST on December 9th, 2013 | 65 comments
10:48 AM EST on December 9th, 2013 | 110 comments
07:10 PM EST on December 8th, 2013 | 106 comments
Health Canada website’s highest concentration of xenon-133 (Xe-133) detected at a Canadian CTBTO monitoring station after Fukushima disaster (SOURCE):
Health Canada’s radiation monitoring network highest concentration of Xe-133 (SOURCE):
Also note Health Canada’s website shows that Xe-133 was never detected after Fukushima at the Sydney, BC monitoring station (SOURCE).
Evidence of sharp features in the Fukushima plume over Southwestern British Columbia, by Health Canada and Canadian Association of Management Consultants (Undated):
img_426-Dec.-02-19.21-300x185.jpg
img_439-Dec.-07-14.55-300x185.jpgEvidence of sharp features in the Fukushima plume over Southwestern British Columbia [...]
Unfortunately, the land map is removed from the study’s images. For a reference point, the row of dots in the upper right denote monitoring stations along the Vancouver Island coast.
Naively [naive: deficient in worldly wisdom or informed judgment] one could expect a diffuse and well-mixed plume reaching the West Coast, especially in the boundary layer – - Nevertheless important small scale features are observed in the plume […]
Dispersion modelling indicates that there are indeed small scale / sharp features in the plume even after several days travel times [...]
Horizontal diffusion does not play a major role in the horizontal spread of the plume [...]

img_439-Dec.-07-14.55-300x185.jpg04:13 PM EST on December 8th, 2013 | 84 comments
Asahi Shimbun, Dec. 7, 2013: Record outdoor radiation level detected at Fukushima plant — [Tepco] said Dec. 6 it detected the highest estimated radiation level for an outdoor location at the crippled Fukushima No. 1 nuclear plant. The reading of 25 sieverts per hour was taken on steel piping near an exhaust stack for the No. 1 and No. 2 reactors, TEPCO said. [...] A TEPCO official said radioactive materials derived from melted fuel likely entered the piping during venting soon after the accident [...]
NHK Transcript, Dec. 6, 2013: Engineers at Japan’s crippled nuclear plant  have hit another snag. They’ve discovered radiation outside a building on the Fukushima Daiichi site, and say it’s potentially lethal.
NHK WORLD, Dec. 6, 2013: Highest radiation levels measured outside reactor — Tokyo Electric Power Company says radiation levels are extremely high in an area near a ventilation pipe at the crippled Fukushima Daiichi nuclear power plant. TEPCO found radiation of 25 sieverts an hour on a duct [...] The estimated radiation level is the highest ever detected outside reactor buildings. People exposed to this level of radiation would die within 20 minutes. [...]
Watch NHK’s broadcast here

01:18 AM EST on December 8th, 2013 | 81 comments
07:01 PM EST on December 7th, 2013 | 198 comments
02:32 PM EST on December 7th, 2013 | 63 comments
Fairewinds chief engineer Arnie Gundersen interviewed by Common Dreams, Dec. 6, 2013: “All radiation is unsafe […] There is no non-harmful level. […] The faucet is still on. The Pacific is still becoming more contaminated […] This is not a one time wave that washes the shore and goes away. Fukushima is continuing to pollute the ocean.”
Estimated plume location in 4 months — Color scale’s units are in Bq/m³ (V. Rossi et al. 2013)
Fairewinds chief engineer Arnie Gundersen interviewed on KPFA’s Living Room, Sept. 6, 2013: (at 54:00 in): Within about a year it will be on the West Coast of America. But it’s not like it’s going to end — because Fukushima is still pumping in radioactive isotopes. So it’s not a, “Well, it’s going to occur for a week so we can all go home and not eat fish for a week.” This is a continuing contamination of the Pacific Ocean.
A study published earlier this year (V. Rossi et al. 2013) estimated that the radioactive plume would linger off California’s coast for 10 years. Yet, the researchers model is based upon releases from Fukushima ending just a month after the disaster began in March 2011 — meaning it does not account for the 400 tons of radioactive water flowing into the Pacific from the plant each day.

11:02 AM EST on December 7th, 2013 | 216 comments

01:02 AM EST on December 7th, 2013 | 92 comments

05:49 PM EST on December 6th, 2013 | 178 comments

04:45 PM EST on December 6th, 2013 | 103 comments

12:53 AM EST on December 6th, 2013 | 144 comments

05:32 PM EST on December 5th, 2013 | 201 comments

02:01 PM EST on December 5th, 2013 | 181 comments

11:27 AM EST on December 5th, 2013 | 69 comments

02:31 AM EST on December 5th, 2013 | 97 comments

08:40 PM EST on December 4th, 2013 | 132 comments

01:25 PM EST on December 4th, 2013 | 175 comments

10:11 AM EST on December 4th, 2013 | 110 comments

07:57 PM EST on December 3rd, 2013 | 116 comments


Israel Ups the Anti-Obama Ante


Last week Israel announced it would build 20,000 new settlement homes in the occupied West Bank. It kinda sorta withdrew this plan in the face of international outrage. Then Benjamin Netanyahu went on CNN to blast President Obama's peace overtures to Iran, while a key advisor told the Financial Times that Israel was ready and willing to bomb Iran whether America liked it or not. Dan Drezner says the technical IR term for this behavior is "wigging out":
There is an old saying that the fastest way to teach a dog not to chase cars is to let him catch one! So, let Israel attack Iran (as if anyone can stop them). Then when Iran retaliates, we should all sit back and let Israel deal with the mess themselves. We know Israel has nuclear weapons, but if they dare use them against Iran, it reminds the world that Israel has been lying all along about not having them, and claiming to be this poor helpless victim state needing constant money and weapons from other nations. Israel has already proven itself to be the sole war-monger amidst a community of nations seeking peace, and from this point on, there is nothing Israel can do that will stop the world from seeing Israel as it truly is; a belligerent nuclear-armed state waging wars on the rest of the world through its financial and US military proxies.
When you see a schoolyard of children, and there is one child that is constantly getting into fights, common sense tells you that the problem is not that schoolyard, but that one child. Israel continues to scream that all the problems are caused by the rest of the world being anti-Semitic and hating Israel, but common sense tells us where the problem truly lies.

 

Kerry says won't visit Israel this weekend


US Secretary of State John Kerry said Monday he would not be able to visit Israel over the coming weekend, despite an announcement by Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu.
Kerry has already talked to the wall and probably doesn't feel a need to waste any more of his time.

 

Iran Can Have A Nuclear Bomb In Six Weeks Unless The U.S. Stops Them


Naftali Bennett, Israel’s Economy and Commerce Minister, warned this morning that if the U.S. decides to relax economic sanctions on Iran, and does not insist on its dismantling its uranium enrichment capability, Iran will be able to manufacture a bomb in only 6 weeks, an obvious threat to the survival of Israel.
Iran is playing by the rules. They have signed the Nuclear Non-Proliferation Treaty which recognizes their right to peaceful uses of nuclear technology, including power generation, medical isotopes and other industrial applications. Iran allows IAEA inspections, which so far (rumor and innuendo aside) have found no evidence of weapons development. And it is important to remember that Iran has not attacked and invaded another nation in a war of aggression in over 200 years. So here comes Israel insisting (without any proof) that Iran is just weeks away from a nuclear weapon, the same claim that have been repeating since 1985. Israel has NOT signed the Nuclear Non-Proliferation Treaty. Israel refuses all IAEA inspections. Israel has nuclear weapons and was caught trying to sell clandestine nuclear weapons to the former government of South Africa; the very activity the Nuclear Non-Proliferation Treaty is intended to prevent. And Israel cannot seem to go six months without attacking one of their neighbors (or tricking the US into doing it for them).
I am rather surprised to see Forbes willing to provide a forum for Israel to cry "Wolf! Wolf!", or "Nuclear Duck!" (to quote Netanyahu), but the US financial sector has their own reasons for wanting to send young Americans to die in yet another war against nations refusing to continue the Petro-Dollar and Bretton-Woods scams. Forbes just hears their masters' voice!

Mondialisation.ca, 18 novembre 2013
Foto : Bouchehr, la première centrale nucléaire iranienne © Photo AtomStroiExport
Le service de renseignement israélien Mossad et les autorités saoudiennes coopèrent pour mettre au point un plan d’attaque contre l’Iran, écrit le journal britannique Sunday Times se référant à des sources diplomatiques.
“Une fois l’accord de Genève signé, l’option militaire sera de nouveau sur la table. Les Saoudiens sont furieux et prêts à fournir toute assistance nécessaire à Israël”, a déclaré l’un des interlocuteurs anonymes du journal.
Israël et l’Arabie Saoudite sont mécontents du déroulement des négociations concernant le dossier nucléaire iranien, estimant que l’éventuel accord entre l’Iran et les six médiateurs internationaux ne sera pas assez contraignant et ne privera pas Téhéran de sa capacité à fabriquer des armes nucléaires.
D’après le journal, Riyad est disposé à mettre ses bases aériennes à la disposition d’Israël en cas d’attaque contre la République islamique. L’Arabie saoudite envisage également de fournir à l’Etat hébreu des drones, des hélicoptères de sauvetage et des avions de transport.
Un nouveau volet des négociations entre l’Iran et les Six a pris fin le 10 novembre dernier à Genève. Il n’a pas débouché sur la signature d’un accord, mais les parties ont déclaré avoir réalisé certains progrès. Selon l’agence IRNA, la prochaine rencontre entre l’Iran et les Six aura lieu les 20 et 21 novembre à Genève.

Iran: Nucléaire civil ou arme atomique

L’Iran est persuadé que la communauté internationale doit reconnaître son droit à l’enrichissement d’uranium. Or, certains pays occidentaux, notamment les Etats-Unis, ne l’acceptent pas. Téhéran se déclare prêt à réfléchir à une suspension de l’enrichissement d’uranium, à une réduction du nombre de centrifugeuses et à la signature d’un protocole supplémentaire sur des garanties avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en échange de la levée des sanctions bancaires et pétrolières.

Par Prof Michel Chossudovsky, 12 novembre 2013
L’invasion militaire de la Bande de Gaza par les Forces israéliennes, est directement liée à la possession et au contrôle de réserves stratégiques de gaz en mer.
Il s’agit d’une guerre de conquête: on a découvert de vastes réserves de gaz au large du littoral de Gaza en 2002.
Dans un accord signé en novembre 1999, l’Autorité palestinienne (AP) a garanti des droits de prospection de gaz et de pétrole d’une durée de 25 à British Gas (BG Group) et son partenaire situé à Athène Consolidated Contractors International Company (CCC), une propriété des familles libanaises Sabbagh et Koury.
Ces droits sur les gisements de gaz en mer sont de 60 % pour British Gas, de 30 % pour Consolidated Contractors, et de 10 % pour le Fonds d’investissement palestinien. (Haaretz, 21 octobre 2007)
L’accord AP-BG-CCC inclut l’exploitation des gisements et la construction d’un gazoduc. (Middle East Economic Digest, 5 janvier 2001)
La licence de BG couvre toute la zone maritime située au large de Gaza, laquelle est contigüe à plusieurs installations gazières israéliennes. (Voir la carte ci-dessous). Il convient de souligner que 60 % des réserves de gaz le long du littoral de Gaza et d’Israël appartient à la Palestine.
BG Group a foré deux puits en 2000 : Gaza Marine-1 et Gaza Marine-2. British Gas estime que les réserves sont de l’ordre de 1,4 billions de pieds cubes, évaluées à environ 4 milliards de dollars. Ce sont les chiffres publiés par British Gas. La dimension des réserves de gaz palestiniennes pourrait s’avérer largement supérieure.

Par Jonathan Cook, 12 novembre 2013
Photo : Le gisement de Meged pourrait s’étendre sur 250 km², une grande partie en territoire palestinien.(Reuters)
Les investisseurs israéliens avaient raison de se réjouir le mois dernier en apprenant qu’Israël pourrait bientôt rejoindre le club des pays producteurs de pétrole, sans compter ses récentes découvertes d’importants gisements de gaz naturel au large des côtes.
Les actions de Givot Olam, société de prospection pétrolière, sont montées en flèche à la nouvelle que les réserves de pétrole sur son site Meged 5 étaient plus importantes qu’estimées précédemment.
La société, qui affirme avoir déjà vendu pour 40 millions de dollars de pétrole depuis que le champ de Meged est devenu opérationnel en 2011, croit maintenant que le puits est assis sur des réserves exploitables allant jusqu’à 3,53 millions de barils. Selon des dirigeants palestiniens, les réserves pourraient même être beaucoup plus importantes.
Un seul nuage se profile à l’horizon. On ne sait pas combien de cette nouvelle richesse pétrolière appartient véritablement à Israël. Le puits se situe sur la Ligne verte, ligne d’armistice de 1948 qui officiellement sépare Israël des territoires palestiniens occupés.
Selon des dirigeants palestiniens, Israël a modifié le tracé de son mur de séparation, en béton et en métal, au prétexte de sécurité, pour fournir à Givot Olam le libre accès au site, entre la ville israélienne de Rosh Haayin et le village palestinien de Rantis, au nord-ouest de Ramallah.
Pour Dror Etkes, chercheur israélien qui suit les activités israéliennes en Cisjordanie, le site de Meged se trouve « à quelques douzaines de mètres » à l’intérieur de la Ligne verte.
Israël et Givot Olam, cependant, en ont rendu l’accès difficile, arguant que Meged 5 est accolé à un champ de tirs israélien, de l’autre côté de la Ligne verte, en territoire palestinien occupé. Dans le passé, les médias israéliens ont été empêchés de filmer ou photographier le site.
Etkes, cependant, affirme ne pas être au courant si un quelconque entraînement militaire a eu lieu sur le champ de tir.
Mais ce qui paraît clair, c’est que le gisement de pétrole s’étend sur une zone vaste, avec une grande partie de la réserve pétrolière qui s’étendrait sur le territoire palestinien en Cisjordanie.
Le pétrole dans les territoires occupés
Bien que le ministère israélien de l’Énergie et de l’Eau ait refusé de faire tout commentaire publiquement à propos de Meged 5, un responsable de premier plan a déclaré en privé à Al Jazeera que le champ s’étendait au moins sur 125 km², et peut-être même jusqu’à 250 km²
Selon les accords d’Oslo, les Israéliens sont tenus de coordonner toute extraction de ressources naturelles en territoire commun avec l’Autorité palestinienne (AP), et d’arriver à des accords sur la façon d’en partager les profits.
Ashraf Khatib, responsable de l’unité de soutien des négociations de l’AP, affirme que la réserve pétrolière de Meged fait partie de «  toutes les ressources nationales palestiniennes qui sont volées  » par Israël.
« Le problème pour nous c’est que l’occupation ce n’est pas que les colonies et la confiscation des terres. Israël tirent aussi des profits, massivement, de l’exploitation de nos ressources. Il y a là beaucoup d’argent pour Israël, c’est pourquoi l’occupation dure depuis si longtemps » a-t-il dit.
L’an dernier, quand les réserves de Meged 5 ont été estimées à 1,5 million de barils – moins de la moitié des estimations actuelles -, Jamil al-Mutaur, vice-président de l’AP pour la qualité de l’environnement, a menacé de poursuivre Israël devant les tribunaux internationaux pour ses opérations unilatérales à Meged.

Deep beneath MELTING ANTARCTIC ice: An active VOLCANO


Pity poor Antarctica: already shedding its land (but not its sea) ice, it's now been found to conceal a volcano of some considerable size beneath its frosty coating.
But humans will still be blamed for the melting ice by Al Gore and his Carbonazis!

Journalists Sneaks Printed Plastic Gun Into Netanyahu Speech And Points It At Prime Minister


Mondialisation.ca, 19 novembre 2013
«What I see in Nature is a grand design that we can comprehend only imperfectly, and that must fill a thinking person with a feeling of humility…»
Albert Einstein Quoted in Dukas and Hoffmann, ´´AE: The Human Side», 39
«Ce que je vois dans la nature est un grand dessein que ne nous pouvons comprendre que de manière imparfaite, et que doit remplir une personne qui réfléchit avec un sentiment d’humilité…»
Albert Einstein
De tout temps, les hommes se sont posés les questions suivantes, fruit d’une inquiétude légitime: Qui sommes-nous? D’où venons-nous? Où allons-nous? Comment expliquer l’ordre superbe de l’Univers, depuis la délicate harmonie d’une humble fleur des champs, jusqu’à la splendeur sombre de la voûte étoilée? Suffit-il de laisser agir les lois de l’Univers pour qu’à partir du hasard naisse naturellement la vie ou faut-il imaginer qu’au-delà des choses visibles, il y a encore autre chose, une Intelligence discrète, un horloger, qui animerait la matière et lui donnerait souffle?
21 mars 2013, l’Agence spatiale européenne annonce les résultats reçus du satellite Planck lancé le 14 mai 2009. Pour rappel, Planck est un illustre physicien prix Nobel qui laissa à la physique sa fameuse constante «h» appelée par la suite en hommage, la constante de Planck qui permet de connaitre l’énergie émise par un photon. E= h «nu». La mission du satellite était d’explorer les confins de l’univers après le Big Bang, c’est-à-dire retrouver les premiers instants, la toute première lumière émise très froid à peine 2,72 degrés au-dessus du zéro absolu. Bien avant le satellite Planck il y eut Prognoz, un satellite soviétique lancé en 1983. Cobe lancé par les Américains en 1989, Wmap en 2000.
Pendant 1000 jours le satellite Planck a fouillé les confins de l’univers pour tenter de répondre aux questions des physiciens et de l’humanité: Comment l’univers a-t-il été créé? Est-il gouverné par le hasard ou par un ordre profond? Y avait-il quelque chose avant le Big Bang? Les premiers résultats sont fantastiques, le satellite Planck a permis de préciser l’âge de l’Univers à 13, 820 milliards d’années. Planck a décelé des «anomalies». Les écarts entre les parties «chaudes» et froides du rayonnement fossile n’excèdent pas quelques millionièmes de degré. D’où viennent-ils? Déjà en 1994 rapportent Igor et Grichka Bogdanov dans leur ouvrage Le mystère du satellite Planck: «Qui y avait-il avant la création de l’Univers?». Le prix Nobel Georges Smoot proclame dans le livre qu’il a consacré à ses infimes différences de température: «Nous ne sommes pas le résultat d’un simple accident cosmique.»(1)
De fait, la première lumière de l’univers, le «Fiat Lux» de la Bible? semble réglée au millionième près. Par quel miracle? Comment est-ce possible? Pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien proclamait en son temps Leibnitz? Avec le satellite Planck, avec le boson de Higgs la question est plus que jamais d’actualité. L’un des résultats les plus spectaculaires est que de plus en plus on parle de l’avant-Big Bang qui était censé décrire le déroulement de la création de l’univers à partir d’un point que l’on ne peut atteindre et que l’on avait justement la barrière de Planck à 10-43 sec. Georges Efstathiou astrophysicien à Cambridge déclarait justement à la réception des résultats envoyés par le satellite Planck: «Il est parfaitement possible que l’univers ait connu une phase avant le Big Bang qui ait vraiment existé et que l’on puisse suivre l’histoire de l’univers jusqu’à cette période précédant le Big Bang.» On est amené à penser avec certains physiciens que le Big Bang n’était qu’une étape. Peut-on alors voir des traces de l’avant Big Bang?
Souvenons-nous de l’aventure de Arno Penzias et Robert Penzias ingénieurs des laboratoires de Bell qui, les premiers, furent dérangés lors de la mise en place de leur antenne pour un tout autre objectif de ce «bruit de fond» qui persistait à rester quels que soient les réglages opérés sur la grande antenne. Ce signal correspond à une très basse température et il est partout présent dans l’univers. Ce bruit de fond prévu par le physicien Gamow dans les années quarante raconte en fait l’histoire de l’univers, ou plutôt sa signature. On raconte que Fred Hoyle ardent défenseur du modèle d’univers «immuable» fut perturbé au point de tourner en dérision la découverte et l’appelait Big Bang (le grand boum).
Un homme osa s’opposer aux équations d’Einstein et à sa théorie de la relativité: Alexander Friedmann. Il remet en cause justement l’approximation faite par Einstein avec sa constante cosmologique qui, en quelque sorte, cloue l’univers sur place. Il vient de démontrer que l’univers tout entier est en expansion et qu’il a existé un moment où ‘univers tout entier était un point loin dans le temps «ce que démontrera expérimentalement Edwin Hubble qui constate que les galaxies se déplaçaient vers le rouge, (effet Doppler).
L’avènement du boson de Higgs
Justement, comment les particules sont nées? Une découverte majeure a été faite début juillet 2012. «Il n’y a plus de doutes. Les explorateurs de l’infiniment petit viennent enfin de mettre la main sur une nouvelle particule. Les particules élémentaires doivent peut-être leur masse à l’insaisissable boson de Higgs. Dans les années 1970, les physiciens ont compris qu’il y avait des liens étroits entre deux des quatre forces fondamentales, la force faible et la force électromagnétique. Ces dernières peuvent être décrites dans le cadre d’une théorie unifiée, qui constitue la base du Modèle standard. On entend par «unification» le fait que l’électricité, le magnétisme, la lumière et certains types de radioactivité sont tous des manifestations d’une seule et même force appelée force électrofaible. Les équations fondamentales de la théorie unifiée décrivent de façon correcte la force électrofaible et ses particules porteuses de force associées, à savoir le photon et les bosons W et Z.
Dans ce modèle, toutes ces particules paraissent dépourvues de masse. Or si le photon a effectivement une masse nulle, nous savons que les particules W et Z ont une masse non nulle, équivalente à près de 100 fois la masse d’un proton. Heureusement, les théoriciens Robert Brout, François Englert et Peter Higgs ont proposé une théorie qui devait résoudre ce problème. Ce que nous appelons à présent mécanisme de Brout-Englert-Higgs donne une masse au W et au Z lorsqu’ils interagissent avec un champ invisible, dit «champ de Higgs», présent dans tout l’Univers. Juste après le Big Bang, le champ de Higgs était nul, mais, lorsque l’Univers a commencé à se refroidir et que la température est tombée en dessous d’une certaine valeur critique, le champ s’est développé spontanément, si bien que toutes les particules interagissant avec ce champ ont acquis une masse. Plus une particule interagit avec ce champ, plus elle est massive. Les particules comme le photon, qui n’interagissent pas avec le champ, se retrouvent dépourvues de masse. Comme tous les champs fondamentaux, le champ de Higgs est associé à une particule, le boson de Higgs. Le boson de Higgs est la manifestation visible du champ de Higgs, un peu comme la vague à la surface de la mer.» (2)
L’Univers est-il né par hasard?
Aujourd’hui, à l’instant du Big Bang, l’univers est encadré par une série de constantes cosmologiques qui gouvernent à chaque instant chaque étape de la naissance de la matière. A tel point que certains physiciens parlent de miracle car sa naissance est parfaitement ordonnée ce qui a fait dire à Georges Smoot prix Nobel que «le Big Bang est l’évènement le plus cataclysmique que nous puissions imaginer, et à y regarder de plus près apparaît finement orchestré». Citons l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan qui nous explique une constatation acceptée par tous les chercheurs, appelée principe anthropique: «L’univers se trouve avoir, très exactement, les propriétés requises pour engendrer un être capable de conscience et d’intelligence. Les astrophysiciens peuvent jouer aux dieux créateurs en construisant des modèles d’univers, chacun avec sa propre combinaison de constantes et de conditions initiales, grâce à la puissance des ordinateurs modernes. La question… qu’ils se sont posée pour chaque modèle d’univers est: héberge-t-il la vie et la conscience après une évolution de 13,7 milliards d’années?»(3)
«La réponse est…: la vaste majorité des univers possède une combinaison perdante (…) – sauf le nôtre (…) La précision stupéfiante du réglage de la densité initiale de notre univers est comparable à celle que devrait montrer un archer pour planter une flèche dans une cible carrée d’un centimètre de côté qui serait placée aux confins de l’univers, à une distance de quelque 14 milliards d’années-lumière.» «Aucun scientifique ne contestera le réglage très précis des constantes physiques et des conditions initiales de l’univers pour permettre notre existence (…) Les débats surviennent quand il s’agit d’aller plus loin, quand on aborde le principe anthropique fort (…): ce réglage est-il dû au seul hasard? Ou bien résulte-t-il de la nécessité, si bien que les valeurs des constantes… sont les seules permises? Disons-le tout de suite: la science est incapable de trancher entre ces deux propositions. Une autre raison pour laquelle je m’insurge contre l’hypothèse du hasard est que je ne puis concevoir que toute la beauté, l’harmonie et l’unité du monde soient le seul fait de la chance (…) Je pense qu’il faut parier, comme Pascal, sur l’existence d’un principe créateur (…) mais c’est un postulat que la science est incapable de démontrer, qui relève de la métaphysique.» (3)
Il est vrai que si une seconde après le Big Bang le taux d’expansion a été à peine plus lent (de 1milliardième) alors inéluctablement le cosmos n’aurait pas pu s’arracher à la gravitation et se serait effondré sur lui-même en un magma informe et je ne serais pas là pour en parler… A l’inverse, un Big Bang un milliardième plus rapide et la matière se serait dispersée en poussière dans le vide, ne laissant aucune chance aux étoiles de se former et là encore il n’y aurait pas de système solaire. Si un seul de ces paramètres avait une très faible déviation même d’une valeur infime, la vie n’aurait jamais pu émerger de la matière et la matière elle-même n’aurait jamais pu se former. Le réglage de la constante cosmologique est précis jusqu’à la 120e décimale. Ce fut alors la chasse aux preuves, cela démarra avec le satellite soviétique Prognoz qui réussit à montrer que le rayonnement fossile avait un spectre de corps noir. Ce qui fut confirmé six ans plus tard par le satellite Cobe. L’astrophysicien Smoot a pu en regardant les premières images du rayonnement fossile s’exclamer:
«C’est comme voir le visage de Dieu» «Quelque chose semble inscrit dans cette lueur de l’aube cosmique. Comme un code mystérieux que Georges Smoot a appelé l’écriture manuscrite de Dieu. Remonter en arrière jusqu’à la création, regarder l’apparition de l’espace et du temps et de l’univers et de tout ce qu’il y a dedans, mais aussi voir l’empreinte de celui qui a fait tout çà.»(4)
La découverte du boson de Higgs annoncée début juillet 2012 est essentielle car les particules de lumières initiales n’avaient pas de masse. C’est le boson de Higgs qui les a «alourdies». Une partie de l’énergie devient matière. A l’origine du monde, tout n’était qu’énergie ou rayonnement. Point de particules,. Le calme plat dans un environnement très chaud. Puis l’Univers grandit et du coup la température baisse. Pour l’Univers, à ce moment-là, une partie de l’énergie devient matière, Ce qui était plat, identique dans toutes les directions, devient turbulent et asymétrique. Plus précisément, une partie de ce qui n’était qu’énergie devient matière stable et pesante. Le boson BEH leur a donné leur masse. Mais qui a donné la masse au boson?
Justement, face au mystère du monde il eut ces paroles lourdes de signification:
«Nous sommes dans la position d’un petit enfant entrant dans une immense bibliothèque dont les murs sont couverts jusqu’au plafond avec des livres écrits dans de nombreuses langues différentes. L’enfant sait que quelqu’un a écrit ces livres. Mais il ne sait pas qui, ni comment. Et il ne comprend pas les langues dans lesquelles ils sont écrits… Telle est je crois, l’attitude de l’esprit humain même le plus grand et le plus cultivé face à Dieu.» (5)
Le boson de Higgs a-t-il révélé l’existence d’une transcendance?
Le recours à la transcendance dans les découvertes est une constante de la tentation prométhéenne de l’homme. On a d’abord parlé du visage de Dieu et maintenant de la particule de Dieu. Où faut-il en rechercher l’origine? De manière naturelle avant le Big Bang, moment où la matière et l’énergie n’existaient pas encore.
«C’est une création à partir de rien. L’apparition à partir de rien de notre Univers.» Instant inouï où apparaissent à la fois Matière et Espace- Temps. «L’évolution du Monde peut être comparée à un feu d’artifice qui vient de se terminer… Nous voyons s’éteindre doucement les soleils et cherchons à reconstituer l’éclat disparu de la formation des mondes» écrit Hubble. Toutes ces lois semblent issues «d’un esprit immensément supérieur à celui de l’homme», dit Einstein qui croyait «au Dieu de Spinoza révélé dans l’harmonie du monde, mais pas en un Dieu qui se préoccuperait des faits et gestes de chacun». (6)
« La découverte du boson de Higgs écrit Fabien Trécourt, appelé aussi “particule de Dieu”, devrait éclairer les scientifiques sur l’origine de l’univers (…)Les quarks se couvrent de bosons comme on se couvrirait de neige. Ils acquièrent ainsi une masse et peuvent se lier pour former de nouvelles particules. Celles-ci, à terme, donneront de la matière. (…) Néanmoins, cette découverte ´´pose autant de questions qu’elle apporte de réponses, précise le bulletin du Cern. Par exemple, qu’est-ce qui détermine la masse du boson du Higgs´´? On serait tenté de reformuler: quelle est l’origine de l’origine? Tant que les scientifiques ne seront pas remontés au big-bang lui-même, voire à ce qui l’aurait précédé, il est à parier que les religions se satisferont de leurs propres explications sur la création de l’univers. (7)
En a -t-on fini avec la création de l’univers par l’explication par le Big Bang? Eh bien non! Il semble que les résultats transmis par le satellite Planck contiennent des anomalies: «L’univers à grande échelle n’est pas vraiment celui qu’on attendait» Qui y avait-il avant le big bang? Ce que Gamow appelle l’ère de saint Augustin. La matière n’existait pas encore? Est-ce que le temps existait ou pas et l’espace? Qui y avait-il à la place? Si on passe de l’autre côté du miroir du temps de Planck. Il y avait quelque chose peut-être d’impalpable cela pourrait être de l’information?
Saint Augustin sera troublé par le problème de la création: Dieu ne venait-il pas d’être surpris en flagrant délit d’oisiveté, d’oisiveté éternelle: «Que faisait Dieu avant de créer le ciel et la terre? S’il était oisif, inactif, pourquoi…ne l’est-il pas resté dans la suite des temps, de même qu’antérieurement il s’abstenait de toute oeuvre?» (Les Confessions, XI, X). Il est vain de s’interroger sur l’histoire de l’avant-création, puisqu’il n’y avait alors ni temps, ni événements, ni histoire; il n’y avait que le néant et Dieu.
L’infinie variété des formes de vie, leur incroyable complexité, leur conception merveilleuse sont une énigme. Pour certains scientifiques la vie est le résultat d’heureux hasards, «comme si nous avions gagné un million de dollars à la loterie un million de fois de suite». Notre univers est ce qu’il est, mais il existe une infinité d’autres univers tous différents; on a peut-être gagné le «bon univers à la loterie»…..Ces mystères devraient inciter une personne humble et respectueuse à reconnaître qu’il y a une puissance, une intelligence ou un esprit suprême, immensément supérieur à la science des hommes.
Professeur Chems eddine Chitour
Ecole Polytechnique enp-edu.dz
1.Georges Smoot: Les rides du temps. Editions Flammarion 1994
2. http://home.web.cern.ch/fr/about/physics/search-higgs-boson
3.Trinh Xuan Thuan: Je ne crois pas au hasard
http://www.atoi2voir.com/atoi/visu_article.php?id_art=640&n1=1&n2=5
4. Georges Smoot Science P802 (1997) dans Igor et Gricka Bodanov p70
5.Einstein dans George Sylvester Viereck Glimpses of the great. Ed. Duckworth 1930 Lu dans Igor et Gricka le mystère du Satellite Planck op;cité p.71.
6http://www.lemonde.fr/idees/chronique/2010/06/09/le-visage-de-dieu_ 1369808_3232.html
7. Fabien Trécourt – http://www.lemondedesreligions.fr/actualite/le-boson-de-higgs-a-t-il-revele-l-existence-de-dieu-10-07-2012-2627_118.php10/07/2012

Nikola Tesla plus vite que la lumière dès 1932 – Lettre ouverte à Dario Autiero



2013Monsieur Autiero,
C’est en tant que directeur de recherche au CNRS et cela dans le cadre de l’expérience OPERA menée avec les installations du CERN et de l’INFN que vous êtes amené le 22 septembre 2011 à rendre publique vos résultats de mesures de la vitesse des Neutrinos :
Extrait :
« Au terme de trois ans d’analyses complexes, l’expérience OPERA dédiée à l’observation – depuis le laboratoire INFN du Gran Sasso (Italie) – du faisceau de neutrinos CNGS en provenance du CERN, à 730 km de distance, a permis de conclure que les neutrinos parvenaient à destination plus rapidement que prévu. D’après les calculs, les neutrinos ont en effet 60 nanosecondes d’avance sur les 2,4 millisecondes qui devraient leur être nécessaires pour parcourir la distance séparant le CERN du Gran Sasso à la vitesse de la lumière. »
L’intégralité du communiqué de presse :
2011-09-22 – Communiqué du CNRS du 22 septembre 2011 – Neutrinos – Plus vite que la lumière
Quelques heures plus tard suivra la mise en ligne sur le site scientifique d’archives ouvertes ArXiv une publication de 24 pages détaillant les trois ans d’analyses complexes du faisceau de Neutrinos de l’expérience OPERA et les détails de la mesure de supraluminicité de celui-ci.
https://mon-partage.fr/f/W1yOV32n/
Rapidement, et serais-je tenté de dire, comme prévu, les premières levées de boucliers apparaissent et la remise en cause de votre travail devient un leitmotiv pour l’ensemble de la presse qui avec l’aide d’une partie de la communauté scientifique ne va pas tarder à trouver de « multiples failles » permettant de conclure à la non validité de votre publication.
Je ne vais pas m’attarder ici sur les éditoriaux ironiques et autres articles qui vont parvenir à éteindre définitivement le feu que vous aviez par mégarde allumé.
Le boson de Higgs fera le reste, plongeant dans une ombre noire le Gran Sasso et  relégant l’accélérateur du CERN à un simple circuit de F1 pour particules élémentaires.
Disparue l’expérience Opéra, dispersée façon puzzle dans l’inconscient collectif d’une communauté scientifique définitivement engluée dans des paradigmes qu’un enfant de 8 ans parviendrait à faire exploser en deux ou trois questions pour peu qu’il soit autorisé à s’exprimer.
Je ne pense d’ailleurs pas me tromper lorsque je vous soupçonne de ne pas être entièrement d’accord avec la tournure prise par les événements.
Une chose est sûre, c’est que dès les premières lignes du communiqué de presse du 22 septembre 2011, le directeur de la communication du CNRS rappelait le dogme inviolable Einsteinien qui veut que rien ne peut aller plus vite que la lumière dans le vide :
« Avec la théorie de la relativité restreinte énoncée en 1905, Einstein avait notamment prouvé que rien ne pouvait dépasser la vitesse de la lumière dans le vide. Pourtant, plus d’un siècle après, au terme de trois années de mesures de très haute précision et d’analyses complexes, l’expérience OPERA fait état d’un résultat totalement inattendu : les neutrinos arrivent au Gran Sasso avec une petite mais significative avance par rapport au temps que la lumière aurait pris pour faire le même parcours dans le vide. »
Et j’en viens maintenant à la raison qui m’amène aujourd’hui à vous écrire cette lettre ouverte.
Nous savons tous les deux qu’Albert Einstein ne s’est jamais vu attribué le prix Nobel pour ses travaux sur la relativité pour la bonne et simple raison que ces travaux étaient avant tout ceux d’Henri Poincaré
Trois sources parmi d’autres :
1)  The Origin and Concept of Relativity by H. B. Levinson
The British Journal for the Philosophy of Science
Vol. 16, No. 63 (Nov., 1965), pp. 246-248
http://www.jstor.org/discover/10.2307/686308?uid=3738016&uid=2&uid=4&sid=21103050486047
2) Encyclopédie Larousse 1971-1976 page 10822
http://www.larousse.fr/archives/grande-encyclopedie/page/10822
3) La Relativité, Poincaré et Einstein, Planck, Hilbert : Histoire véridique de la Théorie de la Relativité
http://books.google.fr/books?id=sju0AQBaAgsC&pg=PA19&lpg=PA19&dq=Larousse+poincar%C3%A9+Einstein&source=bl&ots=WiiXWh807h&sig=lXZdL9vkDzqIo0IVppjv2iAP-qg&hl=fr&sa=X&ei=2-f4Tp_PO4_G-QbBxbDMAQ&ved=0CB8Q6AEwAA#v=onepage&q=Larousse%20poincar%C3%A9%20Einstein&f=false

Maintenant la question qu’il convient de ce poser est la suivante :
Pourquoi Poincaré ne va pas exposer la théorie de la relativité comme le fera Einstein par la suite ?
La réponse c’est Nikola Tesla qui nous la donne dans le New York Times daté du 06 février 1932 dans lequel il adresse au rédacteur du journal un courrier rédigé deux jours plus tôt sous le titre « The Cosmic Rays ».
Un courrier dans lequel celui-ci fait état de l’avancée de ses travaux au travers d’une réponse à une série d’articles déjà publiés sur le sujet des rayons cosmiques.
C’est bien dans cet article vieux de plus de 82 ans que l’on a pu lire ce jour là pour la première fois l’affirmation suivante :
« I made some progress in solving the mystery until in 1899 I obtained mathematical and experimental Proofs that the sun and other heavenly bodies similary conditioned emit rays of great energy which consist of inconceivably small particles animated by velocities vastly exceeding that of light »
« J’ai fait des progrès pour résoudre le mystère jusqu’en 1899 lorsque j’ai obtenu les preuves mathématiques et expérimentales que le Soleil ainsi que les autres corps célestes similaires émettent des rayons d’une grande énergie qui consiste en d’inconcevables petites particules animées de vélocités dépassant largement celle de la lumière. »
L’intégral de l’article du NYT du 6 février 1932 :
1932-02-06 – NYT – Tesla – Cosmic Rays
De là à penser que Poincaré avait lui aussi fait cette phénoménale découverte mettant un frein définitif à la poursuite de ses travaux sur la théorie de la Relativité, il n’y a qu’un pas que l’on peut aisément franchir non ?
 Maintenant comment expliquez-vous que des centres de recherche comme le CERN, le CNRS et autres éminents laboratoires en tout genre, n’est pas cherché à obtenir, puis comprendre, comment et avec quels moyens cet homme qui ne se trompait jamais, avait pu dès 1899 démontrer que VOS NEUTRINOS (inconcevables petites particules) VONT BEL ET BIEN PLUS VITE QUE LA LUMIERE ???
 De plus comment avez-vous pu publier sur le sujet sans même jamais citer le docteur Tesla qui pourtant ce jour là a utilisé Le New York Times (le ArXiv de l’époque) ?
 Einstein a-t-il été l’éteignoir de son contemporain Tesla, aider en cela par la formidable machinerie destructrice de ceux qui n’avaient absolument aucun intérêt à le voir  aller jusqu’au bout de ses travaux ?
 La supraluminicité est assurément tueuse de relativité.
De quoi devrions-nous avoir peur face à une telle remise en cause du paradigme Einsteinien ?
 Et puisque la vérité rend libre.
 Redressez-vous !
Libérez-vous !
Stef2892