Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

mercredi 23 octobre 2013

L'Autre Monde 23 octobre 2013 : Le lobby israélien aux États-Unis, finances, espionnage NSA et Fukushima

 

.







L'Autre Monde 23 octobre 2013 : Le lobby israélien aux États-Unis, finances, espionnage NSA et Fukushima
 
Pour écouter, ou pour télécharger, simplement cliquer sur le lien ici:

L'Autre Monde 23 octobre 2013

90 min / Radio de l'UQAM, CHOQ FM
 

 

Nombre d'émission: 246

Diffusion en direct : Mercredi à 14:00h
Animateur(trice) : François Marginean
Réalisateur(trice) : François Marginean
Archives d'émission
 

 

Au programme cette semaine: 


Nous discutons du contrôle financier aux plus hauts échelon, du lobby israélien aux États-Unis, de l'espionnage international de la NSA/USA, de Fukushima et bien davantage!


C'est en rendez-vous le mercredi 14h sur les ondes de CHOQ FM, la radio officielle de l'Université du Québec à Montréal !
 


***Hyperliens vers les sources des informations discutées sur l'émission d'aujourd'hui:  


 

Iranian, Russian Air Force Commanders Discuss Mutual Cooperation


At the meeting today, the two top air force commanders underlined the need for the further expansion of bilateral ties and mutual cooperation.
The Iranian and Russian commanders also exchanged views over important issues, including missile and defense cooperation.
The Russian air force commander arrived in the Iranian capital at the head of a military delegation today.
Lieutenant General Bondarev is also scheduled to meet Commander of Khatam ol-Anbia Air Defense Base Brigadier General Farzad Esmayeeli and Commander of the Islamic Revolution Guards Corps (IRGC) Aerospace Force Brigadier General Amir Ali Hajizadeh in Tehran today.
Earlier this month, Iranian Navy Commander Rear Admiral Habibollah Sayyari announced a detachment of Russia's fleet of warships is due to dock in Iran's territorial waters in the near future.
“The Russian flotilla of warships will visit Iran in the near future,” Sayyari told FNA in the Northern city of Rasht.
Iran is ramping up its relationship with Russia in an intelligent and timely manner.
Should this military cooperation evolve into a mutual defense pact, to which I believe these talks are a prelude, it should give any country even thinking about attacking Iran at least a moment of pause.

 

By Christopher Hobson and Andrew Dewit, October 15, 2013
300 tons of highly toxic water, laced with such deadly radionuclides as Strontium-90, are leaking from a tank hastily constructed in the months after the accident. This represents the most urgent reported problem at the plant since the initial meltdowns.
Consider the scale of the contaminated water issue alone. Tepco have 330,000 metric tons stored in about 1000 above-ground tanks (at roughly 90% of their full 390,000 ton capacity34), within the site’s drainage system (apparently 20,000 tons of highly contaminated water35), and an undetermined amount in undergound storage tanks.36 Every day, according to the Japanese Agency for Natural Resources and Energy, the Nos 1 to 4 area of the Daiichi site receives about 1000 tons additional groundwater flow from the nearby mountains. Of this amount, it appears that roughly 400 tons come in contact with the reactors’ structures and underground radioactive wreckage and is thus contaminated, with roughly 300 tonnes of that flowing into the ocean. The remaining 600 tons appears not to be going into the reactor basements, but some volume of it appears to be getting contaminated elsewhere before flowing into the sea.37
Tepco uses about 400 tons of water per day to inject into the ruined reactor facilities (especially the area around the three 100-ton molten fuel cores) in order to keep them cooling. That amount is mixed with the 400 tons flowing in as groundwater. Tepco recycles half and pumps out the latter 400 tons of contaminated water and puts it into these above-ground tanks, each with 1000 ton capacity.38 So every 2.5 days, a new tank is necessary, for an annual total of roughly 150,000 tons. About 350 of the 1000 tanks already in place were for “temporary” storage, hastily thrown together with bolts and bits of cast-off material, and some of them are already leaking.39 That suggests some will need to be replaced. At the same time, Tepco plans to continue installing additional tank capacity, leading to total above-ground storage capacity of 700,000 tons in 2015 and 800,000 tons at the end of the 2016 fiscal year.40 But its ability to keep adding tanks is limited by proximity to the facilities, stability of the surface, and the area of Daiichi itself. So Tepco are, so to speak, trying to go up on a down escalator, dealing with “one of the most challenging engineering tasks of our generation.”41
Several international experts argue the solution is removal of very dangerous strontium and cesium (some leaked water’s radioactivity was 8 million times Japan Ministry of Health and Welfare limits) and then dilution and disposal. The Atomic Energy Society of Japan, for example, includes an accident investigation board that is calling for this. In late August, the board concluded that “It would be realistic to dilute the contaminated water to levels found in the natural world and release it into the ocean after removing radioactive materials other than tritium.” But this kind of release plan is contingent on Tepco getting its Multi-nuclide Removal Equipment (ALPS) back into operation. It is planned to be capable of removing 62 different radionuclides from 500 tons of water per day,42 but is offline at present due to weakness in the face of the corrosive water it is designed to filter.43
But even this plan, desperate as it is, is contingent on stopping the flow of groundwater.44 And there’s the rub. The present plan for stopping the groundwater flow is an “ice barrier” of about 1500 super-cool liquid-filled pipes encircling the ruined reactors.45 In addition to being incredibly expensive – at least tens of billions of yen to build and YEN 1 billion per year to maintain – and requiring a huge amount of energy to operate, there are serious doubts over whether it would work. Indeed, one of Japan’s leading specialist firms on such frozen soil applications (which are used in subway construction and other projects) did not offer a bid in the contract tender for a feasibility study, because it regards the task as altogether different from the standard applications. That project is a technology that has “never been used on such a scale,” and is in any event not in the cards until 2015. 46
So at present there is no real solution to the water problem. Simply throwing it all into the sea, as suggested for example by Andy Coghlan in NewScientist,47 is not likely to happen. Not only is there the growing international concern, but even the Japanese NRA is not sure what is in the water leaking out to sea and what damage it might be causing.48

 

Japan Times: “Plague of radioactive water” from Fukushima will need monitoring for next 100 years, maybe even longer — WSJ: Alarm over recent Tepco alert, it could be quite bad; Yttrium at 200,000 Bq/liter in groundwater

WSJ, Oct. 21, 2013: In an alarming Friday-morning alert, the operator of the stricken Fukushima Daiichi nuclear-power plant said that radiation levels on Oct. 17 had spiked some 6,500 times higher overnight, at a well [...] It’s a lot harder to figure out just how bad that creeping contamination is, however. JRT’s preliminary answer: It could be quite bad [...] Tepco tests water [...] using a quick method that measures something it calls “zen-beta’’ in Japanese – or “all-beta’’ in English. [...] Friday’s alert said that the zen-beta in the contaminated well was 400,000 Bq per liter – a record-high measurement. [...] it turns out that none of it is tritium, since the type of quick measurement used for the beta-radiation check isn’t sensitive enough to pick up tritium, says a Tepco spokesman. What’s more, Tepco has found that the zen-beta from the kind of water that was stored in the leaky tank is generally half from strontium-90 and half from a radioactive form of an element called yttrium, which is formed from strontium-90 in the process of nuclear decay. That would suggest there could be 200,000 Bq per liter of strontium-90 in the well – more than 6,600 times the allowed emission limit.
The Japan Times, Oct. 20, 2013: The plague of radioactive water at the wrecked Fukushima No. 1 power plant has renewed fears both in Japan and abroad over the contamination of seafood and the habitat it comes from. The government is trying to reassure consumers that all fish that find their way to market are safe [...] [Hideo Yamazaki of Kinki University] warned that Japan will need to keep monitoring various radioactive materials from Fukushima No. 1 for 100 years — and possibly even longer — as work to scrap the four damaged reactors stretches on for decades.
See also: Japan Professor: 1,000 years from now contaminated water from Fukushima may still be entering Pacific Ocean -- It's necessary to keep monitoring during that time

 

Heavy rains overflow barriers surrounding Fukushima water tanks


Water has overflowed at Japan’s Fukushima Daiichi nuclear plant. Tokyo Electric Power Company (TEPCO) is attempting to discern the quality of the water and possible radioactive substances which could have been spilled.
TEPCO announced on Monday that the water overflowed in 12 areas of the plant.
Heavy rains caused water to flow over the barriers of an artificial embankment which surrounds a dozen tanks of radioactive water at the plant. TEPCO reported that liquid containing a source of beta radiation was found beyond the levees.

 

Comment la NSA espionne la France

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/10/21/comment-la-nsa-espionne-la-france_3499758_651865.html
21.10.2013
L'avenir dira peut-être, un jour, pourquoi Paris est resté si discret, par rapport à Berlin ou Rio après les révélations sur les programmes d'espionnage électronique américain dans le monde. Car la France a été tout autant ciblée et dispose aujourd'hui de preuves tangibles que ses intérêts sont quotidiennement visés.
Selon les documents de l'Agence nationale de sécurité (NSA) obtenus par Le Monde, les communications téléphoniques des citoyens français sont, en effet, interceptées de façon massive. Ces pièces, dévoilées en juin par l'ex-consultant de l'agence, Edward Snowden, décrivent les techniques utilisées pour capter illégalement les secrets ou la simple vie privée des Français. Certains éléments ont été évoqués par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel et le quotidien britannique The Guardian. D'autres sont inédits.
Pour en savoir plus sur le contexte des révélations du Monde, lire l'éditorial : "Combattre Big Brother"
Parmi les milliers de documents soustraits à la NSA par son ex-employé figure un graphique qui décrit l'ampleur des surveillances téléphoniques réalisées en France. On constate que sur une période de trente jours, du 10 décembre 2012 au 8 janvier 2013, 70,3 millions d'enregistrements de données téléphoniques des Français ont été effectués par la NSA. 
LES TROIS PARTIES
L'agence dispose de plusieurs modes de collecte. Quand certains numéros de téléphone sont utilisés dans l'Hexagone, ils activent un signal qui déclenche automatiquement l'enregistrement de certaines conversations. Cette surveillance récupère également les SMS et leur contenu en fonction de mots-clés. Enfin, de manière systématique, la NSA conserve l'historique des connexions de chaque cible.
Cet espionnage apparaît au titre du programme "US-985D". L'explicitation exacte de ce sigle n'a pas été fournie, à ce jour, par les documents Snowden ni par d'anciens membres de la NSA. A titre de comparaison, les sigles utilisés par la NSA pour le même type d'interception visant l'Allemagne sont "US-987LA" et "US-987LB". Cette série de numéros correspondrait au cercle qualifié par les Etats-Unis de "troisième partie" auquel appartiennent la France, l'Allemagne mais aussi l'Autriche, la Pologne ou encore la Belgique. La "deuxième partie" concerne les pays anglo-saxons historiquement proches de Washington, le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, connus sous le nom des "Five Eyes". La "première partie" concerne, elle, les seize services secrets américains.
Les techniques utilisées pour ces interceptions apparaissent sous les codes "DRTBOX" et "WHITEBOX". Leurs caractéristiques ne sont pas connues. Mais on sait que grâce au premier code, 62,5 millions de données téléphoniques sont collectés en France du 10 décembre 2012 au 8 janvier 2013 et que le second permet d'enregistrer sur la même période 7,8 millions d'éléments. Les documents donnent suffisamment d'explications pour penser que les cibles de la NSA concernent aussi bien des personnes suspectées de liens avec des activités terroristes que des individus visés pour leur simple appartenance au monde des affaires, de la politique ou à l'administration française.
Le graphique de la NSA montre une moyenne d'interceptions de 3 millions de données par jour avec des pointes à presque 7 millions les 24 décembre 2012 et 7 janvier 2013. Mais du 28 au 31 décembre, aucune interception ne semble avoir été opérée. Cet apparent arrêt d'activité pourrait s'expliquer, notamment, par le délai nécessaire à la reconduction, fin décembre 2012, par le Congrès américain de la section 702 de la loi encadrant l'espionnage électronique à l'étranger. De même, rien n'apparaît les 3, 5 et 6 janvier 2013 sans que l'on puisse, cette fois-ci, avancer de raison plausible. De nombreuses questions se posent encore, à commencer par l'identité précise des cibles et les justifications d'une collecte si massive de données sur un territoire étranger, souverain et allié.
Sollicitées, les autorités américaines n'ont pas souhaité commenter ces documents qu'elles considèrent comme "classifiés". Néanmoins, elles renvoient à la déclaration faite, le 8 juin, par le directeur national du renseignement américain : "Pour les personnes ciblées à l'extérieur de nos frontières, nous ne pouvons les viser sans de motifs légalement fondés, tels que la menace terroriste, informatique ou de prolifération nucléaire."
"INFORMATEUR UNIVERSEL"
La France n'est pas le pays où la NSA intercepte le plus de connexions numériques ou téléphoniques. Le système "Boundless Informant" (informateur universel), révélé, en juin, par Edward Snowden au Guardian, a permis d'avoir une vision d'ensemble et en temps réel des renseignements récupérés à travers le monde grâce aux différents systèmes d'écoutes de la NSA. "Boundless Informant" collecte non seulement les données téléphoniques (DNR) mais aussi celles liées à l'univers numérique (DNI).
L'un de ces documents, que Le Monde a pu consulter, relève qu'entre le 8 février et le 8 mars, la NSA a collecté 124,8 milliards de DNR et 97,1 milliards de DNI dans le monde dont, bien évidemment, des zones de guerre comme l'Afghanistan, ainsi que la Russie ou la Chine. En Europe, seuls l'Allemagne et le Royaume-Uni dépassent la France en termes de nombre d'interceptions. Mais pour les Britanniques, cela s'est fait avec l'assentiment de leur gouvernement...

70 million phone calls in France recorded in one month by NSA, new report claims. French government demands immediate explanation to "shocking" revelations


Le Monde said the documents gave grounds to think the NSA targeted not only people suspected of being involved in terrorism but also high-profile individuals from the world of business or politics.







FLASHBACK: Obama Needs to Choose Janet Yellen - The New York Times Apparemment, Obama a écouté le NYTimes...

Janet Yellen Brings Jewish Side to Fed — Again

Janet Yellen to be named Fed chief, first woman in post

Obama to nominate Jewish economist Janet Yellen as new Fed chief

 

Jewish Newspapers Boast about New Jewish Head of the Federal Reserve

October 15, 2013
Although the Jewish Supremacist-controlled mass media has been silent over the Jewishness of the newly-appointed head of the Federal Reserve bank, Janet Yellen, in their own ethno-centric media meant for Jews only, they are celebrating and boasting of the fact that, as they put it, “another” Jew has taken over at the Fed.

According to an article in the Jews Daily Forward—one of the US’s largest Jewish papers—boasted that:
“Yellen, whose nomination to head America’s central bank was reported Tuesday, will follow her immediate predecessor Ben Bernanke who was Jewish, and Bernanke’s immediate predecessor, Alan Greenspan, who was Jewish, too. There have been two other Jewish fed chairs in the past century. ”
The Daily Forward article was even headlined “Janet Yellen Brings Jewish Side to Fed — Again” and went on to proudly detail all aspects of her Jewishness, even boasting that “In 1978 Yellen married economist George Akerlof, who is also Jewish. Akerlof won the Nobel prize for economics in 2001 with two other Americans. While living in Berkley, Calif., Yellen and Akerlof were members of the Reform Congregation Beth El, where their only son attended pre-school.”
The equally ethno-centric Jewish Telegraphic Agency also carried an article boasting about Yellen’s Jewishness:
“If confirmed by the Senate, Yellen would succeed Ben Bernanke and be the third consecutive Jewish economist to head the Federal Reserve,…
In addition, the JTA boasted that even the only other candidate for the post was also Jewish:
““Obama had favored his first Treasury secretary, Lawrence Summers, for the job. Summers, who also is Jewish, pulled out because of opposition among Senate Democrats who blame his policies favoring deregulation for slowing the economic recovery.”
There are two important points to be learned here:
President George W. Bush presents the Presidential Medal of Freedom to Alan Greenspan, on November 9, 2005.
1. The obvious fact of the Jewishness of all the Chairman of the Federal Reserve of the United States for the past 25 years (Greenspan was first appointed in 1987) is completely covered up by the media intended for the non-Jewish masses, in strong contrast to the ethno-centric Jews-only media where this fact is loudly announced; and
2. The total Jewishness of the Federal Reserve for the last quarter century is a pivotal part of the Jewish Supremacist power structure in America, whereby much insider information and other important data can be shared among their fellow tribalists.
In April 2013, for example, the Federal Reserve admitted that it had “inadvertently” released the minutes of its March 19-20 Federal Open Market Committee meeting a full day early—but only to what was described as “small group of around 100 Congressional staffers and trade lobbyists.”
Many of these “lobbyists” work for, or have worked for, hedge funds, banks and other financial institutions, and they included individuals who work for Citigroup and JP Morgan Chase & Co.
The Federal Reserve did not release the same information to the broader markets until 17 hours later, giving its “contacts” as full day’s trading head start on this information.
Given the proven cohesive nature of Jewish tribalism, can there be any doubt that this sort of thing carries on all the time?

Another One Trillion Dollars ($1,000,000,000,000) In Debt


Did you know that the U.S. national debt has increased by more than a trillion dollars in just over 12 months? On September 30th, 2012 the U.S. national debt was sitting at $16,066,241,407,385.89. Today, it is up to $17,075,590,107,963.57. These numbers come directly from official U.S. government websites and can easily be verified. For a long time the national debt was stuck at just less than 16.7 trillion dollars because of the debt ceiling fight, but now that the debt ceiling crisis has been delayed for a few months the national debt is soaring once again. In fact, just one day after the deal in Congress was reached, the U.S. national debt rose by an astounding 328 billion dollars. In the blink of an eye we shattered the 17 trillion dollar mark with no end in sight. We are stealing about $100,000,000 from our children and our grandchildren every single hour of every single day. This goes on 24 hours a day, month after month, year after year without any interruption.

By Dr. Patrick Slattery – News reports that PM Netanyahu offered former Treasury Secretary/Harvard President/Obama advisor Lawrence Summers the governorship of the Bank of Israel underscores the fact that Jewish supremacists have no national loyalties, only a tribal loyalty to the Jewish ethnic group.
Netenyahu wanted Summers, who had been one of the two finalists to take over the Fed from Benjamin Shalom Bernanke, to succeed outgoing Bank of Israel Governor Stanley Fischer.
While Jewess Janet Yellen wound up getting the nod to run America’s central bank, Stanley Fischer himself had been reported to be in the running to lead the Fed, despite being a duel Israeli citizen and only having been naturalized as an American citizen in 1976. (He was born and grew up in the British colony of Northern Rhodesia.)
Summers turned down the offer, but it is easy to understand Netanyahu’s attraction to him. After all, as the U.S. Treasury’s advisor to Russian President Yeltsin, he help transfer the wealth of Russia to the Jewish oligarchy while inflicting a demographic collapse on the ethnic Russians.
Then as Treasury Secretary he scrapped the Glass-Steagall banking regulations, thus laying the groundwork for a financial crisis in the United States that allowed our Jewish financial supremacists to increase their grip on America’s wealth at the expense of the rest of the population.
And of course, as Harvard President he appointed unqualified fellow tribalists like Elena Kagan, who were able in turn to nepotistically appoint other Jews and strengthen the tribe’s grip on our most important educational institution.
Netenyahu had also been considering Mario Blejer, an Argentine-born Jew who immigrated to Israel and taught at the University of Jerusalem before taking over has head of the Bank of Argentina.
Another candidate sought after by Netanyahu was former Bank of Israel Governor Jacob Frenkel, who fell out of the running due to a cover up of an arrest at Hong Kong’s airport for shoplifting. (It seems the theft itself was not the disqualification, and indeed one would assume it would stand him in good stead for the post. However, in the world of Ziofinance, it is important to be able to cover your tracks.)
In case you are wondering, Netanyahu wound up nominating Karnit Flug, the woman who has been acting head of the Israeli central bank since Fischer’s departure earlier this year.
The main thing is that in the United States, just as in Israel, it seems you have to be Jewish to run the central bank.
And in case you forgot, the current U.S. Treasury Secretary, Jack Lew, is also Jewish.
The Anti-Defamation League released a list of the top 10 most "influential and active anti-Israel groups" in the U.S. on Monday, highlighting organizations it sees as being "fixated with delegitimizing Israel" and providing "misleading narratives" about Israel.
The top 10 anti-Israel groups, as identified by ADL:

ANSWER (Act Now to Stop War and End Racism)
American Muslims for Palestine
CODEPINK
Friends of Sabeel-North America
If Americans Knew/Council for the National Interest
Jewish Voice for Peace
Muslim Public Affairs Council
Neturei Karta
Students for Justice in Palestine
U.S. Campaign to End the Israeli Occupation

The ADL takes various criteria into consideration when compiling the list, among them: "the groups’ ability to organize, sponsor and endorse Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) campaigns against Israel; their sponsorship of and participation in anti-Israel rallies, panel discussions or conferences; and their ability to pursue anti-Israel policy initiatives and lobbying efforts against Israel."
ADL issued its first list of top 10 anti-Israel groups in 2010 in the wake of the 2008-2009 war in Gaza.
Jewish Voice for Peace made it onto the list again. According to the ADL, "the group’s leaders and members of its Rabbinical Council are regularly invited to major anti-Israel events and conferences" and that they “intentionally exploits Jewish culture and rituals.”
Information on each of the groups, as well as a description of their tactics, is available in the full report on the ADL's web site.


Le lobby israélien aux États-Unis
Par Stephen Walt et John Mearsheimer (mars 2006) - Troisième partie
[Lire la deuxième partie]

La situation a peu changé depuis lors. L’administration Bush a toujours refusé de traiter avec Arafat. Après sa mort, elle a embrassé le nouveau responsable palestinien, Mahmoud Abbas, mais n’a pas fait beaucoup pour l’aider. Sharon a continué à développer son plan pour imposer un règlement unilatéral aux Palestiniens, basé sur le « désengagement » de Gaza couplé à l’expansion continue en Cisjordanie . En refusant de négocier avec Abbas et en faisant en sorte qu’il lui soit impossible de fournir des avantages réels aux Palestiniens, la stratégie de Sharon a contribué directement à la victoire électorale du Hamas. Avec le Hamas au pouvoir, Israël a une autre excuse pour ne pas négocier. L’administration américaine a soutenu les actions de Sharon (et celles de son successeur, Ehud Olmert). Bush a même approuvé les annexions unilatérales israéliennes dans les territoires occupés, inversant la politique déclarée de tout président depuis Lyndon Johnson.
Les responsables américains ont légèrement critiqué quelques actions israéliennes, mais n’ont pas fait grand chose pour aider à la création d’un État palestinien viable. Sharon a « accroché Bush autour de son petit doigt », a déclaré l’ancien conseiller à la Sécurité nationale, Brent Scowcroft, en octobre 2004. Si Bush essaye d’éloigner les États-Unis d’Israël, ou même de critiquer des actions israéliennes dans les territoires occupés, il est sûr d’avoir à affronter la colère du Lobby et de ses défenseurs au Congrès. Les candidats Démocrates à l’élection présidentielle comprennent que ce sont des choses de la vie, c’est la raison pour laquelle John Kerry s’est donné beaucoup de mal pour montrer un soutien sans faille à Israël en 2004, et c’est pourquoi Hillary Clinton fait la même chose aujourd’hui.
Maintenir un soutien américain à la politique d’Israël contre les Palestiniens est essentiel en ce qui concerne le Lobby, mais ses ambitions ne s’arrêtent pas là. Il veut également que l’Amérique aide Israël à rester la puissance régionale dominante. Le gouvernement israélien et les groupes pro-Israéliens aux États-Unis ont travaillé ensemble pour façonner la politique de l’administration envers l’Irak, la Syrie et l’Iran, ainsi que son grand programme pour réorganiser le Moyen-Orient.
La pression d’Israël et du Lobby n’était pas le seul facteur derrière la décision d’attaquer l’Irak en mars 2003, mais elle était critique. Quelques Américains pensent que c’était une guerre pour le pétrole, mais il y a peu de preuve directe pour soutenir cette affirmation. Au lieu de cela, la guerre a été motivée, en grande partie, par un désir de rendre Israël plus sûr. Selon Philip Zelikow, un ancien membre du Foreign Intelligence Advisory Board du Président, le directeur exécutif de la Commission du 11 Septembre, et maintenant conseiller de Condoleezza Rice, la « véritable menace » de l’Irak n’était pas une menace pour les États-Unis. La « menace non-dite » était la « menace pour Israël », a déclaré Zelikow devant un public de l’université de Virginie en septembre 2002. « Le gouvernement américain, a-t-il ajouté, ne veut pas trop appuyer là-dessus de façon rhétorique, parce que ce n’est pas un argument populaire. »
Le 16 août 2002, 11 jours avant que Dick Cheney lance la campagne pour la guerre avec un discours devant les Vétérans des guerres étrangères, le Washington Post indiquait qu’« Israël poussait les responsables américains à ne pas retarder une attaque militaire contre l’Irak de Saddam Hussein ». Grâce à cela, selon Sharon, la coordination stratégique entre Israël et les États-Unis a atteint « des dimensions sans précédent », et les responsables des renseignements israéliens ont donné à Washington une variété de rapports alarmants au sujet des programmes du WMD de l’Irak. Comme l’a dit plus tard un général à la retraite israélien : « Les renseignements israéliens étaient associés à part entière dans l’image présentée par les renseignements Americains et Britanniques concernant les capacités non conventionnelles de l’Irak. »
Les leaders israéliens furent profondément affligés quand Bush a décidé de demander l’autorisation du Conseil de sécurité pour la guerre, et furent encore plus inquiets quand Saddam a accepté de laisser entrer des inspecteurs de l’ONU. « La campagne contre Saddam Hussein est un must », a déclaré Shimon Peres aux journalistes en septembre 2002. « Les inspections et les inspecteurs sont bons pour les gens honorables, mais les gens malhonnêtes peuvent les surmonter facilement. »
Au même moment, Ehud Barak écrivait un éditorial dans le New York Times avertissant que « le plus grand risque se situe maintenant dans l’inaction ». Son prédécesseur, en tant que Premier ministre, Benyamin Netanyahu, publiait un article semblable dans le Wall Street Journal, intitulé : « La question du renversement de Saddam ». « Aujourd’hui il n’y a rien d’autre à faire que de démanteler son régime, déclarait-il. Je crois pouvoir parler pour la majorité écrasante des Israéliens en soutenant une frappe préventive contre le régime de Saddam. » Ou comme Ha’aretz l’a rapporté en février 2003 : « Le leadership militaire et politique aspire à une guerre en Irak. »
Comme l’a suggéré Netanyahu, pourtant, le désir d’une guerre n’était pas limité aux leaders israéliens. Indépendamment du Koweït, que Saddam avait envahi en 1990, Israël était le seul pays au monde où les politiciens et le public étaient en faveur de la guerre. Comme l’observait à l’époque le journaliste Gideon Levy : « Israël est le seul pays en Occident dont les responsables soutiennent la guerre sans réserves et où aucune opinion alternative n’est exprimée. » En fait, les Israéliens étaient tellement va-t-en-guerre que leurs alliés en Amérique leur ont demandé de réduire leur rhétorique, ou cela serait vu comme si la guerre était engagée au nom d’Israël.
Aux États-Unis, la principale force motrice derrière la guerre était une petite bande des néo-conservateurs, dont beaucoup avaient des liens avec le Likoud. Mais les chefs des principales organisations du Lobby prêtaient leurs voix à la campagne. « Alors que le président Bush essayait de vendre... la guerre en Irak, rapportait The Forward, les plus importantes organisations juives d’Amérique se sont rassemblées pour ne faire qu’un et le défendre. Déclaration après déclaration, les chefs de la communauté ont souligné la nécessité de débarrasser le monde de Saddam Hussein et de ses armes de destruction massive. » L’éditorial continue en disant que : « L’inquiétude pour la sécurité d’Israël a été un facteur légitime dans les discussions des principaux groupes juifs. »
Bien que les néo-conservateurs et d’autres leaders du Lobby aient été désireux d’envahir l’Irak, la majeure partie de la communauté juive américaine ne l’était pas. Juste après que la guerre ait commencé, Samuel Freedman a signalé que « une compilation des sondages d’opinion dans tout le pays effectué par le Pew Research Center montre que les juifs sont moins enclins à soutenir la guerre contre l’Irak que la population dans son ensemble, 52 % contre 62 % ». En clair, il serait erroné de blâmer la guerre en Irak sur « l’influence juive ». Par contre, c’était en grande partie dû à l’influence du Lobby, et en particulier à celle des néo-conservateurs qui en ont font partie.
Les néo-conservateurs étaient déterminés à renverser Saddam même avant que Bush soit élu président. Ils ont causé une agitation, début 1998, en publiant deux lettres ouvertes à Clinton, demandant le renversement de Saddam du pouvoir. Les signataires, dont beaucoup avaient des liens étroits avec les groupes pro-Israéliens comme le JINSA ou WINEP, et qui incluaient Elliot Abrams, John Bolton, Douglas Feith, William Kristol, Bernard Lewis, Donald Rumsfeld, Richard Perle et Paul Wolfowitz, avaient quelques problèmes à persuader l’administration Clinton d’adopter l’objectif général d’évincer Saddam. Mais ils ne pouvaient pas vendre une guerre pour atteindre cet objectif. Ils ne furent pas non plus capables de générer l’enthousiasme pour envahir l’Irak pendant les premiers mois de l’administration Bush. Ils avaient besoin d’aide pour atteindre leur but. Cette aide est arrivée avec le 11 Septembre. Précisément, les événements de ce jour-là ont mené Bush et Cheney à changer de direction et à devenir de forts partisans d’une guerre préventive.
Lors d’une réunion clé avec Bush à Camp David le 15 septembre, Wolfowitz a préconisé d’attaquer l’Irak avant l’Afghanistan, quoiqu’il n’y ait eu aucune preuve que Saddam était impliqué dans les attaques contre les États-Unis et que l’on savait que Ben Laden était en Afghanistan. Bush a rejeté son conseil et a choisi d’aller attaquer l’Afghanistan, mais la guerre avec l’Irak était maintenant envisagée comme une possibilité sérieuse et le 21 novembre, le Président a chargé les planificateurs militaires de développer des plans concrets pour une invasion.
D’autres néo-conservateurs étaient pendant ce temps au travail dans les couloirs du pouvoir. Nous n’avons pas encore l’histoire complète, mais des professeurs comme Bernard Lewis de Princeton et Fouad Ajami de Johns Hopkins auraient joué des rôles importants en persuadant Cheney que la guerre était la meilleure option. Cependant des néo-conservateurs de son équipe – Eric Edelman, John Hannah et Scooter Libby, le chef d’état-major de Cheney et l’un des individus les plus puissants dans l’administration – ont également joué leur rôle. Début 2002, Cheney avait persuadé Bush ; et avec Bush et Cheney à bord, la guerre était inévitable.
À l’extérieur de l’administration, des experts néo-conservateurs n’avaient pas perdu de temps à rendre l’invasion de l’Irak une chose essentielle pour gagner la guerre contre le terrorisme. Leurs efforts étaient conçus en partie pour maintenir la pression sur Bush, et pour triompher en partie d’une opposition à la guerre à l’intérieur et à l’extérieur du gouvernement. Le 20 septembre, un groupe de proéminents néo-conservateurs et leurs alliés ont publié une autre lettre ouverte : « Même si aucune preuve ne lie directement l’Irak à l’attaque, dit-elle, toute stratégie visant l’extirpation du terrorisme et ses commanditaires doit inclure un effort déterminé pour renverser Saddam Hussein du pouvoir en Irak. » La lettre rappelait également à Bush que « Israël était et restait l’allié le plus sûr de l’Amérique contre le terrorisme international. » Dans le Weekly Standard du 1er octobre, Robert Kagan et William Kristol demandaient un changement de régime en Irak dès que les talibans seraient battus. Le même jour, Charles Krauthammer arguait dans le Washington Post que lorsque les États-Unis auraient terminé la guerre en Afghanistan, la Syrie devrait être le prochain, suivi de l’Iran et de l’Irak : « La guerre contre le terrorisme se conclura à Bagdad, [quand nous achèverons] le régime terroriste le plus dangereux au monde. »
C’était le début d’une campagne de relations publiques implacable pour gagner le soutien d’une invasion de l’Irak, dont une partie cruciale était la manipulation des renseignements de façon à faire croire que Saddam constituait une menace imminente. Par exemple, Libby a fait pression sur les analystes de la CIA pour qu’ils trouvent des preuves pour la guerre et a aidé à préparer le briefing maintenant critiqué de Colin Powell au Conseil de sécurité de l’ONU. Au Pentagone, le Policy Counter-Terrorism Evaluation Group était chargé de trouver des liens entre Al-Qaïda et l’Irak que les renseignements avaient soi-disant ratés. Ses deux principaux membres étaient David Wurmser, un néo-conservateur de la ligne dure, et Michael Maloof, un Libano-Américain très lié à Perle. Un autre groupe du Pentagone, le soi-disant Bureau des projets spéciaux, avait pour tâche de découvrir des preuves qui pourraient être utilisées pour vendre la guerre. Il était dirigé par Abram Shulsky, un néo-conservateur avec des liens de longue date avec Wolfowitz, et ses rangs incluaient des recrues des think tanks pro-israéliens. Ces deux organisations avaient été créés après le 11 Septembre et rendaient des comptes directement à Douglas Feith.
Comme pratiquement tous les néo-conservateurs, Feith est profondément dévoué à Israël ; il a également des liens avec le Likoud depuis longtemps. Il a écrit des articles dans les années 90 soutenant les colonies et arguant qu’Israël devrait conserver les territoires occupés. Plus important, avec Perle et Wurmser, il a écrit le célèbre rapport A Clean Break en juin 1996 pour Netanyahu, qui venait juste d’être élu Premier ministre. Entre autres, il a recommandé que Netanyahu « se concentre sur le renversement de Saddam Hussein du pouvoir en Irak – un important objectif stratégique Israélien ». Il demandait également qu’Israël prît des mesures pour réorganiser l’ensemble du Moyen-Orient. Netanyahu n’a pas suivi leur conseil, mais Feith, Perle et Wurmser encouragèrent bientôt l’administration Bush à poursuivre ces mêmes objectifs. Le chroniqueur Akiva Eldar de Ha’aretz a averti que Feith et Perle « marchent sur une ligne mince entre leur loyauté aux gouvernements américains... et les intérêts israéliens ».
Wolfowitz est également dévoué à Israël. The Forward l’a un jour décrit comme « la voix pro-israélienne la plus “faucon” de l’administration », et, en 2002, l’a choisi en premier parmi les cinquante notables qui « ont consciemment poursuivi l’activisme juif ». À peu près au même moment, le JINSA donnait à Wolfowitz son Henry M. Jackson Distinguished Service Award pour avoir favorisé un fort partenariat entre Israël et les États-Unis ; et le Jerusalem Post, en le décrivant comme « fortement pro-Israélien », l’a élu « homme de l’année » en 2003.
Enfin, un mot bref sur le soutien d’avant-guerre des néo-conservateurs à Ahmed Chalabi, l’exilé irakien sans scrupules qui dirige le Congrès national irakien (INC). Ils ont soutenu Chalabi parce qu’il avait établi des liens étroits avec les groupes judéo-américains et s’était engagé à favoriser de bonnes relations avec Israël quand il serait au pouvoir. C’était précisément ce que les partisans pro-israéliens du changement de régime voulaient entendre. Matthew Berger a présenté le contexte de l’histoire dans un journal juif : « L’INC voyait l’amélioration des relations comme un moyen d’utiliser l’influence juive à Washington et à Jérusalem et d’obtenir un soutien accru à sa cause. Pour leur part, les groupes juifs voyaient une occasion de préparer le terrain pour de meilleures relations entre Israël et l’Irak, si et quand l’INC serait impliqué dans le remplacement du régime de Saddam Hussein. »
Étant donné la dévotion des néo-conservateurs à Israël, leur obsession de l’Irak, et leur influence dans l’administration Bush, il n’est pas étonnant que beaucoup d’Américains aient suspecté que la guerre ait été conçue pour favoriser les intérêts israéliens. En mars dernier, Barry Jacobs de l’American Jewish Committee a reconnu que la croyance qu’Israël et les néo-conservateurs avaient conspiré pour faire entrer en guerre les États-Unis contre l’Irak était « dominante » parmi les services de renseignements. Pourtant peu de gens le diraient publiquement, et la plupart de ceux qui l’ont fait – comme le sénateur Ernest Hollings et le représentant James Moran – ont été condamnés pour avoir soulevé la question. Fin 2002, Michael Kinsley a écrit que : « Le manque de débat public au sujet du rôle d’Israël... c’est l’éléphant proverbial dans la pièce. » La raison de l’hésitation à en parler, a-t-il observé, était la crainte d’être traité d’antisémite. Il y a peu de doutes qu’Israël et le Lobby furent les principaux facteurs dans la décision à partir en guerre. C’est une décision que les États-Unis auraient probablement été loin de prendre sans leurs efforts. Et la guerre elle-même était prévue pour être seulement la première étape. Un titre en première page du Wall Street Journal peu de temps après que la guerre a commencé dit tout : « Le rêve du Président, changer non seulement un régime mais une région : une zone pro-américaine, démocratique est un objectif qui a des racines israéliennes et néo-conservatrices. »

U.S. debt jumps $300 billion — tops $17 trillion for first time


U.S. debt jumped more than $300 billion on Thursday, the first day the federal government was able to borrow money under the deal President Obama and Congress sealed this week.

Rothschild Bankster: "International currency with in 5 years"

 

[Banks] have rigged LIBOR, an interest rate used to peg contracts worth trillions. Its equivalent in the world of derivatives, ISDAfix, has also come under question. Commodities prices from crude oil to platinum have been the subject of allegations and inquiries. Now prices in global currency markets, where turnover is $5 trillion a day, are being scrutinised by authorities, who suspect bankers have tampered with those too. Switzerland’s financial watchdog announced on October 4th that it was investigating a slew of banks it thinks have manipulated currencies. Britain and the European Union also have probes under way. Concerns reportedly centre around abnormal movements ahead of a widely-used daily snapshot of exchange rates, known as the 4pm “London fix”. It represents the average of prices agreed during 60 seconds’ trading, and is used as a reference rate to execute a much larger set of currency deals. Bankers, who are big participants in the market, have huge incentives to nudge the price of a given currency pairing ahead of the fix. With billions of dollars changing hands, a difference of a fraction of a cent can add a tidy sum to the bonus pool. If proven, the charge would amount to banks fleecing their clients. Banks know the big trades they are about to execute on others’ behalf, and are often themselves the counterparty. By moving the markets ahead of the fix, they could alter the rate to their profit and their clients’ loss. One suspected method is “banging the close”: submitting a quick succession of orders just as the benchmark is set, to distort its value.
Note: For more on financial corruption, see the deeply revealing reports from reliable major media sources available here.

By Prof Michel Chossudovsky, October 16, 2013
While Wall Street exerts a decisive influence on policy and legislation pertaining to the government shutdown, these same major financial institutions also control the movement of currency markets, commodity and stock markets through large scale operations in derivative trade.

Report: Obama Brings Chilling Effect on Journalism
October 10, 2013, ABC News/Associated Press
http://abcnews.go.com/US/wireStory/report-obama-brings-chilling-effect-journalism-20528717
The U.S. government's aggressive prosecution of leaks and efforts to control information are having a chilling effect on journalists and government whistle-blowers, according to a report released [on] U.S. press freedoms under the Obama administration. The Committee to Protect Journalists conducted its first examination of U.S. press freedoms amid the Obama administration's unprecedented number of prosecutions of government sources and seizures of journalists' records. Usually the group focuses on advocating for press freedoms abroad. Leonard Downie Jr., a former executive editor of The Washington Post, wrote the 30-page analysis entitled "The Obama Administration and the Press." The report notes President Barack Obama came into office pledging an open, transparent government after criticizing the Bush administration's secrecy, "but he has fallen short of his promise." "In the Obama administration's Washington, government officials are increasingly afraid to talk to the press," wrote Downie, now a journalism professor at Arizona State University. Downie interviewed numerous reporters and editors, including a top editor at The Associated Press, following revelations this year that the government secretly seized records for telephone lines and switchboards used by more than 100 AP journalists. Downie also interviewed journalists whose sources have been prosecuted on felony charges. Those suspected of discussing classified information are increasingly subject to investigation, lie-detector tests, scrutiny of telephone and email records and now surveillance by co-workers under a new "Insider Threat Program" that has been implemented in every agency.
Note: For more on government secrecy, see the deeply revealing reports from reliable major media sources available here.

Aucun commentaire: