Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

mercredi 23 mars 2011

Ça va bien aller...

.

Ça va bien aller…



Par François Marginean

Les autorités, les gouvernements et les médias sont d'un positivisme déconcertant. À les écouter, les pires catastrophes naturelles ou celles créées par l'homme n'ont que peu de conséquences, elles sont sous contrôle et on s'inquiète pour rien. Ou peut-être nous mentent-ils constamment, nous prenant soit pour des imbéciles ou des ignares infantilisés dont on veut éviter qu'ils paniquent, qu'on doit protéger car ils ne peuvent choisir par eux-même la meilleure marche à suivre afin de guider leur vie.

Voici un échantillon éducatif pour illustrer ceci:

Les gaz de schiste

L'industrie du gaz et du pétrole s'amuse allègrement à fracturer un peu partout le sous-sol québécois et nord-américain en quête de gaz de schiste. Pour y arriver, ils doivent injecter une mixture de plus de 400 produits chimiques sous pression pour faire remonter les gaz à la surface, polluant les nappes phréatiques et l'environnement au point tel que des gens arrivent à allumer leur eau du robinet. Ces fractures du sous-sol fragilisent et rendent instables les strates géologiques, causant de nombreux tremblements de terre. La petite ville américaine de Guy, en Arkansas, est devenue la capitale des séismes pour le fait unique de subir une douzaine de tremblements de terre quotidiennement. Les résidents de cette municipalité ont subi des milliers de séismes allant jusqu'à 4 sur l'échelle de Richter en tout juste six mois après que les forages aient apparemment déstabilisé le sol sous leurs pieds.

La zone sismique de New Madrid (en anglais New Madrid Seismic Zone), connue aussi sous le nom de rift de Reelfoot ou de ligne de faille de New Madrid, est une zone sismique majeure à la limite du Sud et du Middle West des États-Unis, s'étendant au sud-ouest de New Madrid dans le Missouri.


Le système de faille de New Madrid est responsable des tremblements de terre de New Madrid de 1811-1812 et a le potentiel pour produire des tremblements de terre destructeurs en moyenne tous les 300 à 500 ans. Depuis 1812 de fréquents petits tremblements de terre intraplaques (tremblements de terre à l'intérieur d'une plaque tectonique) furent enregistrés dans cette zone.


La zone sismique couvre des parties de cinq États américains : l'Illinois, le Missouri, l'Arkansas, le Kentucky et le Tennessee.


(Wikipédia)


La faille de New Madrid est plus importante et potentiellement plus dévastatrice que celle de la côte ouest, en Californie. Une recrudescence de séismes a été enregistré depuis quelques années dans cette zone sismique. Qu'à cela ne tienne, de nombreuses compagnies pétrolières et gazières s'amusent gaiement à percer le sol à cet endroit et tout autour, y injectant des liquides sous pression ce qui entraine une déstabilisation des strates géologiques. Pour avoir un aperçu de cette situation, voir cet extrait du film Gazland, sous-titré en français.

Mais selon l'industrie et le gouvernement, ne vous inquiétez pas, ça va bien aller...

Dans le golfe du Mexique

L'arnaque de BP et les puits qui n'ont jamais vraiment été colmatés et le fond marin poreux qui transpirait du pétrole de partout reviennent hanter BP et les résidents de la région du golfe du Mexique. Ce n'est pas parce que BP, les médias et le gouvernement US ont déclaré le dossier clos et réglé que c'est le cas. En effet, on a appris cette semaine qu'une importante nappe de pétrole est apparue, proche du site du Deepwater Horizon, à MC243, mesurant 160 kilomètres de long et une vingtaine de large. Elle est située à une quarantaine de kilomètres au sud de Grand Isle.

Mais la garde côtière américaine tente de rassurer la population en déclarant que ce ne serait que de larges quantités de sédiments et non pas du pétrole. Des sédiments (voir les images)? On nous prend pour qui? À cette distance des côtes, ils auraient déjà décanté au fond du golfe et s'ils s'agissait vraiment de sédiments, personne n’y aurait porté d'intérêt. C'est bien parce que cela sortait de l'ordinaire que des gens l'ont remarqué. Mais on nous prend pour des imbéciles et on nous répète que ça va bien aller, de ne pas s'en faire. Les puits ont été colmatés et il n'y a plus de fuites, bien sûr. Et Shell vient d'obtenir l'approbation pour forer de nouveaux puits en eaux profondes dans le golfe du Mexique.

Guerre humanitaire contre la Libye - Cadeau du prix Nobel de la paix Obama et des néocons sionistes

Que dire? Le prix Nobel de la paix a lancé avec ses complices, dont la France, l'Angleterre et le Canada, une nouvelle guerre d'agression, déguisée en guerre "humanitaire". Une guerre humanitaire, quel oxymore incroyable de type orwellien. Une guerre humanitaire, ça n'existe pas. Une guerre, c'est sanglant, destructeur et c'est un drame pour la population civile qu'on dit vouloir "aider" et "sauver". À coups de bombes et de missiles. $100 millions en missiles seulement que la première journée de bombardement humanitaire. On n'arrête pas le progrès. Les révolutions populaires doivent être détournées et canalisées, matées pour se plier à l'agenda impérialiste néocon/sioniste. Les États-Unis ont besoin d'un pied militaire sur le continent africain et veut le contrôle des ressources naturelles dont le pétrole tout comme l'Angleterre et la France et Israël a besoin de l'eau et du contrôle de la région. Les Libyens sont trop imbéciles pour se gouverner eux-mêmes et choisir leur destinée. Il faut intervenir pour les aider et mettre en place ou soutenir une marionnette tyrannique des pouvoirs occidentaux et sionistes. Les médias nous rapportent innocemment les images de cette agression immorale de la même manière qu'au moment du début de la guerre en Irak, en mars 2003, sans poser trop de questions gênantes.

Ça va bien aller, nous dit-on, tout est sous contrôle et on est satisfait du déroulement des bombardements aériens. Jamais une guerre n'a été gagnée des airs sans intervenir au sol directement, mais c'est un détail. L'occupation militaire suivra bientôt, juste le temps de justifier le tout.

"Si vous voulez une image du futur, imaginez une botte écrasant - pour l’éternité- le visage d’un homme."
George Orwell


Le bombardement de la Libye va commencer le jour - ou à un jour près - du huitième anniversaire du début de la destruction de l’Irak, le 19 mars, en Europe. La Libye aussi va être détruite - ses écoles, son système éducatif, son eau, ses infrastructures, ses hôpitaux, ses buildings municipaux. il y aura de nombreuses "erreurs tragiques" et autres "dommages collatéraux" de mères, pères, enfants, bébés, grands-parents, écoles pour les sourds et muets, etc... etc... Et les merveilleux vestiges romains et les ruines encore plus anciennes qui ont résisté au temps et à tous les remous de l’histoire et ont fait l’admiration de tant de monde comme ceux d’Irak, l’histoire de cette nation - et son humanité, à l’instar de l’Irak et de l’Afghanistan, disparaîtront pour toujours.


Les infrastructures vont être détruites. l’embargo restera en place ; et rendra la reconstruction impossible. L’Angleterre, la France et les USA décideront que le pays a besoin d’être "stabilisé", qu’il faut "l’aider à reconstruire". Ils arriveront et prendront la direction des installations et des champs de pétrole ; au début les Libyens seront un problème accessoire puis ils deviendront vite "l’ennemi" des "insurgés", on leur tirera dessus, ils seront emprisonnés, torturés, victimes de toutes sortes d’abus -et un "gouvernement" fantoche ami des USA sera mis en place.


Les envahisseurs accorderont à leurs firmes des contrats pour la reconstruction, l’argent - qui sera sans doute prélevée sans compter sur les actifs gelés - disparaîtra et le pays restera largement en ruines.


Et ceux qui applaudissent de toute leurs forces, comme pour l’Irak, vont se mettre à courir d’un station de télévision ou de radio à une autre, à Londres, en Europe et aux USA, avant de retourner dans leurs maisons bien protégées et de retrouver la sécurité de leurs emplois bien payés en Europe, Grande Bretagne et USA, certains qu’aucune bombe ne risque de leur tomber sur la tête. Leurs enfants ne seront pas pris de tremblements incontrôlables et ne feront pas dans leurs culottes de terreur en entendant s’approcher les avions. (L’hypocrisie et la trahison de l’ONU : le cas de la Libye)


Des innocents meurent déjà par dizaines, mais c'est pas grave, c'est pour les aider. Ça va bien aller.

Une fuite d'eau déminéralisée (radioactive) d'une centrale nucléaire en Ontario

Le 16 mars dernier, la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) rapportait que la centrale nucléaire de la Ontario Power Generation à Pickering, Ontario, a subi une fuite d'eau radioactive dans le lac Ontario provenant de la station Pickering A. Résultant de ce qui apparait avoir été un bris d'un joint d'étanchéité d'une pompe, la commission canadienne de sûreté nucléaire a rapporté que 73 000 litres d'eau "déminéralisée" s'était échappé de la station nucléaire de Pickering A pour se retrouver dans le lac Ontario qui est la source principale d'eau potable pour des millions de personnes. La commission a déclaré que " le risque radiologique pour l'environnement et la santé des gens est négligeable ". Ça va bien aller. (source)

De la même manière, la Ontario Power Generation (OPG) et le gouvernement canadien ont préféré utiliser le terme d'eau " déminéralisée " au lieu de " radioactive " lorsqu'ils discutaient de la fuite. Aucun doute que cela constitue une tentative de diminuer les inquiétudes concernant un autre accident nucléaire alors que l'anxiété est à son paroxysme suite à la catastrophe " déminéralisée " au Japon.

Pourtant, bien que des experts aient tenté de rassurer les gens en déclarant que l'eau échappée n'était pas radioactive, un rapport de l'OPG et de Ted Gruetzner lors d'une interview sur CTV ont admis que l'eau était " un peu radioactive ". (source)

La commission canadienne de sûreté nucléaire et Environnement Canada surveillent la situation. Ne soyez pas inquiet, ça va bien aller. Un peu de radioactivité ne peut pas faire de mal.



Japon, Fukushima & catastrophe nucléaire


Revenez visiter cet article pour trouver les mises à jour qui arriveront progressivement cette semaine à propos de Fukushima, Japon.


Note: Vous êtes invités à voir et lire les commentaires et à y laisser les vôtres sur Les 7 du Québec et CentPapiers.

Aucun commentaire: