Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

mercredi 2 mars 2011

2012 et le calendrier maya – L’évolution de la conscience

.

Les 7 du Québec


Ce texte a été publié chez Les 7 du Québec le 2 mars 2010

2012 et le calendrier maya – L’évolution de la conscience

Ce à quoi vous prêtez attention….
Est ce dont vous devenez conscients.
La plus vieille loi de l’Univers.

Les Prophéties provenant du calendrier Maya disent que nous sommes dans les temps d’un grand éveil et du retour attendu depuis si longtemps de Quetzalcoalt, le Serpent à Plumes. Comme tous les serpents des anciennes cultures, Quetzalcoalt représente la profonde sagesse et le schéma des mouvements de la création.
Le profond respect offert à Quetzalcoalt n’était et n’est pas donné à une personne ou à une idole, mais en considération des actions et des pensées de chaque être qui, à travers les temps, a poursuivi jusqu’à n’importe quel degré, une plus grande sagesse envers lui-même et ses compagnons humains. (Source)

On entend souvent parler du calendrier maya et de 2012 ces derniers temps, la plupart du temps comme étant la fin des temps, la fin du calendrier et de la venue de différents cataclysmes et potentiellement la fin du monde. Scénarios catastrophiques et prophètes de malheurs se sont bousculés pour profiter de l’engouement, jusqu’à Hollywood qui en a fait un film. Mais qu’en sait-on réellement? Presque rien. Que des conjonctures et des prédictions plus ou moins vagues, sans plus.

Au menu se trouvent des tremblements de terre, changements des pôles magnétiques terrestres, alignements des corps célestes, bombardement de la planète par des rayons cosmiques et autres phénomènes sont attendus pour la fin du calendrier maya. Mais qu’en est-il véritablement? Est-ce vraiment la fin des temps? Qu’est-ce que ce calendrier maya?

Pour vous donner une autre perspective à propos de cela, je vous propose donc de découvrir l’impressionnant travail de recherche de Carl Johan Calleman et du regretté Ian Xel Lungold, qui à mon avis, ont apporté des explications, interprétations et une théorie crédibles, méthodiques et avec une approche scientifique du sujet.

Carl Johan Calleman a reçu une formation en toxicologie à l’Université de Stockholm et il est titulaire d’un PH. D en biologie moléculaire. Il a passé le plus clair de son temps professionnel en tant que chercheur dans le domaine du cancer, spécialisé dans le développement de moyens d’identifier les substances toxiques dans l’environnement qui causent le cancer. En 1986, il assume un poste dans le Département de la santé environnementale à l’Université de Washington à Seattle et après avoir fait une importante recherche en Chine, on lui demande de servir en tant que conseiller auprès de la branche de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui s’occupe du cancer. Après avoir passé vingt ans dans des laboratoires et armé de sa formation scientifique, de plus en plus intrigué par le calendrier maya pour diverses raisons, depuis son premier voyage au Mexique et au Guatemala en 1979, il commence à penser que s’il arrivait à résoudre l’énigme du calendrier maya, cela aurait plus de valeur pour l’humanité que ses recherches sur le cancer, payé confortablement assis dans son laboratoire.

C’est qu’on annonce que ce calendrier maya se terminera vers la fin de 2011 et il se demande « pourquoi un calendrier se terminerait-il ? ».

Il se met alors à faire des recherches intensives, dont des preuves d’évènements réels qui ont coïncidé avec les différentes étapes de changement du calendrier maya. Après avoir compilé plusieurs véritables observations, il commença à étudier de plus vastes territoires de la vie cosmique qui s’inséraient dans la structure du calendrier maya. Il y consacre quelques années, de 1993 à 1996, recherchant essentiellement tous les domaines de la science dans cette perspective.

Ce qu’il découvrira, avec l’aide de compagnons comme Ian Xel Lungold, un artiste hautement intuitif, est des plus intéressants et mérite d’être exploré, d’où la raison de cet exposé. À vous, chers lecteurs, d’y voir et de tirer vos propres conclusions. Il n’y a certainement pas de vérité absolue, mais leur travail est probablement un des plus sérieux et crédibles qu’on puisse trouver sur l’Internet et ailleurs, dans les livres ou au petit écran. Rien à voir avec les prédictions cataclysmiques usuelles ou d’astrologie bidon, mais plutôt une étude assez profonde du système de calendrier maya et de leur culture et approche face à l’univers, l’homme et le temps. Le calendrier maya a le mérite de calculer non pas le mouvement des corps célestes, mais bien celui de la création et de la conscience qui se déploie en 9 niveaux d’évolution, remontant au tout début de l’univers, que les Mayas calculaient être vieux de 16,4 milliards d’années.

Nous nous trouvons, selon ce calendrier, à la porte du dernier niveau d’évolution de la conscience qui débute le 9 mars 2011. Ce qui prenait des dizaines et mêmes de millions d’années pour se développer au niveau de la création et de la conscience prendra à peine 260 jours à ce dernier niveau. Donc 2011, comme le témoignent les évènements mondiaux actuels, devrait se dérouler en accéléré et en allant en s’intensifiant. Les soulèvements populaires contre la tyrannie politique ou financière, les prises de conscience et l’unification de l’humanité pour la liberté, l’amour et la dignité humaine seront les caractéristiques marquantes de ce tournant de l’histoire.

Il semble que l’Univers ait un dessein, une direction, un but ultime, et qu’il ait un agenda, un échéancier. Celui qui mènera vers une conscience universelle de co-création.

Est-ce possible? À vous de voir…

Voici une présentation sommaire du calendrier maya, dont vous trouverez tous les détails sur les sites de:

- Ian Xel Lungold – Mayan Majix en français et en anglais ici;

- Carl Johan Calleman – en anglais seulement;

- 4-AHAU – complètement en français et facilement accessible pour les intéressés qui voudraient en découvrir davantage. Les informations présentées ci-dessous proviennent de ce site, avec la très aimable autorisation et collaboration de son auteur, Pierre.

François Marginean

Image ci-haut de: http://www.mayanmajix.com/french.html#ixl

∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞

Les Mayas avait une considération assez différente du « Temps » que nous ne l’avons dans notre société.
Une grande indication à ce propos est que le système de leur calendrier est fait à partir de 2 calendriers aux comptes différents, respectivement le Tun et le Tzolkin de 360 et 260 jours chacun. Ces deux cycles se déplacent comme des engrenages emboîtés l’un dans l’autre. On peut remarquer, et ceci est de la plus grande importance, qu’aucun de ces cycles n’est directement lié à quelque orbite astronomique observable comme l’est notre calendrier. L’histoire montre clairement que le calendrier Grégorien a été imposé au monde par les Rois et l’église Catholique. Ils l’ont utilisé afin de détruire les peuples indigènes et pour leur commerce de gros des cultures. Ce calendrier Grégorien est basé sur le phénomène physique de notre planète tournant autour de notre astre que nous appelons le Soleil. Nous percevons le temps comme un mouvement de masse et d’énergie à travers l’espace.
Les Mayas étaient très conscients du cycle solaire et en suivait soigneusement le parcours grâce à leur calendrier CIVIL, appelé le Haab. Le Haab était un calendrier de 365.25 jours utilisé par les Mayas pour leur comptabilité et le recouvrement des Impôts dans une société agraire. Cela a du sens. Quand pouvaient-ils payer leurs impôts ? Quand les récoltes rentraient. (Source: voir ce document PDF)

Introduction:

Les Mayas accordaient une importance extrême au temps, au point de créer plus de 15 calendriers différents ayant chacun son utilisation propre. Les mieux connus et les plus intéressants sont :

- Le TZOLK’IN, le plus connu des calendriers maya, qui est utilisé pour l’astrologie et toutes les activités divinatoires et religieuses.

- Le HAAB, un calendrier solaire de 365 jours, utilisé pour les activités de tous les jours et plus particulièrement l’agriculture.

Contrairement à des idées reçues, le TZOLK’IN (qui signifie en maya “le compte des jours”) n’est pas un calendrier solaire, lunaire, vénusien ou même astronomique. Les concepts qui lui sont associés sont différents de ce que dont nous avons l’habitude. Alors que notre calendrier est luno-solaire et est donc lié à la rotation de la Terre, le TZOLK’IN débute lui au premier jour de la création de l’univers et est formé de cycles de 260 jours se répétant indéfiniment.

Une date maya complète est formée de l’association de sa date TZOLK’IN et de sa date HAAB. C’est donc une association entre une date “ universelle ” à la façon de la “date stellaire” de Star Trek ( le TZOLK’IN) et une date terrestre comme celle notre calendrier grégorien (le HAAB).

Voyons plus en détail le calendrier TZOLK’IN.

Chaque jour du cycle de 260 jours du TZOLK’IN est identifié par un glyphe de jour et un “nombre”. Il existe 20 glyphes et 13 nombres différents ce qui donne donc en tout 260 possibilités.

Il faut imaginer le TZOLK’IN sous la forme de deux roues crantées qui tournent ensemble, une roue de 20 crans (celle des glyphes) et une autre de 13 crans (celle des nombres).

Les 13 nombres vont de 1 à 13 et sont chacun associés à une qualité. Ils forment une sorte de pyramide ou de vague avec une montée de 1 à 5, une crête de 6 à 8 et une descente de 9 à 13.

Les 13 nombres vont de 1 à 13 et sont chacun associés à une qualité. Ils forment une sorte de pyramide ou de vague avec une montée de 1 à 5, une crête de 6 à 8 et une descente de 9 à 13. Les 20 glyphes de jour sont les suivants. Ils sont tous un nom et sont associés à un point cardinal (5 glyphes par point cardinal).

(Voir le TABLEAU DES NOMBRES & DES GLYPHES pour leurs significations)

Chaque glyphe est donc présent 13 fois dans un cycle (une fois pour chaque intention).

On peut donc diviser le cycle en 20 périodes de 13 jours, les trecena. Chaque trecena commence par un glyphe de jour diffèrent et chaque jour d’une trecena porte un “nombre” diffèrent de 1 à 13. Une trecena commence donc un jour 1 et finit un jour 13.

Le glyphe du premier jour de la trecena donne l’esprit général des 13 jours de la trecena. On parle de trecena Crocodile ou Jaguar par exemple (voir la page sur les trecena pour plus de détails). Dans un cycle de 260 jours du TZOLK’IN, l’ordre des trecenas est toujours le même.

Le TZOLK’IN est une “symphonie de cycles” qui se superposent : le cycle de 260 jours, le cycle des trecena (et d’autres de 9, 20 ou 52 jours que je vous épargne).

Superposés aux cycles de 260 jours, il existe des cycles de 360 jours, appelés tun, qui forment à peu près une année. Le glyphe du jour et le ton du premier jour du tun donne la teneur générale du tun on parle alors par exemple d’un tun 4-Vent ou 7-Jaguar.

Les tun sont regroupés en multiple de 20 :

- le katun, période de 20 tun, soit environ 20 ans (7 200 jours)

- le baktun, période de 20 katun, soit environ 394 ans (144 000 jours)

- le pictun, période de 20 baktun, soit environ 7885 ans (2 880 000 jours)

- le calabtun, période de 20 pictun, soit environ 157 700 ans (57 600 000 jours)

- le kinchiltun période de 20 calabtun, soit environ 3 millions d’années (1 152 000 000 jours)

- le alautun, période de 20 kinchiltun soit environ 63 millions d’années (23 040 000 000 jours)

Donc pour déterminer la teneur astrologique d’un jour, il faut prendre en considération trois éléments :

Le glyphe et le ton du jour,

Le glyphe de la trecena,

Le glyphe et le ton du tun.

Les glyphes et tons des multiples de tun donnent quant à eux des indications de générations, voire d’époques, un peu à la manière des planètes à transit lent de notre astrologie (Neptune, Pluton, …).

Superposés au cycle des tun, existe un autre “cycle” qui a la particularité que chaque niveau est 20 fois plus court que le précèdent. Ce cycle n’a que 9 niveaux empilés à la manière d’une pyramide maya et se termine vers 2011-2012 d’où la frénésie médiatique actuelle sur le sujet. Il s’agit d’une représentation de l’évolution depuis la création de l’univers jusqu’à une étape finale encore mystérieuse mais maintenant très proche.

A chaque niveau d’évolution est associé une avancée de la conscience. Au milieu de chaque niveau, l’avancée de conscience de ce niveau prend le pas de manière irréversible sur celle du précèdent niveau. Par exemple, de 1755 à 1999 nous étions dans le niveau dit “planétaire” durant lequel l’avancée de conscience était le pouvoir. L’avancée de conscience du niveau précèdent était la loi. Le pouvoir a donc pris le pas sur la loi durant le niveau planétaire. Entre 1999 et 2011 nous sommes dans le cycle dit “galactique” durant lequel l’avancée de conscience est l’éthique. Nous sommes donc dans la période où l’éthique supplante le pouvoir.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

A chaque niveau d’évolution est associé une avancée de la conscience. Au milieu de chaque niveau, l’avancée de conscience de ce niveau prend le pas de manière irréversible sur celle du précèdent niveau. Par exemple, de 1755 à 1999 nous étions dans le niveau dit “planétaire” durant lequel l’avancée de conscience était le pouvoir. L’avancée de conscience du niveau précèdent était la loi. Le pouvoir a donc pris le pas sur la loi durant le niveau planétaire. Entre 1999 et 2011 nous sommes dans le cycle dit “galactique” durant lequel l’avancée de conscience est l’éthique. Nous sommes donc dans la période où l’éthique supplante le pouvoir.

Partie 1: D’où vient la date de 2012 comme étant la fin de calendrier maya?

Les 9 Ondes d’évolution de la Conscience – la théorie de Carl Calleman

Nous débutons une présentation plus poussée des 9 niveaux, appelés aussi inframondes (underworlds) ou encore ondes ou vagues d’évolution (waves), du calendrier maya tels qu’évoqués en introduction.

Ces 9 niveaux sont des âges qui s’empilent les uns sur les autres (voir la pyramide ci-dessus). Chaque niveau est 20 fois plus court que le précédent (d’où la représentation en pyramide à degrés). Chaque niveau fait partie du précédent, ce qui veut dire qu’ils finissent tous à la même date, le fameux 21 décembre 2012 ou le 4-AHAU 13 baktun.

Les sources archéologiques sur lesquelles se basent Calleman sont exposées dans son premier livre : The mayan Calendar – solving the greatest mystery of our time et dans certains articles présents sur son site www.calleman.com et dont les liens sont donnés dans cette page.

Le but de cette première partie n’est pas de refaire la démonstration de la théorie de Carl Calleman, mais de donner ses principales sources archéologiques.

Le compte long maya

Le premier élément qui a conduit Carl Calleman a édifié sa théorie est le compte long maya qui représente la “date universelle” évoquée dans l’introduction. Il s’agit d’une méthode de datation qui compte les jours et les années par multiples de 20 et de 13.

Le différents niveaux du compte long sont :

  1. -le kin (jour)
  2. -le winal (20 jours) (à ne pas confondre avec l’unial du TZOLK’IN)
  3. -le tun (18 winal soit 360 jours)

- le katun (20 tun, soit environ 7 200 jours)

  1. -le baktun, (20 katun, soit environ 394 ans ou 144 000 jours)

A cela on ajoute, pour former une date maya complète, le jour du TZOLK’IN, le jour du HAAB et le seigneur de la nuit (cycle de 9 jours).

Ce compte long a une date de fin, le fameux 21 décembre 2012 ou le 4-AHAU 13 baktun 0 katun, 0 tun, 0 winal 0 kin soit en notation conventionnelle 13.0.0.0.0

Et comme ce compte long a une date de fin, il a donc une date de début estimée par les archéologues au 11 août -3114, ou le 4 AHAU 0 baktun, 0 katun, 0 tun, 0 winal, 0 kin soit en notation conventionnelle 0.0.0.0.0 (le 0 correspondant à 20 car les mayas comptaient en base 20 et non en base 10).

Ce compte long dure environ 5126 années. Le 11 août -3114 est pour les mayas une date mythique de la création du quatrième monde (le cinquième monde pour les aztèques), le nôtre. Selon la tradition, le précédent monde a été englouti par les flots, ce qui constitue une référence méso-américaine au déluge.

A la date d’aujourd’hui, 27 juillet 2010, nous sommes en compte long le 12.19.17.10.2 (vous avez accès à un convertisseur de date en anglais ici).

La stèle 1 de Coba

Le deuxième élément qui a conduit Carl Calleman a édifié sa théorie est l’inscription des stèles de Coba et en particulier la stèle 1. Cette stèle, comme deux autres à Coba (la 5 et la 27) présente un système de datation similaire au compte long mais remontant bien plus longtemps dans le temps.

En plus de niveaux de datation du compte long (kin, winal, tun, katun et baktun) on ajoute les niveaux suivant :

- le pictun, 20 baktun, soit environ 7885 ans

-le calabtun, 20 pictun, soit environ 157 700 ans

-le kinchiltun, 20 calabtun, soit environ 3 millions d’années

-le alautun, 20 kinchiltun soit environ 63 millions d’années

-le hablatun, période de 20 alautun soit environ 1,26 milliards d’années

et quatorze autres niveaux de puissance de 20 jusqu’à des nombres gigantesques de milliards de milliards d’années.

La date marquée sur cette stèle est celle du 21 décembre 2012 soit le 4 AHAU 13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.0.0.0.0 !

Sur le côté droit, vous avez la reproduction des inscriptions de la stèle 1 de Coba, reproduction réalisée par la mayaniste Linda Schele (dessin 4087). Les zones ont été colorées de différentes teintes pour illustrer le propos.

La zone bleue contient les niveaux de datation supérieurs à l’hablatun. Ils sont rassemblés sous une même couleur parce qu’ils correspondent à des dates supérieures à celle de la création de l’univers. La période décrite est sans doute à rapprocher des “7 éternités de sommeil” précédant la création de l’univers selon le Popol Vuh.

La zone violette correspond à la fusion du compte long avec les niveaux de datation du pictun à l’hablatun.

Stèle 1 de Coba
(Linda Schele 4087)

Si l’on reprend la date du 21 décembre 2012 telle qu’elle apparaît sur les stèles de Coba, on obtient :

13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13. 13.13.13.13.13. 13.0.0.0.0

Le monument 6 de Tortuguero

Le troisième élément qui a conduit Carl Calleman a édifié sa théorie est l’inscription sur le monument 6 de Tortuguero qui est discuté en détail dans l’article (The Tortuguero monument 6 and the mayan end date).

Inscription du monument 6 de Tortuguero
(tiré de l’article de Carl Calleman)

Ce monument porte l’inscription suivante :

“Le treizième baktun sera terminé le 4 Ajaw (AHAU), le troisième (jour) de Uniiw (K’ank’in). inconnu arrivera. (Ce sera) la descente inconnu inconnu des 9 dieux supportant inconnu sur inconnu. »

Cette inscription, couplée à l’observation que le niveau de date des hablatun correspond à la création de l’univers a donné l’idée à Carl Calleman des 9 inframondes se terminant tous en même temps.

Les 9 degrés des pyramides mayas

A cela s’ajoute l’observation que les pyramides les plus importantes des sites mayas ont 9 degrés comme El castillo, la pyramide de Kukulkan (Quetzalcoatl) à Chichen Itza ou le temple du jaguar à Tikal.

El Castillo, pyramide de Kukulkan, Chichen Itza

http://www.crystalinks.com/pyramidmesoamerica.html

La date du fin du compte long maya

D’un point de vue purement archéologique, le compte long maya se termine le 21 décembre 2012 (en fait entre le 21 et le 23 décembre 2012 selon les différentes estimations du jour du commencement du compte long). Carl Calleman a remis en question cette date à la lumière de certaines observations archéologiques et de l’étude de la logique du calendrier maya. Ses arguments sont exposés en détail dans l’article The question of the Mayan calendar end date (version française).

Ceci l’a conduit à déterminer comme nouvelle date de fin du compte long le 28 octobre 2011. Ce qui est compatible avec les sources mayas actuelles qui donnent, elles, une fourchette pour la date du fin du compte long entre “maintenant et 2015”.

Les 9 ondes d’évolution sont organisées de la même façon. Elles ont la même structure interne, sont chacune 20 fois plus courte que le précédent, s’empilent les unes sur les autres et se terminent toutes en même temps, le 28 octobre 2011.

  1. -Les 4 premières ondes couvrent la période du début de l’univers et l’apparition de l’espèce humaine (de -16,4 milliards d’années à -102000 ans).
  2. -Les 4 ondes suivantes (de -102000 ans au 8 mars 2011) représentent la période de l’évolution de l’esprit humain.
  3. -La neuvième onde d’évolution enfin ( du 9 mars 2011 au 28 octobre 2011) est une période de couronnement de la création.

Nous allons successivement aborder dans cette page la structure interne d’une onde d’évolution, l’organisation des ondes entre elles et enfin proposer des éléments sur la neuvième onde tels qu’exposés dans le séminaire de Carl Calleman : “le calendrier maya et le plan cosmique”.

Structure interne des Ondes d’évolution de la Conscience

Chaque onde d’évolution est structurée en 13 périodes, chacune gouvernée par une des 13 intentions et donc par conséquent gouvernée par une énergie différente représentée chacune par une divinité maya.

Les 13 périodes sont constituée de 7 “jours” qui sont des périodes de lumière et d’action et de 6 “nuits” qui sont des périodes de ténèbres et de repos ou de résistance. Nous sommes actuellement (2 octobre 2010) à la fin de la sixième nuit de la huitième onde d’évolution.

Le schéma ci-dessus datant de juillet 2009 montre la fin de la huitième onde d’évolution (entre le quatrième et le septième jour), qui est l’onde dans laquelle nous nous trouvons à l’heure actuelle. Cette onde est appelée “Onde Galactique”.

Les “jours” sont au-dessus de l’abscisse et les “nuits” en dessous.

Dans chaque Onde d’évolution, un processus d’évolution de conscience est “semé” dans le premier “jour” et vient à maturation dans le septième “jour”. On parle du “fruit” de l’onde d’évolution. Il est intéressant de constater que chaque onde commence et se termine par un “jour”. Autrement dit une lumière donne naissance à une autre lumière plus brillante sans alternance avec une période de ténèbres. On peut aussi remarquer les “nuits” d’une onde d’évolution sont aussi lumineuses que le septième “jour” de l’onde précédente et donc moins sombres que les “nuits” de cette même onde précédente. Dis encore autrement, les ténèbres de la conscience s’éclaircissent onde après onde…

Empilement des Ondes d’évolution de la Conscience

Les Ondes d’évolution de la conscience s’empilent les unes sur les autres comme montrer sur le schéma de droite.

Elles ne se succèdent pas l’une l’autre, mais se superposent comme les phrases mélodiques dans une chanson, chacune apportant à l’autre un socle sur lequel créer une nouvelle harmonie.

Comme chaque onde d’évolution est 20 fois plus courte que la précédente, chaque onde (hormis la première) est entièrement comprise dans le septième jour de l’onde précédente. L’Onde est donc baignée entièrement dans la lumière du septième “jour” de l’Onde précédente. Il n’y a donc pas de retour en arrière possible. L’empilement des ondes est une marche inexorable vers une harmonie de plus en plus grande.

Contenu succinct des 8 premières Ondes d’évolution de la Conscience

Carl Calleman définit pour chaque onde un “fruit”, une polarité (unitaire ou dualiste) et quand cela est pertinent un “filtre”.

  1. -quand le cerveau droit est “filtré”, le cerveau gauche est favorisé et donc la pensée rationnelle,
  2. -quand le cerveau gauche est “filtré”, le cerveau droit est favorisé et donc la pensée spirituelle,

Ian Lungold, quant à lui, associe à chaque onde une évolution de conscience. Les deux approches sont, à mon avis, complémentaires et sont présentées conjointement ici.

Les 4 premières ondes d’évolution concernent la création de la Terre, l’apparition de la vie et finalement celle de l’être humain. C’est en quelque sorte “l’histoire de la Terre”.
Les 4 ondes d’évolution suivantes concernent l’apparition et l’évolution de la civilisation humaine. C’est en quelque sorte “l’histoire de l’Homme”.

Tous les aspects de la civilisation humaine (religion, politique, économie, art, médecine, communication, …) ont été influencés par ces “filtres” parce que ceux-ci conditionnent la façon dont on perçoit la réalité.

Ces “filtres sont, selon le terme de Calleman, “l’eau dans laquelle nage le poisson. De même que le poisson n’a pas conscience de l’eau, nous n’avons pas conscience de ces “filtres”.

En d’autres termes, selon les ondes d’évolution, les êtres humains ne pensaient pas de la même façon et donc n’agissaient pas et ne réagissaient pas de la même façon. Ceci est à garder à l’esprit quand on étudie l’Histoire et les civilisations.

Pour de plus amples détails, je vous renvois pour l’instant aux livres de Carl Calleman.
Aperçu de la neuvième Onde d’évolution de la Conscience

Cette neuvième vague est particulière à plus d’un titre.

Tout d’abord par sa durée. Commençant le 9 mars 2011 et finissant le 28 octobre de la même année, elle ne va durer que 234 jours et durant cette période vont se succéder 7 “jours” et 6 “nuits”, ce qui veux dire que les changements vont être aussi importants en 234 jours que durant les 12 années précédentes (pour l’onde galactique) ou encore les 394 années précédentes (pour l’onde planétaire).

Cette onde est également différente parce que l’immense majorité des êtres humains ne vont pas naître dans cette onde, mais vont y entrer à l’âge adolescent ou adulte. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, des personnes vont connaître trois ondes successives (fin de l’onde planétaire, onde galactique et onde universelle).

Précédemment, les êtres humains passaient toute leur vie dans une seule onde, voire même dans un seul “jour” ou “nuit” d’une onde. En effet, un “jour” ou une “nuit” durait 7900 ans pour l’onde régionale et 394 ans pour l’onde nationale.

Ce n’est qu’avec l’onde planétaire que la durée du “jour” et de la “nuit” sont devenus à l’échelle humaine (19,7 ans) et que l’on a vu apparaître les différences de perception de la réalité d’une génération à l’autre.

Enfin, pour la première fois depuis des millénaires, en fait depuis l’époque des hommes des cavernes (Onde Régionale : -102000, -3115), nous allons entrer dans une Onde d’évolution de la Conscience sans « filtre”.

Calleman insiste sur le fait que, contrairement aux autres ondes d’évolution, la neuvième va demander de nous une participation active et non la même acceptation passive que durant les ondes précédentes. Selon sa propre image, »les cordes de la marionnette vont être coupées ».

Selon Calleman « La transition vers la neuvième onde est comme une escalade, cela va exiger certaines choses de nous. l’Ego des vagues précédentes restera en existence mais il sera, dans la neuvième vague, au service de la conscience de l’unité. Il ne s’agit pas donc de tuer l’Ego mais de le mettre à une autre place où il ne guide/dirige plus notre vie sans considération pour le tout. Les être humains sont des êtres créateurs très puissants (allusion à la loi d’attraction), mais uniquement dans le cadre de conscience généré par les “filtres” en place dans chaque onde. Lors de la neuvième onde, cette créativité devra être au service de l’émergence d’un monde harmonieux en unité et donc devra « demander » des choses cohérentes avec cette harmonie sans faire confiance à notre Ego ou a celui d’une autre personne.”

Ce dont parle Calleman est la “co-création”. L’approche de Lungold est identique car il donne également la “co-création” comme évolution de conscience de la neuvième onde. Il s’agit ni plus, ni moins que de créer tous ensemble par la pensée en se focalisant sur le monde que l’on désire. Il est clair qu’une telle approche n’est possible que dans une société emprunte d’éthique où la grande majorité des humains ont une conscience planétaire suffisante pour “penser au bien de tous”, ce qui est justement le fruit attendu de la huitième onde.

Calleman indique également qu’une grande partie des fondements de la civilisation actuelle ont été créés durant les ondes nationales et planétaires et donc selon leur cadre de conscience (patriarchat, domination, matérialisme,…). Toutes ces structures héritées du passé (structures économiques, religieuses, sociales et politiques) vont être secouées, voire vont s’écrouler car elles ne sont pas cohérentes avec le cadre de conscience d’unité de la neuvième onde. Ce phénomène est d’ailleurs d’ors et déjà en cours. Selon Calleman toujours : « Pour des co-créateurs, il sera inutile de réagir aux événements extérieurs. L’intention devra plutôt être focalisée vers l’intérieur afin de recréer son être intérieur pour être en accord avec les nouvelles énergies ».

Carl Calleman situe la source des inframondes ou ondes d’évolution du calendrier maya dans l’arbre de vie cosmique, le “coeur des cieux” selon la dénomination maya. Ce sont ses pulsations ou changements de vibration qui, en diffusant de l’univers jusqu’à nous, influent sur notre conscience et donc notre perception de la réalité. Ce sont ces changements de vibration qui nous font passer d’un inframonde à l’autre. L’expulsion d’Adam et Eve du jardin d’Eden en est une illustration dans notre tradition occidentale.

Un symbole universellement répandu

Dans toutes les traditions humaines, il est fait mention d’un Arbre de Vie. C’est à la fois l’Arbre du Jardin d’Eden, l’Yggdrasil des populations nordiques, le Svetovid slave, l’arbre de vie des peuples mésoaméricains, l’arbre des Sephiroth de la Kabbale. On le trouve aussi par exemple dans la Grèce, la Chine et l’Egypte antiques, dans la Bhagavad-gita, chez les tatars de l’Altaï, les esseniens, les tribus amérindiennes ou encore les mandalas tibétains.

L’Arbre de Vie chez les mayas

Comme dans toutes les traditions humaines, l’Arbre de Vie est présent chez les Mayas sous le nom de Yaxche ou Yakch´ e. On en trouve par exemple une représentation dans le Temple de la Croix à Palenque ou sur le sarcophage de Pakal.

L’Arbre de Vie pour les Mayas représente l’axe du monde autour duquel s’organise les 4 directions. C’est un lien qui relie les trois mondes : le monde souterrain, la Terre et les cieux.

La croix est le symbole de cet Arbre de vie. Certains temples mayas étaient d’ailleurs surmontés de grandes croix vertes, ce qui surpris fortement les espagnols à leur arrivée dans le Yucatan.

Ceci peut peut-être aussi expliquée la ferveur chrétienne en Amérique Centrale : autres pratiques, autre langue sacerdotale, autres prières, mais symbole identique.

Un axe et des directions

Revenons à l’Arbre de Vie dans la théorie de Carl Calleman. Le point commun entre toutes les représentations de l’Arbre de Vie est qu’il s’agit d’une organisation de la création autour un axe et des directions.

Image tirée de l’article de Carl Calleman Re-création de l’Arbre de Vie mondial lors de la Convergence Consciente

Au cours des dernières années, des observations de l’espace lointain ont détectées des “anomalies” qui tendent à prouver que l’univers est anisotropique, c’est à dire qu’il a tendance à se développer à partir d’un axe central et selon certaines directions et non de manière uniforme.

La structure entière de la création semble donc organiser autour d’un axe et des directions, qu’il s’agisse du macrocosme (univers, galaxie, système solaire, planète) ou de microscosme (cellule, molécule, atome, espace subatomique). Envisagé d’un point de vue anthropomorphique, l’Homme se situe donc au milieu d’une création où tout est organisé de la même façon, selon le principe “Au-dessus, comme en bas” (as Above, so Below).

Les avancées scientifiques actuelles semblent rejoindre les conceptions mythologiques des premières civilisations.

Image tirée de la présentation Is there a preferred direction in the universe (P. Jain, IIT Kanpur)

Partie 4 : La neuvième onde

Sont présentés ici mes premiers éléments d’analyse de la structure de la neuvième onde, la dernière selon Calleman, allant du 9 mars au 28 octobre 2011. Ce sont des constatations faites suite à la création du “calendrier de la neuvième onde”. L’étude est loin d’être terminée…

Le compte des neuf jours

La neuvième onde de Carl Calleman est différente des précédentes sur un point important : la durée de ces cieux n’est plus un multiple de 20.

En effet, cette dernière onde a une durée de ciel (les “jours” et les “nuits”) de 18 jours.

Chaque ciel de décompose donc en :

  1. -Un cycle de neuf jours, le “compte des neuf jours”, du début du ciel jusqu’à son milieu, sa “crête”.
  2. -La crête en elle-même à cheval entre deux jours.
  3. -Un second cycle de neuf jours depuis la crête jusqu’à la fin du ciel

Il est à remarquer que la neuvième onde génère des cycles de 9 jours, une autre illustration de la loi “en bas comme en haut” (As above so Below).

Il existe bien un cycle de neuf jours dans le calendrier maya, le cycle des seigneurs de la nuit. Cependant, les “comptes de neuf jours” de la neuvième onde, bien que de même durée, ne sont pas calés sur les cycles des seigneurs de la nuit (le premier jour de la neuvième onde, le 9 mars 2011, commence un jour G3, le troisième seigneur de la nuit).

Les “comptes de neuf jours” de la neuvième onde sont donc d’une nature différente qui reste à étudier. Il est fort probable qu’ils deviennent plus importants que les cycles du TZOLK’IN pour cette période particulière de la neuvième onde.

Vous pouvez poursuivre la lecture de ce texte en vous dirigeant ici.

Pour voir le tzolkin du jour.


Note: Vous êtes invités à voir et lire les commentaires et à y laisser les vôtres sur Les 7 du Québec et CentPapiers.

3 commentaires:

RODOLPHEPILAERT a dit...

Merci mille fois François pour tout ton ENORMISSIME TRAVAIL si utile pour DECRYPTER ces nouvelles si émouvantes ,révoltantes ...Je tiens à te mettre en lien des vidéos qui TE DEMONTRERONS QUE LA THEOSOPHIE = LE NEW AGE MAYA NWO...Blavatsky et Bailey ont théorisées tant DE FOUTAISES MONDIALISTES EUGENISTES que tout prédicateurs comme DAVID ICKE , TSARION ,MAXWELL ET tant d'autres .(regarde les liens sous la vidéo) http://www.dailymotion.com/video/xh18sl_rodomix-nouvel-ordre-mondial-new-age-franc-maconnerie_news
PS:les liens sur le site http://www.mayanmajix.com sont trés douteux .Merci FRANCOIS

RODOLPHEPILAERT a dit...

Mayanism
From Wikipedia, the free encyclopedia
Jump to: navigation, search

Mayanism is a non-codified eclectic collection of New Age beliefs, influenced in part by Pre-Columbian Maya mythology and some folk beliefs of the modern Maya peoples. Adherents of this belief system are not to be confused with Mayanists, scholars who research the historical Maya civilization.

Contemporary Mayanism places less emphasis on contacts between the ancient Maya and lost lands than in the work of early writers such as Charles Étienne Brasseur de Bourbourg and Augustus Le Plongeon, alluding instead to possible contacts with extraterrestrial life. However, it continues to include references to Atlantis.[1] ....NEW AGE = NEW ORDER !

RODOLPHEPILAERT a dit...

Mayanism has been promoted by specific publishing houses, most notably Inner Traditions - Bear & Company, which has produced a number of books on the theme of 2012 by authors such as José Argüelles, John Major Jenkins,°°° Carl Johan Calleman°°°, and Barbara Hand Clow. Jeremy P. Tarcher, Inc. has published works by New Age authors Daniel Pinchbeck and John Major Jenkins that have further contributed to a growing interest in Mayanism. MERCI encore FRANCOIS POUR TOUTES TES PROLIFIQUES RECHERCHES DES MECANISMES DE DOMINATIONS DES MASSES .