Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

samedi 13 septembre 2008

Qu`est-ce que l`Union nord-américaine?

.

Texte paru cette semaine sur Les 7 du Québec:


Qu`est-ce que l`Union nord-américaine?

La réponse dépend de la personne à qui vous parlez. Mais considérant l`état des médias principaux au Canada et au Québec qui ont littéralement évité de rapporter quoi que ce soit ou presque à ce sujet jusqu`à tout récemment, il vous faudra tout d`abord trouver quelqu’un qui en a déjà entendu parler.

Quoi qu`il en soit, l`idée du l`Union nord-américaine (UNA) est devenue réalité durant une rencontre à l`Université de Baylor à Waco au Texas en mars 2005 où les chefs politiques Paul Martin, George Bush Vicente Fox, respectivement du Canada, des États-Unis et du Mexique en sont venus à une entente d`intégrer ces trois nations en une super entité régionale politique, économique et militaire.

Suite à ce sommet, ils annoncèrent la formation d`une nouvelle entité appelée «Partenariat pour la Sécurité et la Prospérité (PSP)». Considérant la magnitude d`un tel accord et le fait que ce fut signé en début 2005, on serait en mesure de penser que le commun des mortel serait au courant d`une telle chose aujourd`hui.

En réalité, au Canada et au Québec peu sont au parfum de ces plans. Pourtant, aux États-Unis il y a déjà plus de 19 états qui se sont officiellement opposé à ces plans. Ici par contre, un seul parti politique en parle, alors que même Harper c`est prononcé en faveur d`une telle intégration et que le processus se poursuit. Nous sommes maintenant en campagne électorale et aucun parti autre que l`Action Canadienne (PAC) en fait un élément de leur plateforme en s`opposant vigoureusement à de tels plans.

La question est à qui ce partenariat offrira t-il plus de sécurité et de prospérité?

Pour répondre à cette question nous devons prendre un peu de perspective sur l`histoire:

«L’entrée en vigueur le 1er janvier 1994 de l’ALENA (Accord de Libre-Échange Nord Américain) entre les États-Unis, le Canada et le Mexique a permis de constituer une première ébauche d’entité économique unifiée. Les objectifs définis dans son article 102 visent à « éliminer les obstacles au commerce des produits et des services entre les territoires des Parties et à faciliter le mouvement transfrontalier de ces produits et services (…), à créer le cadre d’une coopération trilatérale, régionale et multilatérale plus poussée afin d’accroître et d’élargir les avantages découlant du présent accord ».

«Ces affirmations ont connu un nouvel élan grâce aux travaux du Council Foreign Relations [1] en liaison avec le Conseil Canadien des Chefs d’Entreprises (le CCCE regroupant les hauts dirigeants de 150 entreprises canadiennes) et le Consejo Mexicano de Asuntos Internacionales (le COMEXI, organisation politique multidisciplinaire soutenue par les entreprises mexicaines). En effet, il a été décidé de créer une « Communauté économique et de sécurité nord-américaine » d’ici 2010.» (Source: Vers une communauté nord-américaine )

Il est question de créer un espace économique, politique et militaire commun et les structures militaires du Canada et des États-Unis sont déjà intégrées - les troupes américaines et canadiennes ont déjà le droit de se déployer dans ces deux pays en cas «d`urgence», accord signé sans votre approbation ni celle du Parlement, et passé sous silence dans vos chers médias.

Au Canada, c`est le Conseil Canadien des Chefs d’Entreprises (CCCE) qui fait des pressions auprès du gouvernement Harper en faveur du plan. Le Conseil Canadien des Chefs d’Entreprises compte environ 150 membres corporatifs.

«À côté de grandes sociétés et banques canadiennes, on y trouve les filiales des grandes compagnies américaines impliquées au Canada, telles les sociétés Bell Canada, Paul Desmarais, Jr., Power Corporation of Canada, Du Pont, Fed X, General Electric, General Motors, Chrysler, Ford, Hewlett-Packard, Home Depot, IBM, Imperial Oil, Kodak, 3M, Microsoft, Pratt & Whitney, Suncor, Wyeth, Xerox, Gillette , Lockheed Martin, Wal-Mart, Chevron, Merck, etc. - Pour ces dirigeants, le Canada n’est pas un pays distinct des États-Unis, mais un marché adjacent qu’il importe d’investir et de contrôler.»

«Depuis mars 2005 sous la direction des trois ministres seniors de cabinets de chaque pays, environ 100 groupes de travail d’officiels non élus du gouvernement et de l’industrie se sont rencontrés aux frais des contribuables pour décider et diriger la mise en place de la restructuration de l’appareil de gouvernance et la forme de régime sur le peuple. Leurs ordres sont transmis le long de la chaîne bureaucratique qui dépense de grands montants d’argent des contribuables pour mettre en place les changements à nos frontières, dans nos aéroports, dans nos avions, dans nos cieux, sur nos routes et à nos routes et autoroutes, à nos systèmes personnels d’identification, à notre santé, à nos vaccins, sur nos suppléments alimentaires, sur nos niveaux de sécurité des pesticides, dans nos écoles et universités, dans l’exploitation de nos ressources naturelles -nos rivières, nos lacs, notre pétrole, notre gaz, à notre environnement, dans l’industrie de l’armement, dans la manufacture et utilisation de l’uranium appauvri, dans l’exploitation et l’expérimentation sur nos populations indigènes et nos militaires, sur l’immigration, sur notre droit d’Habeas Corpus, à notre droit à un procès juste, notre droit de nous rassembler et notre liberté d’expression, etc.»

Les vrais objectifs du PSP sont l’éradication des frontières et l’accès aux ressources naturelles mexicaines et canadiennes par les grandes compagnies américaines. Cela conduira à un plus grand contrôle de nos ressources par ces dernières comme nos réserves de pétrole et de gaz. En effet, la moitié de la production des sables bitumineux d’Alberta est déjà contrôlée par des compagnies américaines.

Certaines personnes ont quand même osé parler. Ne manquez pas par exemple ce texte de Rodrigue Tremblay, économiste et professeur à l`université où vous trouverez cet extrait:

«Une entente [avec les États-Unis] afin d’harmoniser les règles du commerce, de la sécurité ou de la défense, obligerait, en bout de ligne, le Canada et le Mexique à … céder aux États-Unis le pouvoir réel sur le commerce international, l’investissement international, la réglementation environnementale, l’immigration, et, en grande partie, sur la politique étrangère, et même sur les politiques fiscales et monétaires. »
Roy McLaren, ex-ministre libéral fédéral

Donc voilà assez d`information pour piquer votre curiosité. Je vous laisse avec ces liens à explorer pour que vous vous fassiez une opinion par vous-mêmes. Ces plans existent réellement mais n`y a eu aucun débat à ce sujet depuis le début jusqu`à maintenant. La période électorale nous donne une excellente opportunité d`en faire un débat public et de confronter les candidats avec ce dossier fumant. Avant que nos droits démocratiques au Canada deviennent rapidement illusoires il est de notre devoir de nous informer sur les vrais enjeux de notre société et pays.


Vers une communauté nord-américaine

PAULINE MAROIS soutient l’Union nord-Américaine

Un parlement nord-americain voit le jour

Le Canada et le projet d’Union nord-américaine

L’union Nord-Américaine signifie la fin de la démocratie au Canada

Vicente Fox admits that he and George W. Bush have ’agreed’ on common currency, North American Union

Union d’Amérique du Nord

Adieu aux promesses de Montebello

Demolition for NAFTA’s I-69 Superhighway begins

Repackaging, Renaming, Relaunching the SPP

The SPP and Merging Military Command Structures

NAU agenda blog network

Aucun commentaire: