Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

dimanche 19 août 2007

L'Autre Monde: Liens relatifs à la chronique LNI du 17 juin 2007


- 17 juin 2007: Décroissance et capitalisme dangeureux


Nous parlons cette semaine du concept de Décroissance et de Simplicité volonaire avec Julien Demers qui a assisté au colloque sur la décroissance qui s'est tenu à l'UQAM en mai. Avec François nous discutions de la pensée de Paul Diel comme moyen de comprendre les désordres psychiques qu'induit la culture de la surconsommation et la multiplication des désirs à l'infini.

Pour écouter, simplement cliquer sur le lien;

Pour télécharger, faite un clique droit puis “enregistrer la cible sous…


lien archive lautremonde


Liens relatifs à la chronique LNI du 17 juin 2007:

Public Transit Could Transform The Quality Of Life For Workers And The Environment

http://portland.indymedia.org/en/2006/08/343929.shtml


But between 1936 and 1950 National City Lines, a bus company funded by GM, Firestone and Standard Oil of California (SOCAL) bought out more than 100 electric trolley car systems in 45 cities like Oakland, New York, and LA. (3)

Alfred P Sloan, the head of GM in the early 20's was the force behind the plan to destroy an efficient and environmentally friendly public transit in the US. He said at the time, 'Wait a minute, this is a great opportunity. We've got 90 percent of the market out there that we can somehow turn into automobile users. If we can eliminate the rail alternatives, we will create a new market for our cars." (4) As is the case in a capitalist economy, the public welfare and the environment were cast aside in the rapacious scramble for profit. As a French sociologist commented to the Wall Street Journal during the paper's coverage of the French public transit strike in 1995, "The power of the free market has run smack in to the notion of public service."(5)

GM used its economic clout to persuade or bribe the railroad barons, businessmen, bankers, and public officials to switch from the electric trolley to gas powered, polluting buses, or to put pressure on the trolley companies to do so. GM, Firestone, Standard Oil and Rockefeller all stood to make millions with the venture. When this sort of pressure failed or when public officials couldn't be bought or persuaded, National City Lines bought up the trolley systems and shut them down. Some have argued that the proliferation of autos, not a conscious plan, led to the end of the trolley era. But as Snell points out, "The growth of the auto was the result, not the cause of the trolley systems demise." (6)

The following figures confirm the result of the campaign to eliminate the streetcars:

Number of electric streetcars in 1917: 72,911
Number of electric streetcars in 1948: 17,911

The number of riders per year went from almost 16 billion in 1923 to just over 8 billion in 1940. (7)
In 1949 GM and its partners were convicted in US courts of criminal conspiracy and fined $5000. The company's treasurer was fined $1.

Another aspect of this clash between market forces and public services were the billions spent in highway construction to accommodate the new transportation in what Chomsky terms "The Los Angelizing" of the US economy, and what he cites historian Robert Du Boff describing as, " a huge state/corporate campaign to direct consumer preferences to suburban sprawl and individualized transport as opposed to clustered suburbanization compatible with a mix of rail, bus and motor car transport." (8)


Paul Diel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, Rechercher

Paul Diel, né le 11 juillet 1893 à Vienne de mère allemande et de père inconnu, mort le 5 janvier 1972 à Paris, philosophe de formation il était un psychologue français d'origine autrichienne.

Notamment connu pour avoir fondé la psychologie de la motivation, il travailla essentiellement sur le symbolisme dans la mythologie grecque et les textes bibliques. À l'opposé des autres courants de la psychologie moderne Diel tente de réhabiliter l'introspection en la rendant scientifique et méthodique, ce qu'il nommera la psychologie éthique.

Sommaire

Biographie

Orphelin à 13 ans Diel passe 8 ans dans un orphelinat religieux. Avec le soutien d'un tuteur il obtient son baccalauréat, vit pauvrement et ne suit pas d'études universitaires, il continuera de se cultiver en autodidacte.


Il fut acteur, romancier, poète avant de se tourner définitivement vers la psychologie. Il étudiera notamment les travaux de
Freud et d'Adler. En philosophie, il sera influencé par Kant et Spinoza. Il s'intéressera également aux sciences, notamment la physique, la biologie et l'évolution.


Ses travaux sont remarqués dès
1935 notamment par Einstein qui lui écrira : « Votre œuvre, nous propose une nouvelle conception unifiante du sens de la vie et elle est à ce titre un remède à l'instabilité de notre époque sur le plan éthique. ». A cause de l'Anschluss Diel va se réfugier en France en 1938 où il sera par la suite interné dans le camps de Gurs au Sud de la France en raison de sa nationalité étrangère. Après la libération en 1945, grâce aux recommandations d'Einstein et d'Irène Joliot-Curie, il entrera au CNRS comme psychothérapeute dans le laboratoire de psychologie de l'enfant dirigé par le bio-psychologue Henri Wallon. Ce dernier le classera de par ses succès thérapeutiques « dans la lignée de Freud, d'Adler et de Jung » et souligne « le mérite de ce fouilleur profond de la conscience, qui ne se borne pas à l'intuitionnisme pur mais montre la progression qui peut mener de l'instinct à la raison. ».


L'étude du fonctionnement psychique l'amène à travailler sur l'élucidation du sens caché des symboles dans les mythologies, les texte bibliques, les rêves et les symptômes psychopathiques.
Gaston Bachelard, dans sa préface du Symbolisme dans la mythologie grecque (1954) témoigne de l'apport décisif de Diel à la compréhension du langage symbolique et en souligne les conséquences : « Quand on aura suivi Paul Diel dans ses traductions psychologiques minutieuses et profondes, on comprendra que le mythe couvre toute l'étendue du psychisme mis à jour par la psychologie moderne. C'est tout le problème de la destinée morale qui est engagé dans cette étude. ».


Diel meurt le 5 janvier [1972] à Paris , ses travaux sont actuellement poursuivis par une de ses disciples, Jeanine Solotareff, présidente de l'Association de Psychanalyse Introspective (cf. Liens externes).

Bibliographie

De Paul Diel

Aux Éditions Payot & Rivages (collection Petite bibliothèque Payot):

Sur Paul Diel

Il existe un article "DIEL Paul", par Bruno VIARD, dans "l'Encyclopédie Philosophique Universelle".

Liens externes

Aucun commentaire: