Émission de radio L'Autre Monde

Émission de radio L'Autre Monde

samedi 4 septembre 2021

Droits inaliénables, privilèges, liberté et sécurité - Notions historiques oubliées

Le concept de libertés et droits inaliénables versus les privilèges est crucial et il semble, à la lecture et la réaction de la population en général et du traitement médiatique des médias, que la majorité des gens ont oublié la signification radicale et profonde de ces deux choses, ou ils l'ignorent totalement.

Dire que nos ancêtres ont combattus et beaucoup sont morts pour nous léguer ces droits et libertés, qu'on jette aujourd'hui dans les poubelles, sans comprendre de quoi il s'agit réellement.

Le peuple et les individus ont des droits et libertés qui sont dits "divins", dans le sens qu'ils sont au-dessus de l'autorité des gouvernements. Ils ne sont pas octroyés par les gouvernements, ils sont naturels et intouchables. Les privilèges découlent, eux, des autorités. C'est un monde de différence, et à la lecture de plusieurs commentaires, les gens semblent ignorer l'importance capitale et la différence entre les deux.

Nous sommes tous en train de faire des choix, en tant qu'individus et en tant que société, concernant ces grands concepts. Des conséquences inévitables et sérieuses vont découler de ces choix. Chacun est responsable, dans son for intérieur, dans sa conscience, de ces choix. 

Ils nous apporteront soit de l'harmonie, conscience et de l'amour, ou de la peur, division et haine.

Bonne chance.


FM

 

 


La sécurité avant la liberté


Libarté !

Que les Québécois soient en général satisfaits de la gestion de crise très prudente du gouvernement Legault n’a rien d’étonnant. Il n’en va pas de même de ces intellectuels incapables de voir que la préservation des libertés est incontestablement l’un des grands enjeux auxquels sont confrontées toutes les démocraties libérales à notre époque.

Comment oublier l’impact implacablement liberticide de l’expansionnisme chinois, combiné à la généralisation de technologies numériques permettant de contrôler n’importe qui, n’importe où, à n’importe quel moment ? Sans parler de cette culture du bannissement (cancel culture) remettant fondamentalement en cause la liberté d’expression.

Cela n’empêche pas le mot même de liberté d’être rabaissé de façon indigne dans ces milieux bon chic bon genre où on ne parle plus, en ricanant, que de libarté, réduisant cette cruciale valeur de civilisation à une lubie de colons complotistes.

Il s’agit en fait de l’une des caractéristiques de la façon dont la crise est vécue ici. Que l’observation des consignes sanitaires y soit la règle, que le phénomène des complotistes y soit objectivement marginal, n’empêche pas de continuer à associer automatiquement toute critique à ces derniers.

Pour une idéologie sanitaire devenue hégémonique, l’accusation d’être un complotiste est devenue l’équivalent de celle d’être un hérétique pour le dogme catholique d’antan. 

 

Souveraineté impossible

 



Passeport vaccinal : le sens des mots...

https://www.journaldemontreal.com/2021/09/03/passeport-vaccinal--le-sens-des-mots

Auteure:  Nathalie Elgrably

Droit

Jusqu’à mardi, nous avions tous le droit de manger dans un restaurant ou d’aller au cinéma. Aujourd’hui, l’accès à ces lieux est un privilège réservé aux titulaires du passeport, et à condition qu’ils présentent une pièce d’identité. 

Ainsi, sans débat, des droits théoriquement inaliénables ont été instantanément convertis en privilèges. Nos ancêtres qui ont payé de leur sang la préservation de ces droits doivent se retourner dans leur tombe !

Certains jubilent à l’idée que les non-vaccinés soient condamnés à une mort sociale. Soit ! Mais il reste que, vacciné ou non, pro-passeport ou anti-passeport, la transmutation des droits en privilèges nuit à tout le monde.  

Fragile  

Nous sommes tous lésés, car, par définition, un privilège est fragile puisqu’on ne l’obtient qu’à condition de répondre à certains critères. Il nous rend donc vulnérables puisqu’il peut être révoqué dès que les critères changent. N’allons donc pas croire que seuls les non-vaccinés sont punis par l’imposition du passeport.

Les vaccinés le sont tout autant. Peut-être même le sont-ils davantage, car ils ont fait « l’effort » de relever leurs manches et de s’exposer aux effets secondaires du vaccin. Et comment les récompense-t-on ? En remplaçant leurs droits par des privilèges, en subordonnant leur liberté à une preuve vaccinale, et en banalisant le contrôle d’identité.

 

dimanche 29 août 2021

Explorer la convergence bionumérique

 


Voici deux documents à explorer pour comprendre la direction vers laquelle on veut nous amener et qui risquent de jeter un nouvel éclairage sur un peu tout ce qui se passe depuis le début de la crise « pandémique » de la « Covid19 » et du « Great Reset » du Forum Économique Mondial. Car agenda, il y a. Et il est officiellement publié, avec la collaboration du gouvernement du Canada même!

 

Dans le premier lien, on peut trouver le document ( qu’on peut télécharger en PDF : https ://horizons.gc.ca/wp-content/uploads/2020/02/Explorer-la-Convergence-bionumerique-FR-02102020-Good-FINAL.pdf ) qui nous explique gentiment ce qui arrive lorsque la biologie et les technologies numériques fusionnent :

https ://horizons.gc.ca/fr/2020/02/11/explorer-la-convergence-bionumerique/

On peut trouver à la page 16 du PDF, où se trouve le chapitre « Bonjour le bionumérique" », un exemple du futur qu'ils entrevoient, ou plutôt le monde qu'ils veulent créer pour nous. C'est comme un film de science-fiction futuriste, sauf qu'ils disent que ces technologies existent déjà... On peut lire le tout, mais regardez bien le chapitre suivant et le tableau intitulé "Tableau 1 : Capacités nouvelles découlant de la convergence des systèmes numériques et biologiques, où ils parlent de ouvertement de "Modification du génome humain – nos attributs et nos caractéristiques biologiques de base", de "Surveillance, modification et manipulation des pensées et des comportements humains", de "Manières nouvelles de surveiller, de gérer et d’agir sur les fonctions corporelles, ainsi que de prédire, de diagnostiquer et de traiter les maladies", etc...

 

Ensuite, l'autre document aussi disponible en PDF ( https://horizons.gc.ca/wp-content/uploads/2020/02/Explorer-la-Convergence-bionumerique-FR-02102020-Good-FINAL.pdf ), est une étude ayant pour objectif de déterminer la prochaine génération d’enjeux mondiaux qui pourraient être examinés par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), dans le cadre de son initiative Imaginer l’avenir du Canada (IAC).

https://horizons.gc.ca/fr/2018/10/19/la-prochaine-generation-denjeux-mondiaux-emergents/

Dans ce document, ils vont amicalement nous informer sur ce qu'est l'humain augmenté (humain+), les enjeux que cela va entrainer dans toutes les sphères de notre vie, médicale, sociale, économique, etc. Très édifiant.

Et tout ça... joyeusement commandité par le gouvernement du Canada!

-----------------------

 

Note:

Les premiers humains OGM sont crées avec la technologie à ARNm, déjà la convergence bionumérique est amorcée, sans le consentement et la conscience des gens qui sont inoculés avec cette technologie génétique à ARNm, sous le couvert d'être des "vaccins", ce qu'ils ne sont pas.

Cette technologie a été développée par la DARPA, en collaboration avec Pfizer et Moderna. DARPA, c'est la Defense Advanced Research Projects Agency, qui est une agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire. Je sais que ça peut paraître troublant, car ça l'est!

Et ce n'est pas tout, comme par magie ou par hasard, l'OMS vient de publier un document faisant état de leurs recommandations concernant la modification du génome humain (human genome editing) que vous pouvez trouver là: https://www.who.int/publications/i/item/9789240030381

 

C'est pas beau ça!??!

samedi 28 août 2021

La CAQ, une menace à la démocratie ?

 

J'écris aujourd'hui pour vous faire part de ma réaction suite aux propos récemment tenus par M. Legault et la CAQ dans ses points de presse.

En effet, il semblerait que M. Legault et ceux qui l'entourent pensent qu'il n'est pas nécessaire de "débattre" des différentes mesures sanitaires imposées par le gouvernement à la population du Québec.

Lorsque le premier ministre déclare qu'il "... a justifié son refus de tenir un débat sur le passeport vaccinal en disant qu’il ne fallait pas « donner à des opposants des tribunes qui pourraient influencer la population en utilisant des arguments non fondés ».  et qu'il "tente de relativiser leur demande de commission parlementaire en disant qu’ils en réclament de toute façon très souvent pour « débattre de ci et de ça ».  (https://www.lapresse.ca/actualites/politique/2021-08-12/debat-sur-le-passeport-vaccinal/l-opposition-condamne-les-propos-de-francois-legault.php), il semble oublier que c'est le principe même d'une démocratie de débattre ouvertement, et en consultant la population en entier, sur les mesures, lois et règlements qu'on veut ou ne veut pas mettre en place. Ce n'est pas au gouvernement de décider unilatéralement, sans la représentation de tous les partis politiques et de la population que les élus ont comme devoir de représenter.

Il EST nécessaire de débattre des différentes mesures sanitaires imposées par le gouvernement.

La population n'a pas besoin d'être infantilisée de manière condescendante par le gouvernement et M. Legault et ses acolytes, nous n'avons pas besoin de ces nouveaux prêtres de la vérité pour faire la différence entre des arguments bien fondés ou pas, et ce, provenant autant des opposants que du gouvernement.

La CAQ serait-elle une menace à la démocratie?

 

« On peut débattre de pleins d’autres sujets, mais concernant la vaccination, le passeport vaccinal, j’espère que tous les partis politiques vont se rallier pour dire que c’est une bonne idée », a lancé M. Legault lors d’une mêlée de presse ... « Je ne vois pas l’intérêt d’avoir un débat entre ceux qui sont pour et contre dans une commission parlementaire », a-t-il dit.

Il croit même qu’un débat à l’Assemblée nationale pourrait « donner à des opposants une tribune qui pourrait influencer la population en utilisant des arguments non fondés ». La Coalition avenir Québec est majoritaire, et contrôle donc la liste des personnes qui peuvent venir témoigner en personne.

(https://www.journaldequebec.com/2021/08/11/la-quatrieme-vague-sera-celle-des-non-vaccines)

On peut débattre et nous devons débattre de tous les sujets qui nous concernent et qui ont des répercussions sur la population. Nous plaçons des élus pour nous représenter, et non pas pour prendre des décisions unilatérales, sans consultation publique, quand bon leur semble, même sous prétexte de pandémie.  Nous devons peser le pour et le contre, et non de tenter d'étouffer et censurer l'un ou l'autre. C'est un principe FONDAMENTAL de la démocratie.

La CAQ serait-elle une menace à la démocratie?

 

Ces derniers jours, des groupes comme la Ligue des droits et libertés ont manifesté des inquiétudes sur l’état de santé de la démocratie, alors que le gouvernement a décidé d’imposer le passeport vaccinal sans que cela soit d’abord débattu au Parlement. L’organisme a notamment déploré que cela n’ait pas été soumis, par exemple, à une commission parlementaire.

 

Or, selon M. Legault, cela n’était pas nécessaire en raison du « consensus » actuel sur le passeport.

 « Je n’ai pas entendu clairement un parti d’opposition dire “je m’oppose au passeport” », a-t-il déclaré ... « Il y a un grand consensus sur la vaccination, sur le passeport. Je ne vois pas l’intérêt d’avoir un débat entre ceux qui sont pour et contre dans une commission parlementaire. On peut débattre de plein d’autres sujets, mais, concernant la vaccination, le passeport vaccinal, j’espère que tous les partis politiques vont se rallier. »

François Legault a en outre indiqué qu’il comptait prolonger l’état d’urgence sanitaire, qui lui permet  depuis le début de la pandémie d’imposer ses décisions sans les soumettre au Parlement.

https://www.ledevoir.com/politique/quebec/624234/passeport-vaccinal-une-commission-parlementaire-aurait-ete-risquee-selon-le-pm

Ce n'est pas à M. Legault à déterminer s'il y ou pas consensus et si c'est nécessaire ou pas d'avoir un débat au sujet des mesures sanitaires, dont le passeport vaccinal, c'est à la population, c'est un principe de base de la démocratie. Que M. Legault y voit ou pas d'intérêt, n'a aucune importance, c'est son opinion personnelle, bien que très inquiétante... Il compte prolonger l'état d'urgence sanitaire pour pouvoir IMPOSER SES DÉCISIONS sans les soumettre au Parlement, rapporte le journal Le Devoir.

La CAQ serait-elle une menace à la démocratie?

 

Il semblerait que oui, et ce parti politique ne mérite plus notre soutien et notre vote. Cette "Coalition" n'a vraisemblablement plus "d'Avenir" au Québec.

 

lundi 16 août 2021

Discours haineux dans les médias qui contreviennent au code de déontologie des journalistes du Québec

 

Je constate que plusieurs journalistes d'importants médias au Québec entretiennent des discours haineux et ostracisant envers une partie de la population du Québec, pouvant inciter à la division, l'intolérance, la radicalisation et ultimement à la violence. Je crains énormément cette tendance marquée et les conséquences désastreuses qu'elle pourrait avoir, qui est une constante historique.

Le pouvoir des médias vient avec une responsabilité importante, dont celle d'éviter la polarisation dans la société. Il est particulièrement inquiétant que les actions destructrices de certaines personnes ou certains groupes alimentent des stéréotypes et incitent à la radicalisation « réciproque » à la violence chez des personnes ou des groupes opposants. Cette dynamique peut avoir pour effet d'aggraver les divisions et les griefs à plus grande échelle.

Il est important de reconnaître que la radicalisation, ou le fait d'avoir des pensées radicales, n'est pas illégal ou nécessairement problématique en soi. La Constitution canadienne, en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés, protège la liberté de pensée, de croyance, d'opinion et d'expression des Canadiens.

La radicalisation menant à la violence se produit lorsqu'une personne ou un groupe met de l'avant des idées extrêmes, et commence à croire qu'il devrait recourir à la violence pour soutenir ses idées et croyances ou pour les faire avancer. Cette violence peut être autant verbale, psychologique que physique. Ces croyances peuvent englober un large éventail d'idéologies, dont des idéologies politiques, religieuses ou médicales.

Voici quelques exemples de langage haineux qui est employé dans les journaux, envers une partie de la population :

 

- "imbécillité crasse"

- "faut-il être con pour croire à ces sottises" et que "une personne qui croit ce genre de choses est prête à tout"

- "combattants ignares" .. "dégageant ainsi l’odeur nauséabonde de l’antisémitisme"

- "ce sont les propos orduriers que tiennent ces Québécois errants sur la pandémie actuelle, sur la science en général et inévitablement sur la démocratie dont ils abusent" (des gens accusés sommairement de tenir des propos orduriers et d'abuser la démocratie??)

- "qu’ils n’ont de cesse d’essuyer leurs pieds vaseux sur la liberté de la majorité des Québécois"

- "Toutes leurs offenses et leur mépris pour les morts, les malades, pour les familles..." et "nous blessent collectivement"

- "que le Québec contenait en son sein des énergumènes qui rêvaient de renverser les assises mêmes de notre société"

- "Les Maxime Bernier et autres psycho- exacerbés et irrationnels réussissent à pousser la liberté d’expression démocratique jusqu’à ses limites"

- "ils revendiquent au fond le droit de ... tuer leurs semblables en les contaminant"

Sources :

https://www.journaldemontreal.com/2021/08/16/la-menace-des-antivax

https://www.journaldemontreal.com/2021/08/16/etoile-jaune-et-passeport-vaccinal

 

Ce langage et traitement médiatique est extrêmement préoccupant.

 

Le Code de déontologie des journalistes du Québec (https://cdn.ca.yapla.com/company/CPY9xhmJrXC8hpGUQ5ssMX3n/asset/files/10_12_Guide_en_vigueur.pdf) est très clair en ce sens:

 

Valeurs fondamentales du journalisme

Les journalistes basent leur travail sur des valeurs fondamentales telles que l’esprit critique qui leur impose de douter méthodiquement de tout, l’impartialité qui leur fait rechercher et exposer les divers aspects d’une situation, l’équité qui les amène à considérer tous les citoyens comme égaux devant la presse comme ils le sont devant la loi, l’indépendance qui les maintient à distance des pouvoirs et des groupes de pression, le respect du public et la compassion qui leur font observer des normes de sobriété, l’honnêteté qui leur impose de respecter scrupuleusement les faits, et l’ouverture d’esprit qui suppose chez eux la capacité d’être réceptifs aux réalités qui leur sont étrangères et d’en rendre compte sans préjugés.

 

Opinions personnelles


Les journalistes doivent départager soigneusement ce qui relève de leur opinion personnelle, de l’analyse et de l’information factuelle afin de ne pas engendrer de confusion dans le public. Les journalistes s’en tiennent avant tout au compte rendu précis des faits. Dans les genres journalistiques comme les éditoriaux, les chroniques et les billets ou dans le journalisme engagé, où l’expression des opinions prend une large place, les journalistes doivent tout autant respecter les faits.

 

Droits de la personne

 

Les journalistes doivent accorder un traitement équitable à toutes les personnes de la société. Les journalistes peuvent faire mention de caractéristiques comme la race, la religion, l’orientation sexuelle, le handicap, etc. lorsqu’elles sont pertinentes.

Mais ils doivent en même temps être sensibles à la portée de leurs reportages. Ils doivent éviter les généralisations qui accablent des groupes minoritaires, les propos incendiaires, les allusions non pertinentes à des caractéristiques individuelles, les préjugés et les angles de couverture systématiquement défavorables qui pourraient attiser la discrimination. Ils seront particulièrement attentifs à ce qui pourrait provoquer des réactions racistes, sexistes, homophobes, etc.

 

Il est temps que ces "journalistes" soient retirés de leurs tribunes pour éviter de graves conséquences dans notre société qui vont en découler.

 

FM