Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

mardi 21 septembre 2010

Recrutement militaire dans les écoles

.

Les 7 du Québec


Ce texte a été publié chez Les 7 du Québec le 21 septembre 2010

Recrutement militaire dans les écoles

Cette semaine, j’aimerais apporter à votre attention la Coalition contre le recrutement militaire dans les établissements d’enseignement.

Cette coalition peu médiatisée a pour but de dénoncer les nouvelles pratiques de recrutement de l’armée auprès des jeunes en bas âge. Et avec raison. Il se trouve qu’une vaste campagne de recrutement des Forces armées canadiennes soit présentement en cours à travers le Canada et plus précisément, dans les écoles. Vous ne le saviez pas? Vous n’êtes pas les seuls. En fait, plusieurs parents ignorent même que leurs jeunes enfants sont courtisés et convoités par les militaires, à même la cour d’école.

Cela a d’ailleurs fait l’objet d’une chronique lors de mon émission L’Autre Monde du 9 septembre 2010 qu’il est possible de retrouver ici:

- L’armée Canadienne manque de chaire à canon – Heureusement les enfants sont là !Partie 1/Partie 2/Partie 3

Vous pourrez retrouver plusieurs informations et articles importants sur cette situation inquiétante sur le site même de la Coalition: http://www.antirecrutement.info/

Voici une liste des documents qu’il est possible de trouver et télécharger pour ensuite être distribués, ce que la Coalition encourage fortement:

Téléchargement

Du matériel d’information varié et prêt à être imprimé et distribué dans votre milieu. Si vous avez des difficultés pour télécharger les documents, utiliser la fonction « enregistrer la cible sous » de votre navigateur en cliquant sur le titre du document avec la touche de droite.

Il est également possible de commander du matériel imprimé en nous contactant.

Fichier attaché Taille
L’armée dans les écoles secondaires – Dépliant 521.67 Ko
Les cadets militaires – Tract 26.02 Ko
Non à la propagande militaire – Tract 398.86 Ko
À savoir avant de s’enrôler – Dépliant 2.57 Mo
Éducation vs industrie militaire – Analyse 2.18 Mo
Non à la guerre – Affiche 55.47 Ko
Un sacrifice inutile – Affiche 275.55 Ko
Une carrère à ma mesure – Affiche 193.48 Ko
Vendez-vous – Affiche 137.04 Ko
Universités de destruction massive – Tract 43.42 Ko
Contrat d’enrôlement 102.62 Ko
Le recrutement et nos écoles – Dossier 2.5 Mo
Comment démilitariser son campus 504.22 Ko
Recherches militaires dans les universités – Analyse 2.86 Mo
Réaction de l’armée 1.74 Mo
Les enseignants sollicités par l’armée 883.16 Ko
Communiqué – le recrutement au primaire dénoncé 94.6 Ko
L’enrôlement militaire dès 9 ans 111.3 Ko

Pour les gens qui n’auraient pas le temps de tout lire, voici quelques points importants relevés à travers divers documents et qui sont ici reproduis avec le plein consentement et les remerciements de la Coalition contre le recrutement militaire dans les établissements d’enseignement. Ces gens accomplissent un extraordinaire pour lutter contre l’endoctrinement militaire des jeunes en milieu scolaire et tout le crédit leur est rendu ici.

Voici la liste des organismes et groupes qui constituent cette coalition:

Organisations partenaires
www.EchecalaGuerre.org
Collectif Échec à la guerre

www.NonViolence.ca
Centre de ressources sur la non-violence

www.DemilitarizeMcGill.wordpress.com
Campagne Demilitarize McGill contre la recherche militaire dans les universités (majoritairement en anglais)

www.LaPaixOuLaGuerre.ca
La vérité sur le recrutement militaire, site conçu par le père d’un jeune militaire qui s’adresse aux autres parents

http://www.evb.csq.qc.net/index.cfm/2,0,1666,9544,3109,0,html
La campagne « Faites l’école, pas la guerre ! » de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ)

www.acp-cpa.ca
Alliance canadienne pour la paix

www.LaGuerreSaigneLeMonde.com
Campagne pour le retrait des troupes canadiennes d’Afghanistan

www.OperationObjection.org
La campagne Opération Objection au Canada anglais

www.ArtistesPourLaPaix.org
Les artistes pour la paix

Vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=iyCOdKA0LiQ&feature=player_embedded

Les organisations du milieu de l’éducation et du secteur communautaire sont nombreuses à s’être prononcées contre le recrutement militaire dans les écoles. Ces revendications sont notamment partagées au Québec par les principales fédérations de syndicats enseignants (FNEEQ-CSN et CSQ) et les principaux regroupements nationaux d’associations étudiantes (ASSÉ, FECQ et FCÉÉ).

Merci pour votre lecture,

François Marginean

==================================================

Numéro 17 — été 2009

Le recrutement militaire et nos écoles

Dossier spécial

Le militarisme et les jeunes — Les voies alternatives

Trousse d’outils et guide d’accompagnement

L’industrie militaire canadienne est en expansion fulgurante.

En dollars ajustés, le budget de notre armée est à ce jour à son plus haut niveau depuis la Seconde Guerre mondiale, et il continue de s’accroître à un rythme sans cesse grandissant1.

Quotidiennement, plus de 55 millions de dollars sont dirigés vers l’armée. Alors que cette nouvelle orientation canadienne entraîne des répercussions certaines au Moyen-Orient où nos soldats font la guerre, elle transforme également nos communautés.

On peut facilement apercevoir, dans l’espace public, des publicités nous incitant à « Combattre avec les Forces ». Les milieux défavorisés et ceux fréquentés par la jeunesse sont régulièrement visités par ceux qui ont le mandat d’élargir les rangs de l’armée. Cette tendance ne peut que continuer à s’intensifier, puisque les centres militaires de recrutement et de relations publiques continueront à bénéficier d’augmentations budgétaires astronomiques pour les prochaines années.

Nous sommes la cible de publicités glorifiant le rôle des militaires et vantant les vertus de leurs entreprises à l’étranger. Dans les journaux, à la radio et à la télévision, on nous montre régulièrement des analyses nous présentant les « missions » de nos soldats comme une nécessité, l’industrie de l’armement comme un lieu d’investissement légitime et la carrière de militaire comme un engagement humaniste.

Quand il ne s’agit pas directement d’officiers en uniforme, ce sont habituellement des « experts indépendants » bénéficiant de millions en financement du ministère de la Défense qui nous adressent ce type de message. Peu importe leurs titres, ces acteurs semblent tous valoriser des interventions militaires nécessitant des investissements considérables dont les marchands de canons et les grandes pétrolières sont les premiers à tirer profit.

Nos dirigeants affirment que la lutte au terrorisme doit devenir la priorité de nos États et que l’on doit se doter des moyens nécessaires pour combattre la menace. On nous dit que la nouvelle vision plus agressive de la politique fédérale vise à nous protéger, à défendre nos valeurs et nos intérêts.

C’est ainsi que le Canada a abandonné les missions de maintien de la paix pour participer à des conflits offensifs. Cette nouvelle orientation nous rapproche-t-elle réellement d’un idéal d’équité, de justice et de paix?

Le recrutement à court terme de près de 50 000 nouveaux militaires est visé pour contrebalancer les départs à la retraite des « boomers » en plus d’accroître

de 25 000 les effectifs. Le nombre de recruteurs à l’échelle du pays a rapidement été multiplié dans l’espoir de rencontrer cet ambitieux objectif.

Le général Rick Hillier, le chef d’état-major ayant lancé cette campagne, explique bien le changement de cap : « Nous passons d’une approche de recrutement passive où essentiellement nous attendions que l’on vienne nous voir à une approche différente, davantage active et agressive »2.

Il ajoute que chaque militaire doit contribuer activement à l’effort de recrutement, peu importe son statut : « Le recrutement est l’affaire de tout le monde. Je m’attends à ce que chaque marin, soldat, aviateur ou aviatrice reconnaisse son rôle en tant que recruteur potentiel des Forces canadiennes »3. Selon le général, la campagne de recrutement actuelle est également un outil pour provoquer un « changement de culture » au sein de la société canadienne et vise à faire accepter une présence plus grande du secteur militaire dans nos vies.

1. « Objectifs d’expansion de l’armée » La Presse, 24 mai 2009

2. Activist Magazine, Toronto, Septembre 2006

3. Site web du ministère de la Défense :

www.mdn.ca/hr/cfpn/graph/3_06/3_06_admhrmil_op-connection_f.asp

Le recrutement à l’école : L’État de la situation

PAR LA SECTION QUÉBÉCOISE DE LA CAMPAGNE ÉTUDIANTE OPÉRATION OBJECTION

Urgence de recruter

La plus grande campagne de recrutement militaire canadienne depuis la Seconde Guerre mondiale est en cours. Lancée en 2006 par le ministère de la Défense nationale, cette entreprise colossale doit se poursuivre jusqu’à ce que soit rencontré le principal objectif, augmenter de 20 % la taille de l’armée. Les analystes militaires eux-mêmes reconnaissent que cet objectif ne pourra pas être rencontré avant plusieurs années et que la campagne de recrutement actuelle devra se poursuivre au-delà de l’échéance initiale de 2011.

Militarisme

LE MYTHE DE LA DÉFENSE CANADIENNE

Selon la croyance populaire, le Canada est mondialement reconnu dans le domaine des missions multilatérales de maintien de la paix à travers le monde.

On n’a qu’à penser à l’initiative des Casques bleus des Nations Unies qui ont été fondés par l’ancien premier ministre Pearson au cours des années 50. Or, cette période d’engagement pour la paix est maintenant révolue. Depuis le début des années 2000, le Canada s’est massivement retiré des missions de l’ONU pour s’engager, aux côtés des Américains, dans des campagnes offensives.

La paix n’est définitivement plus une priorité pour notre gouvernement, et les ressources dérisoires qui y sont consacrées peuvent en témoigner. Ce sont seulement 56 soldats canadiens qui sont maintenant engagés dans les missions des Casques bleus, ce qui ne représente que 0,08 % des effectifs de la force multilatérale (c’était 10 % dans les années 90)1.

LE RÔLE DE NOS SOLDATS DANS LE CONFLIT AFGHAN3

Des indices de plus en plus nombreux portent à croire que le déploiement militaire en Afghanistan n’a rien à voir avec les belles intentions professées par les généraux. La démocratie et la condition des femmes n’ont fait que se détériorer et la lutte à la

menace terroriste à l’intérieur de nos frontières n’est qu’un leurre. La guerre en Afghanistan n’a pas été autorisée par les Nations Unies, elle a été lancée par les États-Unis sans même l’autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le conflit afghan s’est déjà étendu sur une période plus longue que la durée de la Seconde Guerre mondiale, sans réel gain concret. Même le premier ministre Harper admet que : « nous n’allons pas gagner cette guerre en restant en Afghanistan »4. Il a

d’ailleurs reconnu que l’Afghanistan a presque toujours connu des insurrections dans son histoire et qu’il est impossible pour une force étrangère à elle seule d’y instaurer la paix.

Par ailleurs, l’ancien commandant des Forces canadiennes en Afghanistan, le major-général Andrew Leslie, affirme : « À chaque fois que vous tuez un jeune homme en colère à l’étranger, vous en créez quinze autres qui vous pourchasseront par la suite »5. Ainsi, si on applique cette logique, on peut en déduire que la présence de troupes occidentales en Afghanistan ne permettra jamais de résoudre le conflit, mais seulement de l’attiser.

LA DÉMOCRATIE

Selon Human Rights Watch, plus de la moitié des membres du nouveau parlement instauré par les Occidentaux sont liés à des groupes armés ou sont coupables de violations de droits de la personne.

LES VÉRITABLES MOTIFS DE LA GUERRE

Les raisons qui sont données aux Canadiens pour justifier la guerre en Afghanistan, tout comme celles utilisées pour l’Irak, ne tiennent pas la route. Les motifs sont d’ordres politique et économique. L’Afghanistan a toujours été un endroit de convoitise en raison de sa situation géographique.

C’est d’ailleurs ce qui lui a valu d’être au coeur d’incessants conflits: les empires britanniques et soviétiques ont tour à tour tenté de dominer le pays au cours du siècle dernier. Quiconque s’assure de contrôler les frontières afghanes se dote d’une grande influence sur le développement économique des pays avoisinants que sont l’Iran, la Russie, la Chine, l’Inde et le Pakistan. La plupart d’entre eux entretiennent depuis longtemps des relations diplomatiques tendues avec les États-Unis; il est donc politiquement avantageux pour eux de contrôler les accès aux ressources naturelles de l’Asie centrale.

Les réserves de combustibles fossiles de la région de la mer Caspienne nécessitent un oléoduc pour pouvoir être exploités par des entreprises occidentales avec un maximum de profits. L’ancien premier ministre Jean Chrétien s’est d’ailleurs assuré que c’est ce qui se produirait en participant personnellement aux négociations de la création d’un nouvel oléoduc trans-afghan. Il est curieux de constater que celui-ci se situe en grande partie dans la région de Kandahar, là où les soldats canadiens mènent aujourd’hui des combats.

Depuis le 11 septembre 2001, le Canada contribue à bâtir le nouveau dogme de la lutte contre le terrorisme qui a remplacé la menace soviétique. Il permet de maintenir la mobilisation militaro-industrielle en Occident face à un ennemi qui peut en tout temps frapper n’importe où. La mission en Afghanistan est le coeur et l’âme de la mise en application de ce dogme de la menace et de la peur. Faire la guerre au Moyen Orient est pourtant une démarche contre-productive pour lutter contre le terrorisme, puisque cela ne fait que semer le désespoir et attiser la haine.

LES PERSPECTIVES À LONG TERME

Lors de son déclenchement en 2001, la guerre en Afghanistan a été présentée comme une courte intervention : le contrôle du pays devait être rapidement transféré aux nouvelles autorités afghanes. Initialement, nos soldats devaient demeurer au pays jusqu’en février 2009. Or, le gouvernement a décidé en catimini de poursuivre minimalement sa participation au conflit jusqu’en 2011. Toutefois, selon les mots de notre premier ministre, c’est seulement « la mission telle qu’on la connaît actuellement » qui prendra fin en 2011. Les soldats canadiens demeureront donc en sol afghan durant encore de nombreuses années.

« De nombreux soldats de retour d’Afghanistan souffrent de troubles mentaux », La Presse canadienne, 27 octobre 2007.

28% des 2700 soldats des Forces canadiennes examinés à leur retour [d‘Afghanistan] montraient les symptômes d’un ou de plusieurs troubles mentaux, incluant la dépression nerveuse, les attaques de panique et les tendances suicidaires. 9

La guerre en Afghanistan poursuit des objectifs stratégiques et économiques peu nobles : positionnement face à l’Iran, la Russie et la Chine; contrôle des ressources d’hydrocarbures de la mer Caspienne, contrats juteux à se partager entre grandes corporations…

« Le ralentissement économique mondial n’empêchera pas les Forces canadiennes de dépenser 60 milliards pour de nouveaux équipements. » – Peter MacKay, ministre de la Défense3

On peut être porté à croire que notre pays est peu impliqué dans l’industrie militaire. C’est l’image qu’on nous présente dans les médias, qui ne ratent pas une occasion de véhiculer l’impression selon laquelle « le Canada doit s’équiper d’armement plus sophistiqué pour répondre aux exigences de la communauté internationale ».

Or, la réalité est tout autre1: Le budget militaire canadien est de près de 19 milliards par année : c’est le 13e plus important au monde.En dollars ajustés, le budget militaire est à son plus haut point depuis la Seconde Guerre mondiale : il dépasse même le sommet atteint lors de la guerre froide.

Les dépenses militaires auront augmenté de 37 % entre les années financières 2000-2001 et 2009-2010. En 2008, le gouvernement conservateur a annoncé une nouvelle hausse des dépenses, qui devrait atteindre 490 milliards au cours des 20 prochaines années. Des dépenses astronomiques.

En moyenne, chaque foyer canadien débourse annuellement pour plus de 1500 dollars en impôts destinés à l’armée. Le coût d’un seul hélicoptère de transport de troupes de type Chinook, 111 millions, équivaut au budget de fonctionnement annuel de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Le Canada a commandé 16 de ces hélicoptères en 2007. 13 % de ce que la population québécoise verse à l’armée permettrait d’abolir les frais de scolarité postsecondaires dans la province. L’achat de six frégates de type Halifax représente une dépense de 4,5 milliards. Ce montant permettrait d’abolir les frais annuels de scolarité dans toutes les universités, cégeps et collèges du Canada.

OUVRIR LA PORTE À LA MILITARISATION DES ÉCOLES

Un des principaux éléments de la stratégie de recrutement, selon le site web de l’armée, est : « l’établissement de relations efficaces et de partenariats avec des institutions d’enseignement et des conseillers en orientation » et de « positionner les Forces canadiennes comme un employeur de choix »4.

Du recrutement au primaire?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’armée sollicite des enfants aussi jeunes pour son programme d’intéressement à la ligue navale des cadets. Il s’agit d’un programme spécialement conçu pour les 9 à 12 ans où l’on retrouve une panoplie d’exercices d’initiation à la vie de cadets. L’objectif est évidemment d’inciter les participants à joindre les cadets et, par la suite, l’armée.

À quand le recrutement militaire dans les classes de maternelle ?

Les cadets de l’armée

Dès la fin de l’école primaire, à l’âge de 12 ans, vos enfants peuvent être approchés par un recruteur des Cadets royaux de l’armée canadienne. Il leur fera miroiter la chance de se faire de nouveaux amis, de vivre une expérience d’aventure et de voyager. À travers le Canada, ce sont 50 000 jeunes qui sont embrigadés dans les corps de cadets de l’armée de terre, de l’armée de l’air ou de la marine.

L’État canadien investit annuellement dans les cadets plus de 200 millions par l’entremise du budget du ministère de la Défense.

Le jeune cadet, en uniforme militaire, côtoie, à chaque semaine, des instructeurs formés par l’armée.

La croyance est souvent que la discipline et l’entraînement militaire canaliseront leur énergie vers un usage constructif et leur évitera de sombrer dans la délinquance. Est-ce réellement de la discipline que l’on transmet aux jeunes, ou est-ce plutôt un conditionnement à la soumission?

(Note: Voir aussi cet article pour plus de détails: L’armée recrute dans les écoles primaires – Les enseignants sollicités par la marine)

Ce que disent les recruteurs Ce que l’on doit savoir

Un emploi hors de l’ordinaire, rempli de défis

On n’est pas embauché dans l’armée, on s’enrôle, et on n’en sort pas facilement. La durée minimale d’engagement est de 3 à 9 ans (selon le métier) et il est très difficile d’en sortir avant la fin du contrat (sous peine d’emprisonnement).

Même après son service, on peut être remobilisé en tout temps.

Une occasion de servir son pays

L’enrôlement est un engagement sans contrepartie : on s’engage à tout et l’État ne s’engage à rien. Le contrat d’engagement (70 pages), est difficilement compréhensible pour quiconque n’a pas une formation juridique. Les militaires perdent les libertés citoyennes fondamentales telles que la liberté d’expression et d’association.

Une occasion de combattre la peur, la détresse et le chaos.

L’armée canadienne ne participe pratiquement jamais à des missions de sauvetage. Les déploiements servent plutôt lors de conflits armés. Or, les armes sont la voie du désespoir et ne règlent pas les conflits.

Des études supérieures Gratuites

L’armée ne garantit pas que vous pourrez accéder à la profession visée, ni à l’éducation gratuite qui l’accompagne. Une fois enrôlé, vous pouvez être affecté à n’importe quelle tâche selon les besoins du moment.

Une formation professionnelle sans frais

Un grand nombre de métiers militaires n’ont peu ou pas d’équivalent dans le domaine civil : il est souvent difficile de se trouver un emploi après avoir quitté l’armée.

Un entraînement hors du commun, une occasion d’acquérir de la discipline.

Le cours de recrues (obligatoire pour tous) a pour but de briser les aspirations d’autonomie, de conditionner à l’obéissance aveugle et former les soldats à leur mission ultime, tuer efficacement. Dans l’armée, on obéit sans poser de question.

L’accès à de multiples services et ressources

L’état de santé physique et mental des militaires est inférieur au reste de la population. La détresse psychologique, dont souffrent plus du quart des militaires au retour de mission à l’étranger, est tabou et peu d’entre eux reçoivent les traitements disponibles.

La communauté internationale a besoin du Canada pour la paix

Le Canada ne s’implique pratiquement plus dans les missions de l’ONU (0,08% des Casques bleus sont canadiens). Notre pays participe dorénavant aux conflits offensifs des américains et de l’OTAN.

———————————————————————-

Le présent dossier sur le recrutement militaire dans les écoles démontre que l’armée canadienne ne se sent pas tenue de respecter les principes du consentement libre et éclairé avec les jeunes. Les parents ne sont pas informés de la venue de recruteurs; le contenu de l’information véhiculée auprès des élèves ne reçoit aucune validation indépendante; personne ne s’assure que les jeunes consentent à être exposés à de tels discours et aucune mesure ne vient mitiger l’écart de pouvoir évident entre les recruteurs et les élèves.

La vulnérabilité du public mineur, le déséquilibre qui existe entre les moyens de la machine militaire à recruter et les publics visés, de même que les informations incomplètes ou carrément trompeuses véhiculées dans la publicité militaire sont tous des facteurs allant à l’encontre du recrutement dans les écoles. Il est inconcevable que les portes soient ouvertes aux recruteurs sans que l’école (les administrateurs, les éducateurs, les parents, les élèves et la communauté qui l’entoure) n’ait entretenu un dialogue à propos de ce qu’elle juge être un discours acceptable ou inacceptable à y être véhiculé. Les critères énoncés plus haut nous semblent former une bonne base de départ pour une discussion à cet égard. Ils présentent l’avantage de ne pas simplement reproduire des clivages entre « promilitaires » et « anti-militaristes » qui peuvent déboucher sur des dialogues de sourds.

L’objectif est simple : énoncer clairement les standards de vérité et de pertinence sociale attendus par toute la communauté scolaire et filtrer les discours qui ne répondent pas à ces standards avant de mettre l’école au service de l’institution militaire.

Source: http://www.antirecrutement.info/


Ne manquez pas de visiter Les 7 du Québec


Note: Vous êtes invités à voir et lire les commentaires et à y laisser les vôtres sur Les 7 du Québec.

Aucun commentaire: