Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

lundi 31 août 2009

Sur Les 7 du Québec: Front commun contre les vaccins A/H1N1

.

Les 7 du Québec


Ce texte a été publié sur Les 7 du Québec le 1er septembre 2009


Front commun contre les vaccins A/H1N1


Voilà où nous en sommes. Les campagnes de vaccinations contre le A/H1N1 approchent. Dès cet automne. Le Canada a déjà acheté plus de 50 millions de doses. On parle déjà d’une à quatre doses à recevoir, selon les cas. On nous assure que c’est pour notre bien, mais du même souffle on nous dit que ces vaccins et antiviraux ne seront pas complètement testés. Les grandes compagnies pharmaceutiques qui vont fabriquer ces remèdes (et empocher des milliards de dollars provenant de fonds public) ont reçu l’immunité en cas d’effets secondaires nocifs ou même de décès suite à l’utilisation de leur produits.

Ces mêmes entités ont aussi annoncé que leur produits vont contenir des ingrédients tels que le thimérosal, un préservatif dérivé du mercure, et du squalène (MF59 de Novartis et GlaxoSmithKline) qui lui est un adjuvant qui devient de plus en plus controversé puisqu’il devient clairement établi qu’il est en lien avec le Syndrome de la guerre du Golfe qui a atteint des dizaines de milliers de soldats américains ayant servi durant la première guerre contre l’Irak en 1991. Ce lien entre le squalène contenu dans les vaccins expérimentaux contre l’anthrax donnés par l’Armée US à ses soldats est contesté par les officiels, mais plusieurs études semblent le démontrer. C’est que le corps contient aussi du squalène naturellement, mais lorsqu’il est injecté directement dans le sang avec les vaccins, le système immunitaire commence à combattre le squalène partout où il le trouve. Alors on se retrouve dans une situation dans laquelle on a son propre système immunitaire qui combat son corps sans cesse, ce qui a rendu tous ces soldats extrêmement malades et entrainé la mort de milliers d’autres.

Le formaldéhyde est un autre ingrédient couramment utilisé dans la fabrication des vaccins et il est classé dans la catégorie des produits cancérigène. Le mercurothiolate destiné à limiter le risque de contamination bactérienne est à 49,6% du mercure. Sa toxicité est équivalente à celle du méthyl mercure et le rapport sur le mercure au Congrès Américain met clairement en évidence la toxicité potentielle du thimérosal qui se cumule à celle du mercure alimentaire. L’hydroxyde d’aluminium pourrait contribuer à causer la maladie d’Alzheimer.

Ainsi, pour éviter une autre catastrophe incroyable qui risque de nous décimer, pour éviter le risque de A/H1N1, on nous offre la magnifique possibilité de prendre un autre risque peut-être encore plus grand et se faire injecter ces vaccins non testés pour lesquels les fabricants ont reçu une immunité légale et qui vont contenir l’un ou l’autre de ces ingrédients potentiellement nocifs pour le système nerveux central et la santé en général.

Quel choix. Quel faux choix.

On peut questionner leur valeur et leur innocuité, voir les refuser. Mais attention, cela vous attirera peut-être des ennuis car seulement questionner ces vaccins pourrait vous faire catégoriser «d’antivaccination qui crient au complot sur Internet» par des médias comme Le Devoir ou encore, de vous faire rassurer avec le même baratin habituel expliquant que «des inquiétudes quant à l’innocuité des vaccins contre la grippe pandémique» ne sont jamais fondés selon les officiels comme ceux de l’OMS. Si vous refusez de recevoir ces vaccins, ou pire, que vous refusiez que vos enfants se fassent vacciner, on va vous faire sentir cette réprobation sociale honteuse de ne pas aider à combattre ce virus et de ne pas protéger vos enfants. Il y a même possibilité d’importantes amendes et d’emprisonnement. Il semble qu’aux États-Unis la partie va être encore plus solide. Le Pentagone a annoncé qu’ils se préparaient à intervenir dans les campagnes de vaccination. L’armée, vous avez bien lu.

Et personne ne parle du soleil et de la vitamine D, du magnésium qui combattent encore plus efficacement tous les virus de la grippe que n’importe quel vaccins. Personne ne parle simplement de l’importance de maintenir un système immunitaire fort et comment y parvenir. J’imagine que cela ne rapporte pas assez d’argent et que ce n’est pas brevetable. En fait, la FDA a même menacé de saisir tous les produits naturels qui osent afficher qu’ils peuvent aider à protéger contre la grippe A/H1N1.

La question ultime se trouve dans ces questionnements:

Qui est le propriétaire de votre corps, vous ou le gouvernement? Qui possède votre corps, même dans ces périodes de peur illusoire ou réelle de pandémie? Qui décide ultimement de ce qui va y entrer ou pas?

Alors je suis du même avis que plusieurs, nous allons avoir besoin de former un front commun entre citoyens et blogueurs, divers sites Internet et intervenants spécialisés autant dans les médias alternatifs que de la santé pour s’assurer que nous soyons véritablement bien informés sur ce qu’on veut nous injecter et surtout, pour protéger notre liberté et notre droit ultime et inaliénable de choisir ce qui est bon pour soi-même.

Je ne crois pas que ce droit, peut importe la situation, sera mieux géré par une compagnie pharmaceutique ni un gouvernement. Les deux sont continuellement pris à manipuler et nous mentir pour leur profit personnel. Les médias ne sont pas bien mieux pour laisser entendre nos inquiétudes et questionnements. Je préfère m’en remettre à mon jugement éclairé.

Alors ce billet se veut un appel au rassemblement des forces citoyennes et de la blogosphère. Il est important de s’armer mentalement avec de l’information solide pour être en mesure de prendre de meilleures décisions. Nous avons besoin de faire circuler cette information et de poser les vraies questions pour obtenir les réponses qui comptent.
Le citoyen n’a pas de voix et il se doit de la retrouver. Il est libre de sa destinée, s’il ne l’est pas, il doit la retrouver rapidement. Pour l’instant, je ne vois que des politiciens et des fabricants de produits pharmaceutiques qui crient hystériquement nous assurant qu’une seconde vague de la grippe porcine s’en vient et que la solution est de recevoir ces vaccins. J’attends qu’on me prouve que ce virus soit si dangereux qu’on nous le dit et que la seule solution pour s’en sortir est de recevoir ces vaccins. Le fardeau de la preuve de l’innocuité de ces vaccins repose sur le dos des compagnies pharmaceutiques parce qu’il est de leur responsabilité d’éviter qu’une situation comme celle de 1976 aux États-Unis se reproduise alors que les vaccins sensés protéger la population contre une autre peur de pandémie de grippe porcine avaient tué entre 50 et 300 fois plus de personnes que le virus lui-même.

Pour débuter, vous pouvez commencer par vous informer en lisant ces articles précédents:

- La salve des virus de la grippe porcine, aviaire et humaine – partie I

- La salve des virus de la grippe porcine, aviaire et de la bêtise humaine – partie II

- Pandémie et restrictions des libertés individuelles – partie III

Il y a aussi ces deux émissions de radio de L’Autre Monde dans lesquelles vous trouverez beaucoup de pistes de réflexions et d’information (surtout dans la deuxième moitié des émissions):

- L’Autre Monde 13 aout 2009: Santé – Lorsque Big Pharma est plus dangereux que le H1N1 et les drogues illégales

- L’Autre Monde 6 aout 2009: Trousse d’information A/H1N1 pour survivre aux vaccination de masse

Vous pourrez trouver tous les liens vers les articles et documents dont il est question dans ces émissions ici:

- Santé – Lorsque Big Pharma est plus dangereux que le H1N1 et les drogues illégales

- Trousse d’information A/H1N1 pour survivre aux vaccination de masse

Finalement, vous pouvez ajouter ici tout ce que vous jugerez pertinent à cette campagne de résistance par l’information et l’affirmation de notre libre arbitre. Même si ce n’est que de vous affirmer contre ces vaccins et le dire publiquement, car je sais qu’il y a beaucoup de gens qui pensent tout bas qu’ils ne se feront pas vacciner, mais qui n’osent pas vraiment le dire ouvertement pensant être un cas isolé et par soucis de pression sociale ou d’avoir à se faire juger négativement.


Ne manquez pas de visiter Les 7 du Québec


Note: Vous êtes invités à voir et lire les commentaires et à y laisser les vôtres sur Les 7 du Québec.


Aucun commentaire: