Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

samedi 16 juin 2007

Le silence mortel des medias et fausses illusions sur nos gouvernements


Le silence mortel des medias et fausses illusions sur nos gouvernements

Question de bien en finir avec la question à savoir si nos gouvernements occidentaux seraient prêts à utiliser la force jusqu'à en venir autoriser des tueries de ses citoyens pour assurer son pouvoir et son autorité, et du rôle des médias pour ensuite cacher la vérité à la population à propos de tels événements, voici un article assez troublant.
Alors qu'on s'insurge devant des pays autoritaires qui n'hésitent pas à employer la force mortelle contre ses populations, comme par exemple lors de démonstrations étudiantes contre des guerres inutiles, on vit dans l'illusion de la fausse sécurité que ça ne pourrait pas arriver chez nous.

Et pourtant, aux États-Unis, comme ailleurs, ça se produit. En 1970 des étudiants furent assassinés de sang froid par la Garde Nationale pour essayer de jetter de l'eau froide sur les larges manifestations contre les guerres en asie du sud-est durant le temps de Nixon.

Les documents sont maintenant déclassifiés et les "conspirationnistes" avaient raison depuis 37 ans, malgré le dénégations des médias et du gouvernement. L'ordre de tirer dans la foule a été donné sans même que la Garde Nationale soit menacé.

Cet article est important dans la lumière de l'actuel état des médias de masse. C'est aussi important dans la mesure où l'amérique du nord glisse vers un état policier et la création de l'union nord américaine qui va unir le Mexique, le Canada et les USA ensemble sous un même châpeau structurel.



The lethal media silence on Kent State's smoking guns

by Bob Fitrakis & Harvey Wasserman
May 6, 2007

The 1970 killings by National Guardsmen of four students during a peaceful anti-war demonstration at Kent State University have now been shown to be cold-blooded, premeditated official murder. But the definitive proof of this monumental historic reality is not, apparently, worthy of significant analysis or comment in today's mainstream media.

After 37 years of official denial and cover-up, tape-recorded evidence, that has existed for decades and has been in the possession of the Federal Bureau of Investigation (FBI), has finally been made public.

It proves what "conspiracy theorists" have argued since 1970---that there was a direct military order leading to the unprovoked assassination of unarmed students. Freedom of Information Act (FOIA) documents show collusion between Ohio Governor James A. Rhodes and the FBI that aimed to terrorize anti-war demonstrators and their protests that were raging throughout the nation.

It is difficult to overstate the political and cultural impact of the killing of the four Kent State students and wounding of nine more on May 4, 1970. The nation's campuses were on fire over Richard Nixon's illegal invasion of Cambodia. Scores of universities were ripped apart by mass demonstrations and student strikes. The ROTC building at Kent burned down. The vast majority of American college campuses were closed in the aftermath, either by student strikes or official edicts.


dimanche 10 juin 2007

Big Business et l'approche fasciste/ terreur


Big Business et l'approche fasciste/ terreur


Voici deux excellents articles qui documentent comment Big Business aime s'allier avec des régimes totalitaires fascistes pour maximiser son profit et pouvoir, comme dans le cas de la General Motors qui a activement supporté Hitler et le régime nazi durant toute la guerre, et comment Chiquita, ou la United Fruit Company n'a jamais hésité à utiliser la terreur et des esquadrons de la mort pour protéger ses intérêts financiers en Amérique du Sud. N'oublions pas qu'on ne peut parler de fascisme sans parler de capitalisme. Leus deux sont intimement liés.


Hitler's Carmaker: The Inside Story of How General Motors Helped Mobilize the Third Reich

by Edwin Black


Global Research, May 5, 2007

HNNHistory News Network


General Motors World, the company house organ, covered the May Day event glowingly in a several-page cover story, stressing Hitler´s boundless affinity for children. "By nine, the streets were full of people waiting to see Herr Hitler go meet the children," the publication reported.

The next day, May 2, 1934, after practicing his Sieg Heil in front of a mirror, Mooney and two other senior executives from General Motors and its German division, Adam Opel A.G., went to meet Hitler in his Chancellery office. Waiting with Hitler would be Nazi Party stalwart Joachim von Ribbentrop, who would later become foreign minister, and Reich economic adviser Wilhelm Keppler.

This was, after all, a meeting about business — one of many contacts between the Nazis and GM officials that are spotlighted in this multipart JTA investigation that scoured and re-examined thousands of pages of little-known and restricted Nazi-era and New Deal-era documents.

This documentation and other evidence reveals that GM and Opel were eager, willing and indispensable cogs in the Third Reich´s rearmament juggernaut, a rearmament that, as many feared during the 1930s would enable Hitler to conquer Europe and destroy millions of lives. The documentation also reveals that while General Motors was mobilizing the Third Reich and cooperating within Germany with Hitler´s Nazi revolution and economic recovery, GM and its president, Alfred P. Sloan, were undermining the New Deal of Franklin D. Roosevelt and undermining America´s electric mass transit, and in doing so were helping addict the United States to oil.

For GM´s part, the company has repeatedly declined to comment when approached by this reporter. It has also steadfastly denied for decades — even in the halls of Congress — that it actively assisted the Nazi war effort or that it simultaneously subverted mass transit in the United States. It has also argued that its subsidiary was seized by the Reich during the war. The company even sponsored an eminent historian to investigate, and he later in his own book disputed many earlier findings about GM´s complicity with the Nazis. In that book, he concluded that assertions that GM had collaborated with the Nazis even after the United States and Germany were at war "have proved groundless."


United Fruit : des bananes, des avocats et des mitrailleuses

par Roberto Bardini


Mondialisation.ca, Le 23 mai 2007

Bambu Press

Créée en 1899, la compagnie bananière United Fruit s'est établie dans environ une dizaine de pays du continent. Les pionniers de l'empire de la banane ne furent pas des économistes, ni des comptables, ni des administrateurs d'entreprise ni encore moins, des philanthropes. C'était des spéculateurs, des aventuriers et des débrouillards disposés à s'enrichir par tout moyen.

En 1899 il chercha des associés et fonda à Boston l'United Fruit Company, la compagnie bananière la plus grande du monde, avec des plantations en Colombie, au Costa Rica, à Cuba, au Honduras, en Jamaïque, au Nicaragua, au Panamá et à Sain- Domingue. En peu de temps il devint propriétaire de 10% du territoire costaricain et se fit connaître comme « le roi sans couronne d'Amérique centrale ».

En 1928 la United Fruit Company était depuis trois décennies en Colombie et bénéficiait de l'absence de législation du travail. Le 6 décembre de cette année-là, après près d'un mois de grève, trois mille travailleurs de l'entreprise se réunirent près de la station de train de Ciénaga, dans le département de Magdalena, dans le nord du pays. La rumeur avait couru que le gouverneur allait venir pour écouter leurs réclamations. Le fonctionnaire ne vint jamais et ils furent criblés de balles. A la demande de la compagnie bananière l'armée avait encerclé le lieu. Le général commandant donna cinq minutes à la multitude pour se disperser. Passé ce délai, il ordonna à la troupe de tirer. Selon le gouvernement, « neuf révoltés communistes » moururent. Cependant, le 29 décembre 1928, le consul usaméricain à Santa Marta envoya un télégramme à Washington dans lequel il indiquait qu'il y avait entre 500 et 600 victimes. En janvier de l'année suivante, le diplomate informa que le nombre de morts était supérieur à mille et mentionnait comme source le représentant de la United Fruit à Bogotá.

La propriété de la terre cultivable est détenue à 75% par 2% de la population, et dans ce scandaleux pourcentage, la United Fruit possède la majorité. Il y avait longtemps déjà que Keith considérait le Guatemala comme sa « République bananière ». Les habitants d'Amérique centrale et des Caraïbes doivent lui être reconnaissants pour la dénomination.

En 1952, quand le président Jacobo Arbenz tenta de réaliser une prudente réforme agraire au bénéfice de 100.000 familles paysannes, la United Fruit, sachant que cela mettrait fin à ses privilèges, se mit en marche pour l'éviter. La solution était à Washington. Un des actionnaires de la firme est secrétaire d'État du président Dwight Eisenhower : il s'agit de John Foster Dulles, qui était aussi l'avocat de Prescott Bush, le grand-père du président George W. Bush. Son frère cadet, Allen Dulles, fut le premier directeur civil de la CIA.


Sous le prétexte du « danger communiste » au Guatemala, les frères Dulles font faire le sale boulot à la United Fruit. Le 27 juin 1954, une force militaire dirigée par le général Carlos Castillo Armas -qui part des champs bananiers de l'entreprise au Honduras- envahit le pays. Des pilotes usaméricains bombardent la capitale. Arbenz est renversé et s'exile au Mexique. Douze mille personnes sont arrêtées, plus de 500 syndicats sont dissous et deux mille dirigeants syndicaux quittent le pays.

La Chiquita Brands réalise son dernier scandale en Colombie, où il est prouvé que depuis 1997 elle a payé des paramilitaires pour éliminer des dirigeants paysans et syndicalistes « gênants ». Elle s'est retirée du pays en 2004 et début avril de cette année elle a été condamnée à une amende de 25 millions de dollars par une Cour usaméricaine, après avoir admis avoir payé 1.7 millions de dollars à Autodefensas Unidas de Colombia (AUC) en échange de sécurité.

L'histoire de l'United Fruit-United Brands-Chiquita Brands est quasi interminable. Mais elle peut se résumer en une phrase du Parrain de Mario Puzo : « Une douzaine d'hommes avec des mitrailleuses ne sont rien face à un seul avocat avec un portefeuille plein ». Tout au long ce ces 108 années, l'empire bananier a eu recours au service des uns et des autres.


vendredi 8 juin 2007

Pétrole - Manipulations/ Puissants intérêts/ Faits à connaître




Pétrole - Manipulations/ Puissants intérêts/ Faits à connaître


Vous pensiez que les compagnies pétrolières était un cartel organisé qui jouent avec les prix du pétrole en montant les prix artificiellement pour des raisons bidons juste pour faire plus de profits? (Exxon Mobile a déclaré 39.5 milliards$ l'an passé) Vous aviez raison, et les évidences sont là. Lisez justes les deux premiers articles à ce sujet. Comprenons de nouveau pourquoi et comment des cartels et monopoles, les concentrations de pouvoir, sont contre l'intérêt de la population. Cette situation nous concerne directement au Canada et aux USA, où Bush veut empêcher des enquêtes sur les manipulations criminelles du prix du pétrole par les compagnies pétrolières.


Ensuite il y a le mouvement de domino qui est enclenché dans plusieurs pays déjà de laisser tomber le dollard US pour la vente du pétrole, ce qui va juste accélérer la chute de la devise américaine qui est déjà en chute libre. Regardez la valeur du dollard canadien juste pour voir!


Le pétrole est un des intérêt les plus puissant dans le monde, et des guerres sont enclenchées pour ce motif. Consulter les articles incroyables sur la législation iraquienne que les américains veulent passer à la face du peuple iraquiens, une tentative de mettre sur la main le pétrole iraquiens pour les décennies à venir. Un vol en plein jour. Des centaines de milliers de morts, blessés et déplacés pour satisfaire la vanité des compagnies pétrolières.


Il ne faut pas manquer les articles sur le président russe qui subit d' énormes pression par les occidentaux. Une seconde guerre froide se profile à l'horizon. Grace au pétrole et le prix élevé auquel il se vend, la Russie s'est repositionné comme joueur majeur sur la scène internationale. L'autre concerne les navires de guerre US qui sont autour de l'Arabie Saoudite, ce qui les rend pas mal nerveux.


SVP, une autre chose importante à comprendre c'est que le pétrole dit "écologique", à l'éthanol, pollue plus en énergie pour le produire et aussi en détruisant des récoltes commestibles, que le pétrole ordinaire. Ceci est une totale fausse solution écologique qui fait plus de tord que de bien, car en plus des problèmes mentionnés, ça eu effet de faire monter les prix du maïs jusqu'à 85% en amérique centrale, ruinant beaucoup de gens au passage et affectant leur vie puisque que le maïs est au coeur de leur cuisine et alimentation. Des gens et fermiers se retrouvent sans maïs ou argent parce qu'on veut produire de l'essence qui en fin de compte pollue plus que l'ordinaire.


Voyez comment les compagnies pétrolières manipulent et n'hésitent pas à utiliser la criminalité pour parvenir à leurs buts. Tout les trucs sont bons. On a vraiment pas affaire à des saints. D'ailleur, il y a un très intéressant article qui montre une ligne de temps historique de l'Afghanistan et des manipulations politiques et militaires par les pétrolières, et comprenez comment ils gèrent des pays entiers et les soumettent à leurs diktats. Et n'oublions pas que nos chers banquiers internationaux sont mêlés à tout ce traffic sale. Observez bien aussi comment le gouvernement US est composé et contrôlé par des gens ayant des intérêts direct dans le pérole. Bush, Cheney, Rice etc. C'est ça le fachisme: la combinaison des corporations (secteur financier) avec le gouvernement, qui finissent par avoir des intérêts communs ou parralèle complémentaires.


C'est ce qu'on vit maintenant. Ouvrons nos yeux, l'histoire se répète....



Canadians being gouged at gasoline pumps: think tank group


Pétrole: Une escroquerie raffinée


LE PRIX DES PRODUITS PÉTROLIERS EXPLOSE, et les pétrolières blâment la météo, quand ce n’est pas la Chine. Katrina, Rita et les Chinois ont bon dos. L’augmentation récente du coût de l’essence n’a rien à voir, ou si peu, avec les dommages causés par les ouragans récents dans le Golfe du Mexique.

Les grandes pétrolières ont profité des événements pour déclencher une crise du pétrole planifiée de longue date. De la même manière que les Bushistes se sont servi des attentats terroristes du 11 septembre 2001 pour se lancer à la conquête de l’Irak, une guerre coloniale désirée depuis des années.

La Commission fédérale du Commerce des États-Unis (Federal Trade Commission) vient d’ouvrir une enquête pour savoir si les compagnies pétrolières se sont concertées afin de réduire leurs capacités de raffinage pour augmenter leurs marges de profits (Reuters 21-9). Le premier septembre dernier, la Fondation pour la défense des droits des contribuables et des consommateurs (Foundation for Taxpayers & Consumers Rights) de Santa Monica (Californie) publiait une étude démontrant que, sur un total de 65 cents d’augmentation du prix du gallon d’essence à la pompe entre le 17 janvier et le 18 avril 2005, 61 cents étaient allés aux raffineurs. L’association californienne de protection des consommateurs a aussi publié sur son site Internet, des mémos internes de Chevron, Mobil et Texaco datant de 1996, suggérant fortement que ces compagnies ont volontairement diminué leurs capacités de raffinage et leurs stocks de produits raffinés pour augmenter leurs profits, et pour faire « assouplir » les lois environnementales les concernant (www.consumerwatchdog.org).


Gulf economies to 'drop the dollar'


China shifts to euros for Iran oil


And just how well will China receive a disruption in their oil supply, courtesy of a US/UK/ Israeli military strike on Iran?


Iran planning to stop using U.S. dollar to price oil, central bank governor says


Iran is planning to stop using the U.S. dollar to price oil, with less than half of its oil income now paid in the U.S. currency, Iran's central bank governor said.


Errie timing on this: it was just after the late Saddam Hussein made such a statement that the US invaded Iraq.


Warships deploy around S. Arabia oil facilities


If I were the Saudis, I would NOT be very happy about this.


Putin Gets Mugged in Finland


L’internacionalisation du génocide


Bien que son visiteur brésilien l’ait pressé au sujet de dispositions tarifaires et des subventions qui protégent et étayent la production étasunienne d’éthanol, Bush n’a pas fait la moindre concession à Camp David.

Le président Lula a attribué cette fin de non-recevoir à la hausse des cours du maïs qui a été, selon lui, de plus de 85 p. 100

Un peu avant, la principale autorité brésilienne avait exposé dans The Washington Post l’idée de convertir les aliments en carburant.


Cornell ecologist's study finds that producing ethanol and biodiesel from corn and other crops is not worth the energy


Turning plants such as corn, soybeans and sunflowers into fuel uses much more energy than the resulting ethanol or biodiesel generates, according to a new Cornell University and University of California-Berkeley study.


This is an excellent example of how the Global Warming cult races headlong into advocating actions without fully understanding the implications of what it is they are talking about. All these plant conversion techniques being "sold" by the cult actually use up MORE fossil fuel than the final product replaces, i.e. every ten gallons of ethanol produced takes 13 gallons of fossil fuel to manufacture.


A TIMELINE OF OIL AND VIOLENCE

AFGHANISTAN


Bush threatens veto of anti-gouging bill


"If we don't allow the oil companies to rape the American driver, it sends a message to the terrorists that we are weak!" -- Official White Horse Souse


Bush's Petro-Cartel Almost Has Iraq's Oil


Even as Iraq verges on splintering into a sectarian civil war, four big oil companies are on the verge of locking up its massive, profitable reserves, known to everyone in the petroleum industry as "the prize."


Scramble for Iraq's oil begins as troops start to pull outt


Even while the security situation in Iraq remains dire, it seems the prize will be just too great for the oil majors to resist. The country has proven reserves of 115 billion barrels of oil, around the same as Iran, but it is thought that its actual reserves could be anywhere up to 300 billion barrels - which would make it bigger than Saudi Arabia. Much of the west of Iraq remains unexplored.


It's crystal clear that American kids have fought, gotten maimed, and died....so that major oil companies could get their share of Iraqi oil.


Iraq: Bush has a plan, and it's working


So, as this article points out, even though this 'plan' is sick, twisted, and demonstrates utter contempt to the human cost, Bush supporters (read: those folks with the money to acquire "assets" in high office) must think things are going brilliantly.

And for certain oil and defense segments of the economy, that's entirely correct.


Asia Times Online columnist Spengler has pointed out that chaos is probably the best option for the Bush administration, not only in Iraq but in the region (see How I learned to stop worrying and love chaos, March 14, 2006, and Mistah Kurtz, he clueless, May 11, 2004). And a strategy of fomenting chaos makes perfect sense in a twisted sort of way: a stable, autonomous Iraq means oil will be pumped, bringing down international crude prices, and that's the last thing the Bush administration's backers want.

Who are the administration's backers, and who has a hotline to the presidency, via Vice President Dick Cheney? Big Oil. Consider these well-known facts:

Cheney was formerly chief executive officer of oil-services company Halliburton, which, incidentally, was found by a 2003 Pentagon audit to have overcharged the US government by US$61 million for delivering gasoline to Iraq.

Secretary of State Condoleezza Rice sat on Chevron's board of directors from 1991 to 2001, and Chevron named an oil tanker after her.

James A Baker III, secretary of state for Bush's father and now "fixer" for the Bush family, has been appointed co-chair of the Iraq Study Group, charged with advising Bush Jr on future Iraq policy. His law firm, Baker Botts, was ranked by Who's Who Legal last year as "Global Oil and Gas Law Firm of the Year". His clients include the royal family of Organization of Petroleum Exporting Countries kingpin Saudi Arabia.

Bush himself was a Texas oilman, though not a very successful one. Ever heard of Bush's company, Arbusto? Probably not. Arbusto was going busto before it eventually ended up in the hands of Harken Energy in 1986. Harken gave Bush a seat on the board, some stock options and a $120,000 consulting contract. The energy industry pumped $2.8 million into Bush's 2000 campaign.

Consider too that oil-industry behemoth ExxonMobil this week announced third-quarter earnings of $10.49 billion, largely on the backs of US consumers paying high prices for oil. This is the second-biggest quarterly profit ever recorded by a publicly traded US company.


ExxonMobil Sets Record for Annual U.S. Company Profit, at $39.5 Billion


That works out to about $13,000,000.00 per dead American kid.


Exxon posts second-biggest profit ever


U.S. Interests in the Central Asian Republics


Hookers, spies, cases full of dollars...how BP spent £45m to win 'Wild East' oil rights


GLEN OWEN
UK Daily Mail
Sunday May 13, 2007


Comment: This story appeared early today on the Daily Mail website. It has since been pulled without explanation. If correct, this story could bring down the entire British government which is probably why it was immediately subject to a D notice - a British government order to censor a story. Look out for a big story on this tomorrow.


BP executives working for Lord Browne spent millions of pounds on champagne-fuelled sex parties to help secure lucrative international oil contracts.

The company also worked with MI6 to help bring about changes in foreign governments, according to an astonishing account of life inside the oil giant.

Les Abrahams, who led BP's successful bid for a multi-million-pound deal with one of the former Soviet republics, today claims that Browne - who was forced to resign as chief executive last month after the collapse of legal proceedings against The Mail on Sunday - presided over an "anything goes" regime of sexual licence, spying and financial sweeteners.


From ethical champion to rogue interloper - BP's American nightmare

Accidents and allegations of market fixing destroy environmentalist image


BP's tie-up with its United States rival Amoco was supposed to create an ethical champion at the top of the global oil industry. Negotiated by Lord Browne over a bottle of Puligny-Montrachet in a London restaurant, it was one of the biggest mergers in history. But eight years on, BP's US arm is becoming America's most accident-prone business.

Federal regulators have accused BP of price gouging. Its corroded pipelines have been leaking in Alaska. A BP oil spill has polluted the coast of California. Civil rights activists are picketing its petrol stations.


To cap it all, a young woman, Eva Rowe, has forced a humbling apology from the company for shocking safety lapses that caused its Texas City oil refinery to explode last year, killing her parents and 13 other people. BP's yellow sunburst logo and its eco-friendly "Beyond Petroleum" slogan, which once won cautious admiration even from the green lobby, now leave a sour taste in the mouths of many Americans. BP's public image is at rock bottom and the company is seen by some as a rogue foreign interloper.



Blair hails 'transformed' relations with Libya at start of Africa tour


Tripoli announced ahead of the premier's arrival that it will sign a 900-million-dollar exploration deal with British energy giant BP, which would mark the company's return to Libya after a 33-year absence.


Translation: the "completely transformed" relationship between the UK and Libya is all about the oil, and the BP deal.


State makes big fuss over local couple's vegetable oil car fuel


Wetzel uses recycled vegetable oil, which he picks up weekly from an organization that uses it for frying food at its dining facility.

"They told me I am required to have a license and am obligated to pay a motor fuel tax," David Wetzel recalled. "Mr. May also told me the tax would be retroactive."

Since the initial visit by the agents on Jan. 4, the Wetzels have been involved in a struggle with the Illinois Department of Revenue. The couple, who live on a fixed budget, have been asked to post a $2,500 bond and threatened with felony charges.


Category: DICTATORSHIP

I love it: these folks went "off the petroleum grid", so get hit for unpaid taxes by the State of Illinois!


dimanche 3 juin 2007

Bande dessinée sur le système bancaire





Bande dessinée sur le système bancaire


Pour compléter la série sur le système bancaire, l'économie et sur la Banque du Canada, voici une courte bande dessinée disponible au complet sur le site web du Parti Action Canadienne.

Elle vaut la peine d'être lu!