Émission de radio L'Autre Monde

Pour écouter, cliquez sur l'image! ..............................................
Suivez aussi L'Autre Monde sur YouTube et sur Twitter

dimanche 25 février 2007

L'agro-alimentaire et les OGM

.
Chronique Les Nouvelles Internationales sur l'émission de L'Autre Monde
, édition du 25 février 2007


Pour écouter, simplement cliquer sur le lien;

Pour télécharger faite un clique droit puis 'enregistrer la cible sous ...' :


25 fevrier 2007 lien archive lautremonde

18 fevrier 2007 lien archive lautremonde


11 fevrier 2007 lien archive lautremonde


4 fevrier 2007 lien archive lautremonde


28 janvier 2007 lien archive lautremonde



Le conglomérat des mégas compagnies de l’agro-alimentaire, du génétique et pharmaceutique à une puissance économique et un lobby très puissant. Santé Canada et la FDA aux USA dancent à leurs chansons et sont loin de protéger adéquatement les citoyens. Il y a de nombreux cas juste aux USA de graves conflits d’intérêts au sein même de la FDA qui emploie des gens qui ont des intérêts dans le dans le secteur privé, et du privé qui emploie des agents de la FDA.

Alors il y a plein de produits qui atteignent le marché parce que le conglomérat agro-alimentaire réussit à faire passer des lois favorables à leurs produits et font approuver des produits qui ne devraient pas se retrouver sur le marché avant d’être vraiment sécuritaires.

Prenez le cas des OGM, sans etiquetage, par exemple. Ils mettent des gènes de poisson dans des tomates, des gènes d`humain dans du riz, des gènes de jellyfish dans des cochons et ainsi de suite.


La nature n’a jamais transgressé les frontières des espèces, et sans savoir ni chercher vraiment pourquoi et sans vraiment sans préoccuper, on joue aux apprentis sorciers, et le tout se retrouve dans nos assiettes sans même qu’on puisse réellement choisir par nous-mêmes.

Le cas du Roundup de Monsanto est un autre exemple. On modifie génétiquement la plante pour qu`elle puisse résister aux pesticides. On peut alors augmenter la quantité de pesticide de façon dramatique, mais ce qu`il ne faut pas oublier, c`est que la plante absorbe quand même tous ces produits chimiques et nous les consommons ensuite. J`imagine que la grosse agro-business pense que c`est nutritif pour nous. Il ne nous reste qu`à dire merci avec un grand sourrir...


Il ne faut pas oublier de leur dire merci pour la super technologie Terminator: la graine de Monsanto qui est infertile la saison suivante. Le problème serieux qui se pose ici est double: celui de la propagation des gènes, par pollinisation et par les vents, qui se retrouvent partout dans les champs avoisinants. Que se passera t-il lorsqu`on aura des espèces qui vont cesser de pousser dans la nature, à cause de croisements accidentels, de pollution génétique? Cette nouvelle pollution génétique est un problème d`envergure sans précédent, C’EST QU`ELLE EST IRRÉVERSIBLE.

On a aucun contrôle sur ça. Le plus frappant, c`est que les fermiers se font poursuivre pour avoir fait pousser des plantes brevetées qui ont été amnnées par le vent!!!

Et ceci est la deuxième problématique: Peut-on laisser le pouvoir à des corporations privées de breveter le vivant; est-ce qu’une plante ou un animal ou un clône d’un humain peut être la propriété d’une compagnie????


Le fait que les joueurs majeurs se concentrent et monopolisent le marché des semences et de la génétique, démontre clairement que leur but réel derrière leurs fusionnements et leur puissant lobby sur les OGM est de contrôler la chaine alimentaire, et le fait de breveter le vivant, plantes, arbres, animaux, et graines, devenant ainsi les seuls propriétaires d’un espèce vivante, oblige les gens à racheter leur graines chaque année, brisant ainsi l’ancestrale pratique traditionnelle de récolter les semences pour la saison suivante. Ce truc de magicien génétique rend les fermiers esclaves d’un cercle vicieux qui les ruinera et qui met en danger la bio-diversité de la planète. Déjà plusieurs variétés ancestrales cultivées par nos arrières grand-parents ont disparu pour des variétés sans goûts et sans saveurs. Tout cela pour satisfaire le principe de la cultivation intensive, qui ne répond qu’à des impératifs économiques capitalistes de production et de rentabilité à tout prix.


On aurait avantage à reprendre le processus de production de notre nourriture en mains et ramener ce processus le plus proche possible de notre communauté possible, et manger biologique, le mieux étant d’avoir ses propres jardins.

Une autre alternative qui est géniale est celle des ASC, Agriculteurs Soutenus par la communauté. Au lieu de dépendre des mégas compagnies de l’agro-alimentaire, on fait vivre notre communauté et on se réapproprie notre pouvoir sur ce qu’on mange et sur notre santé. Finalement, soyons informé au maximum. Ces situations vont avoir de profondes conséquences sur notre futur. Ne laissons pas des multinationales gérer notre alimentation et notre santé. Ce n`est pas ce qu`ils ont à coeur.


Documentaires à voir sur les OGM:


Les OGM sont ils dangereux pour la santé? L'étude qui accuse

















The Future of Food

**Vidéo

The Future of Food offers an in-depth investigation into the disturbing truth behind the unlabeled, patented, genetically engineered foods that have quietly filled grocery store shelves for the past decade




Seed Industry Giants: Who Owns Whom?

The top five Gene Giants (AstaZeneca, DuPont, Monsanto, Novartis,
Aventis) account for nearly:

-two-thirds of the global pesticide market
(60%),
-almost one-quarter (23%) of the commercial seed market, and
-virtually 100% of the transgenic (genetically engineered) seed market.

Une étude indépendante pointe le danger de la nourriture génétiquement modifiée


L'étude de Pusztai constata que les rats nourris de pommes de terre transgéniques (où un gène d'une autre espèce a été inclus) montraient des organes endommagés, l'épaississement de l'intestin grêle, et un mauvais développement cérébral.


Dangers confirmés de la nourriture génétiquement modifiée


Plusieurs études récentes confirment les craintes que la nourriture génétiquement modifiées (GM) abîme la santé humaine. Ces études ont été diffusées alors que l'Organisation Mondial du Commerce (OMC) se dirigeait vers l'entérinement de la décision que l'Union Européenne avait violé les règles du commerce international en stoppant l'importation de nourriture GM.


  • Une recherche de l'Académie des Sciences Russe diffusée en décembre 2005 constatait que plus de la moitié de la progéniture des rates nourries avec du soja GM est morte dans les trois premières semaines de sa vie, six fois plus que celle née de mères nourries avec du soja non-modifié. Six fois plus de la progéniture nourrie avec du soja GM avait aussi un poids gravement insuffisant.
  • En novembre 2005, un institut de recherche privée en Australie, CSIRO Plant Industry, a cessé de favoriser le développement d'un cultivateur de pois GM quand il a été découvert que ces derniers causaient une réaction immunitaire dans le laboratoire des souris. 1
  • En été 2005, une équipe de recherche italienne conduite par un biologiste cellulaire à l'université de Urbino a publié la confirmation que l'absorption de soja GM par des souris causait le développement de cellules du foie difformes, ainsi que d'autres anomalies cellulaires.
  • En mai 2005 l'examen d'un rapport hautement confidentiel et controversé de Monsanto, sur les résultats des tests du maïs modifié par Monsanto, MON863, a été publié dans The Independent au Royaume-Uni.


Le Dr. Arpad Pusztai [1], l'un des quelques scientifiques véritablement indépendants spécialisés en études sur les plantes génétiques et l'alimentation animale, a été invité par les autorités allemandes en automne 2004 à examiner le rapport de 1.139 pages de Monsanto sur l'alimentation en MON863 des rats de laboratoire sur une durée de quatre-vingt-dix jours.

L'étude a trouvé des différences « statistiquement significatives » dans le poids des reins et certains paramètres du sang chez les rats nourris avec du maïs GM par rapport aux groupes de contrôles.

Nouvelle-Zélande: Le scandale du coton génétiquement modifié


1820 moutons sont morts en broutant sur la terre où a été moissonné du coton génétiquement modifié
Même les vêtements en coton génétiquement modifié peuvent causer de terribles réactions de la peau

Un rapport préliminaire diffusé en avril a constaté que des milliers de moutons sont morts après pâture sur une terre où du coton GM avait poussé. Les moutons et les chèvres ont commencé à mourir après sept jours de pâturage ininterrompue de feuilles tendres et de cosses de coton Bt restées dans les champs après la cueillette.

En décembre a été diffusée une étude de trois mois qui a constaté que les cueilleurs de coton GM ont souffert de graves réactions de peau, avec démangeaisons et éruptions d'ampoules laissant une décoloration noire de peau qui étaient toujours apparentes cinq mois après.


The end for GM crops: Final British trial confirms threat to wildlife

GM industry puts human gene into rice


FDA Is Set To Approve Milk, Meat From Clones


Three years after the Food and Drug Administration first hinted that it might permit the sale of milk and meat from cloned animals, prompting public reactions that ranged from curiosity to disgust, the agency is poised to endorse marketing of the mass-produced animals for public consumption.

The question is, will packages and cartons be labeled in such a way that consumers can make the choice as to whether they want meat or milk from cloned animals? M.Rivero -WRH


FDA approves viruses as food additive


A mix of bacteria-killing viruses can be safely sprayed on cold cuts, hot dogs and sausages to combat common microbes that kill hundreds of people a year, federal health officials said Friday in granting the first-ever approval of viruses as a food additive.

Consumers won't be aware that meat and poultry products have been treated with the spray, Zajac added. The Department of Agriculture will regulate the actual use of the product.

Wait a minute: 'consumers won't be aware that meat and pountry products have been treated by the spray'? M.Rivero -WRH



USDA downplays seriousness of mad cow disease found in Alabama cow


U.S. covering up mad cow cases, scientist says

Mad cow cases in Texas, Alabama appear to be mysterious strain


C. difficile found in variety of Canada, U.S. meat products


GRIPPE AVIAIRE


Grippe aviaire : l’industrie avicole mondiale est à l’origine de la crise

Tout comme pour la maladie de la vache folle, la grippe aviaire a pour origine l'industrie de production de masse.
Ce n'est pas le petit producteur qui nourrit sa volaille aux grains qui est le problème, mais les gros industriels déconnectés de la réalite qui font de l'élevage intensif et qui n'ont aucun respect de la vie animale. Ils les nourrissant mal, les enfermant à vie dans des cages, les gavent d'antibiotiques et d'hormones de croissance, réduisant leur qualité de vie a néant et ruinant ainsi leurs santés et leurs systèmes immunitaires.
Notre façon de gérer les animaux est malade et les animaux le deviennent aussi. Nous récoltons ce que nous semons....
Maintenant, ce qui frappe le plus, c'est que de pars le monde on tue la volaille par millions, spécialement celles des petits producteurs, les ruinant bien souvant de cette manière, et pendant ce temps, la méga-industrie avicole récolte plus de profit et élimine la concurrence des petits producteurs, raflant des profits énormes, alors que ce sont eux qui sont à l'origine des maladies graves qui affectent le bétail et la volaille.


Un rapport de GRAIN établit que l’industrie avicole mondiale est à l’origine de la crise de la grippe aviaire.
Les petits élevages avicoles et les oiseaux sauvages sont injustement rendus responsables de la grippe aviaire qui affecte actuellement plusieurs parties du monde. Un nouveau rapport de GRAIN montre comment l’industrie avicole multinationale est à l’origine du problème et devrait être au centre des actions menées pour maîtriser le virus.

L’expansion de la production avicole industrielle et des réseaux commerciaux ont créé les conditions idéales à l’apparition et à la transmission de virus mortels comme la souche H5N1 de la grippe aviaire. Une fois qu’ils ont pénétré dans les élevages industriels surpeuplés, les virus peuvent rapidement devenir mortels et se développer. L’air vicié par la charge virale est transporté sur des kilomètres à partir des fermes infectées, pendant que les réseaux d’échanges commerciaux intégrés répandent la maladie par les nombreux transports d’oiseaux vivants, de poussins d’un jour, de viande, de plumes, d’œufs à couver, d’œufs, de fumier de volaille et d’alimentation animale.

« Tout le monde se focalise sur les oiseaux migrateurs et les poulets de basse-cour comme étant le problème, » indique Devlin Kuyek de GRAIN. « Mais ils ne sont pas les vecteurs effectifs de la forme fortement pathogène de la grippe aviaire. Le virus les tue, mais il est peu probable que ce soit eux qui le propagent. »


Par exemple, en Malaisie, le taux de mortalité par le H5N1 chez les poulets des villages est seulement de 5%, indiquant que le virus a du mal à se propager dans les petits élevages de poulets. Les manifestations de H5N1 au Laos, qui est entouré par des pays infectés, se sont seulement produites dans quelques fermes industrielles du pays, qui sont fournies par des établissements d’incubation Thai. Les seuls cas de grippe aviaire dans la volaille de basse-cour, qui couvre plus de 90% de la production du Laos, se sont produits à côté des fermes industrielles.

Les gouvernements des pays de l’Union Européenne ont répondu à la découverte des cygnes, des oies et des canards morts infectés avec des mesures sévères obligeant à l’enfermement des volailles. Maintenant, ils sont bien embêtés car la première et seule manifestation significative de contamination de volaille domestique s’est déclarée dans un gros élevage industriel de dindes en France, où les 11 000 volatiles étaient confinés, totalement séparés des oiseaux sauvages. « Il apparaît de plus en plus évident, comme on l’a vu aux Pays-Bas en 2003, au Japon en 2004, en Egypte en 2006, que la grippe aviaire mortelle se déclare dans les grosses fermes industrielles et qu’ensuite elle se propage, » explique Kuyek.


Happy people catch fewer colds


Cheery types are blessed with fewer symptoms even when they do get sick

Aucun commentaire: